Categories

7 au hasard 17 avril 2013 : L’hommage de Victorin Lurel aux esclaves naufragés de « l’Utile » - 4 novembre 2015 : Le maloya-sorcier de Salem - 27 novembre 2016 : Hé, ho, la droite ! - 4 septembre 2014 : L’étrange château du Gol et les dromadaires - 16 février 2015 : Championne : Johanne Defay l’a fait... malgré le sexisme - 6 avril 2016 : CAF : cafouillages kafkaïens - 2 janvier 2014 : Cyclone et profits de bouts de chandelle - 28 mars : Le gendre de Trump va « gérer l’État comme un business » - 28 janvier 2013 : Croqueuse d’étoiles - 23 juin 2016 : Mais quid de l’après-« Demain » ? -

Accueil > Lames de fond > Péï oublié > Ils rejoindront la cohorte des ombres

Site funéraire et Caterpillar

Ils rejoindront la cohorte des ombres

6 octobre 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le pays oublié s’est rappelé à notre bon souvenir d’amnésiques : il a emporté une partie de « La Croisette » des Roches Noires il y a un peu moins d’un an, reprenant ses droits naturels, et nous a livré, il y a 15 jours, un site funéraire qui pourrait bien être un lieu où l’on enterrait les esclaves, comme la plage noire bordant le cimetière marin de Saint-Paul...

23 septembre 2013 : sur le chantier de réaménagement du secteur des Roches Noires (boulevard Roland-Garros, derrière la gendarmerie), des ouvriers découvrent les ossements de deux squelettes, ensevelis à une profondeur d’un mètre cinquante. Photo IPR.

« 7 Lames la Mer » est sur les traces du « Péï oublié » (pays oublié), notion à laquelle nous avons d’ailleurs consacré une rubrique de ce site.

« Dehors est un grand pays » écrivait le poète Alain Lorraine, soulignant ainsi, dans un jeu de miroirs, l’existence du « dedans ». Un grand pays lui aussi, non par la superficie, mais par la richesse d’une culture unique forgée sur le mythe fondateur de l’apport de diverses civilisations.

Dans le « dedans », existe un autre pays, nimbé d’ombres, de mystères, de non-dits, de légendes, dilué dans le fatras des discours, écrasé — au propre comme au figuré — par le couvercle assimilationniste sous lequel bouillonne la marmite créole : le pays oublié ! Tansion pangar i déborde... Tansion pangar i pète.

Le pays oublié s’est donc rappelé à notre bon souvenir d’amnésiques en 2012 : il a emporté une partie de « La Croisette » des Roches Noires, reprenant ses droits naturels et nous a livré un site funéraire daté « fin du 18ème siècle / début du 19ème siècle », selon un archéologue de la Dac-OI. Un site funéraire qui pourrait bien être un lieu où l’on enterrait les esclaves...
Mais que valent quelques ossements oubliés face aux travaux — certes nécessaires — menés aux Roches Noires pour sauver l’économie touristique ?
Cette histoire-là — celle du pays oublié — n’a pas droit de cité : ordre a été donné aux Caterpillar de reprendre les travaux, la Dac-OI ne voyant pas grand intérêt à mener des fouilles archéologiques sur ce site, « les rites funéraires ayant déjà été explorés lors des fouilles sur le cimetière marin de Saint-Paul » !
Circulez... y a rien à voir.
Photo 7 Lames la Mer.

Pays oublié dont la mystérieuse phréatique sourd — resurgit — là où l’on ne l’attend pas, quand on ne l’attend pas. Sous les coups de boutoir des Caterpillar, à la faveur d’un cyclone et de la mer déchaînée, comme en 2007 avec le cyclone Gamède... Dernier exemple en date, il y a trois semaines, sur le chantier des Roches Noires. Un site funéraire daté « fin du 18ème siècle / début du 19ème siècle », selon un archéologue de la Dac-OI, est mis à jour par les ouvriers. Mais que valent quelques ossements oubliés face aux travaux — certes nécessaires — menés aux Roches Noires pour sauver l’économie touristique ? Travaux qui, soit dit en passant, ne sont que le prix payé aujourd’hui pour le massacre organisé de cette plage, lors de la côte-d’azurisation de Saint-Gilles. Ce bordmèr créole a effectivement été reconfiguré-défiguré selon des modèles importés : « La Croisette » des Roches Noires, ou comment avec du béton on prétend intéresser le touriste...

Cette vue d’Antoine Roussin nous montre un paysage avant les saccages successifs que lui infligera un urbanisme débridé et peu respectueux de la nature. Les "roches noires" ne sont pas encore là. Elle apparaitront suite à la construction d’un quai éphémère dont elles seront les célèbres vestiges.

Le pays oublié s’est donc rappelé à notre bon souvenir d’amnésiques : il a emporté une partie de « La Croisette », reprenant ses droits naturels et nous a livré un site funéraire qui pourrait bien être un lieu où l’on enterrait les esclaves, comme la plage noire bordant le cimetière marin de Saint-Paul.

Mais cette histoire-là — celle du pays oublié — n’a pas droit de cité : ordre a été donné aux Caterpillar de reprendre les travaux, la Dac-OI ne voyant pas grand intérêt à mener des fouilles archéologiques sur ce site, « les rites funéraires ayant déjà été explorés lors des fouilles sur le cimetière marin de Saint-Paul », apprend-on dans Le Quotidien du vendredi 4 octobre ! Circulez... y a rien à voir.

Futur visage de l’esplanade surplombant la plage des Roches Noires (ou du moins ce qu’il en reste...).

La Dac-OI ne s’est pas posé la question de savoir si, au-delà de l’étude des rites funéraires, les Créoles auraient souhaité renouer avec ce passé qui leur appartient et rendre hommage à ces ancêtres anonymes, leur redonner une sépulture. Non. Ces morts seront une nouvelle fois révoqués vers la cohorte des ombres.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter