Categories

7 au hasard 10 septembre 2014 : Ces marionnettes dansent mieux le séga que vous ! - 29 mai 2015 : Carrière de Bois Blanc : « déclaration de guerre à la population » ! - 15 janvier 2014 : Créole, on t’a cONFisqué ta forêt... - 21 octobre : Une regrettable impasse sur les Chagos - 29 mai : Oté maloya : au commencement était le séga... (2) - 11 août 2015 : Alain Peters : Bèf Séga ouvre le bal Caloubadia - 17 juillet 2014 : Crash aérien : les opposants au régime accusent « les forces armées ukrainiennes » - 30 juin 2015 : Eddy Louiss est mort : les anges noirs vont swinguer ! - 25 janvier 2016 : Pitons réunionnais : « comme les ruines d’un ancien temple » ? - 3 février 2015 : L’aventure spatiale indienne -

Accueil > Le monde > Ivy slame hors des sentiers battus

En partenariat avec Planète Francophone - Québec

Ivy slame hors des sentiers battus

24 juillet 2013
Albert Weber
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Porte-flambeau du slam au Québec, Ivy évoque l’enfance, la pire période de sa vie. La prise de conscience fut pour lui "une espèce de lent choc, d’émergence dans la rage et le besoin de vengeance. Je suis devenu drop-out, punk, maudit…" Le site "Planète Francophone" d’Albert Weber nous entraîne sur les traces d’Ivy, slameur qui clame son besoin de s’exprimer en français dans un environnement dominé par l’anglais. Cette posture fait écho, ici à La Réunion, pour tous ceux qui revendiquent la reconnaissance de la langue créole. De même, "7 Lames la Mer" se prend à rêver que l’expérience du "Garage à musique" trouve ici des déclinaisons...
7 Lames la Mer

Avril 2013, scène de l’Astral. Ivy lors d’une émission radio de Monique Giroux enregistrée en public et dans les conditions du direct pour Espace Musique, Radio Canada. Photo : Albert Wéber.

« Instigateur de la scène slam au Québec » : cette expression définit avec justesse Ivan Bielinski alias Ivy, efficace fondateur de l’équipe de slam de Montréal (Slamontréal) et de la Ligue québécoise de slam (LIQS). Grâce à ses initiatives slam, de nombreux artistes se sont révélés. Il est aussi le créateur artistique de nombreux spectacles collectifs de ce nouveau genre musical désormais bien enraciné au Québec, et pas seulement à Montréal !

Que de chemin parcouru depuis le livre-disque Slamérica, premier du genre au Québec, vivement applaudi en 2008 par la critique mais aussi le public !

Slam : de l’école à l’université

Le 2ème CD « Hors des sentiers battus  » bouscule encore un peu plus les étiquettes et… embarrasse sans doute celles et ceux qui veulent l’enfermer dans un registre musical précis. Chanson française ? Poésie chantée ? Slam ? Rap ? Pas question de réduire ce créateur à une de ces expressions…

Et cela d’autant plus qu’il ne se contente pas de monter sur scène. A ce jour, il a donné plus de 500 ateliers dans les écoles, Cégeps [1] et universités du Québec. On l’a même vu donner un atelier de slam aux jeunes de la Star Académie 2009 !

Image extraite du clip "L’enfance".

Entre poésie et dénonciation, révolte et espoir

Les 12 titres de «  Hors des sentiers battus  » en disent long sur l’incroyable créativité de cet amoureux d’une langue française célébrée avec éclat, avec rythme. Et également avec une évidente rage d’affirmer haut et fort le besoin de continuer à s’exprimer en français. Pas seulement sur scène le temps d’un spectacle mais dans la vraie vie, comme dans la chanson « My name was ».

Hors des radios commerciales

Son soutien au « Garage à Musique » (voir encadré) — un projet de la Fondation du Dr Julien — est une nouvelle étape dans son cheminement artistique qui sort visiblement des sentiers battus et des répertoires diffusés par les radios commerciales.

Aujourd’hui plus que jamais, Ivy continue à s’affirmer dans un univers où chaque mot à un sens, entre poésie et dénonciation, révolte et espoir.

Ivy mérite sans aucun doute de s’affirmer en France, tant son message enraciné dans la vie québécoise est coloré d’accents incontestablement universels.

Albert Weber
Planète Francophone

Image extraite du clip "L’enfance".


« Contre les maux, trouve les mots ! » C’est le titre d’un clip mis en ligne sous l’égide d’une campagne de lancement associée au « Garage à Musique », projet de la Fondation du Dr Julien. «  L’enfance  » est le deuxième vidéoclip tiré de l’album « Hors des sentiers battus » d’Ivy.

« Je n’ai compris que plus tard à quel point mon enfance avait été la pire période de ma vie. Ce fut une espèce de lent choc, de conscience progressive, d’émergence dans la rage et le besoin de vengeance. Je suis devenu drop-out, punk, maudit…

Une force plutôt qu’une faiblesse

Car l’état propre à l’enfance est la vulnérabilité, l’innocence. Si l’enfant n’est pas adéquatement encadré, par manque d’argent, d’amour, d’écoute, d’intelligence ou pire, s’il est sciemment maltraité, son développement est corrompu voir compromis. Heureusement, grâce au miracle de l’amour – et avec beaucoup d’aide – l’enfant devenu adulte réalisera un jour que le choix de faire de ce passé accablant une force plutôt qu’une faiblesse lui appartient.

Image extraite du clip "L’enfance".

Après l’enfer : la vie

L’aide existe pourtant : ce sont des êtres lumineux qui traversent les enfances dévastées, des guides, des enseignants, des proches ou encore des fondations comme celle du Dr Julien à laquelle je m’associe aujourd’hui et qui fait œuvre de charité quotidienne si remarquable.

Grâce au superbe travail d’animation de Nicolas Moussette et à la réalisation de Samuel Greffe, les maux de l’enfance prennent vie et se trouvent anéantis par la persévérance du marcheur. Après la pluie, le beau temps ? Je dirais, après l’enfer : la vie – la vie simplement possible, avec son exigence et ses promesses ».
Ivy

« Garage à musique », du développement social à grande échelle

Le Garage à musique offre aux enfants et aux jeunes du quartier Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal, des outils qui leur permettent « d’orchestrer leur vie pour atteindre leur plein potentiel dans le respect de leurs droits fondamentaux » tels que reconnus dans la Convention relative aux droits de l’enfant.

« En résumé, on invite les jeunes à joindre un orchestre ou un band plutôt qu’un gang de rue », explique Hélène Sioui Trudel, directrice et fondatrice du « Garage à musique », dans le cadre du volet Alliance Droit Santé de la Fondation du Dr Julien.

Soutien à plus de 2000 enfants

La Fondation du Dr Julien a pour mission de permettre à chaque enfant de développer son plein potentiel. Elle fournit annuellement des services directs à plus de 2000 enfants vulnérables et leurs familles, par le biais de ses deux centres de pédiatrie sociale en communauté, l’Assistance d’enfants en difficulté et le Centre de services préventifs à l’enfance, ainsi que son « Garage à musique ».

Image extraite du clip "La force de la musique".

Elle s’investit également dans la transmission des savoirs aux étudiants ainsi qu’aux professionnels de divers milieux et à la communauté, afin d’influencer les manières de faire auprès des populations vulnérables. Enfin, elle appuie la mobilisation d’un Mouvement de pédiatrie sociale en communauté au pays et ailleurs dans le monde.
Albert Weber

Pour plus d’infos
www.ivycontact.com/contre-les-maux/
www.fondationdrjulien.org
Gina Brault : www.impresaria.ca

Découvrez le site "Planète Francophone"

Notes

[1collège d’enseignement général et professionnel

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter