Categories

7 au hasard 17 janvier : Stéphane Zagdanski : Jouissance du temps - 1er septembre 2014 : Calle 13 : Tu ne peux pas acheter ma vie ! - 9 septembre 2015 : Sacrifice d’un Gouzou - 17 février 2014 : Saint-Denis : Michel Tamaya jette l’éponge - 8 août 2014 : Maloya est au Mexique... en Inde et... ! - 18 juillet 2013 : Roule pou nout toute, sinonsa laisse anou roulé - 4 juin 2013 : Bientôt, ils auront ta peau... - 31 mars : 1919 : à cause créole l’arrête mange cochon ? - 11 décembre 2014 : Maurice : l’Alliance Lepep écrase le bloc PTr-MMM - 5 mars 2013 : « Mettre fin aux sanctions contre Cuba » -

Accueil > 7 au menu > 7 à voir > « Il est bon parfois de voir un mauvais spectacle »...

Vu à Champ Fleuri

« Il est bon parfois de voir un mauvais spectacle »...

9 mars 2015
Guy Martin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La salle de Champ Fleuri est pleine ce samedi 28 février pour la dernière représentation de Lucrèce Borgia qui a eu droit à un important battage publicitaire. Est-il de bon ton de dire que l’on n’a pas aimé quand apparemment il y a consensus. Mais, y-a-t-il eu vraiment consensus ?

A propos de Lucrèce Borgia, de David Bobee...

Ce n’est rien de dire que la mise en scène que j’ai vue au théâtre de Champ Fleuri ce soir-là est mauvaise ! Elle est bêtement bruyante, prétentieuse et sophistiquée.

Je n’étais sans doute pas le bon spectateur, moi qui n’ai pas la télévision, car la scène équipée comme un mauvais plateau télé, surchargée de projecteurs, a été le siège pendant plus de deux heures d’effets spéciaux, d’écrans de fumée, de lumières aveuglantes… Pas suffisamment aveuglantes pour cacher la pauvreté du jeu des acteurs et de Béatrice Dalle.

Le bassin scénique ouvrait des possibilités. Gerbes d’eau et éclaboussures font facilement des effets visuels ainsi que la tenture qui dégouline en pluie. Cela n’a pas suffit à rendre la pièce intéressante et à rendre captivants ces pauvres personnages.

Il est bon parfois de voir un mauvais spectacle. Cela nous fait encore mieux apprécier les spectacles de qualité. Et nous avons la chance d’en avoir.

Une dernière chose, comme une parabole. En début de spectacle, Emmanuel Genvrin errait presque dans la salle en cherchant sa place. Je me suis dit qu’effectivement on ne lui donnait plus sa place localement. C’est grand dommage de ne pas reconnaître ceux qui ont vraiment compté dans le paysage scénique réunionnais.

Je pourrais citer également Yun Chane, « enfant terrible » du spectacle local, dont le travail a toujours été intéressant.

Guy Martin

Yun Chane... danseuse, chorégraphe. Photographiée par Dominique Blanc (extrait). Années 80.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter