Categories

7 au hasard 21 septembre 2015 : « St-Denis ne se résume pas au Barachois et son marché de nuit » - 19 décembre 2013 : « Isi, La Rénion, tout lé zoli, tout lé métiss... » - 19 juillet 2014 : Les « travailleurs intellectuels » et le « tout-Etat » - 11 octobre 2017 : Madagascar : quand Air France prédisait un avenir sans peste - 16 août 2015 : « Tomato Space King »... pourquoi pas moi ? - 8 février 2014 : Venezuela : une loi impose un plafond aux profits - 9 janvier 2018 : A short history of Reunion island ? - 5 avril 2016 : Environnement : agir depuis la case jusqu’au parlement européen - 25 juillet 2014 : Soeuf Elbadawi : « Est-il normal de devenir clandestin en sa propre terre ? » - 10 mai 2015 : « L’identité métisse lave toujours plus blanc » -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Hervé Imare : la rosée... lé tombé

La Réunion est triste

Hervé Imare : la rosée... lé tombé

23 mai 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

Hervé Imare... La voix inimitable de « Ti femme la » et de « La rosée si feuilles songes » s’est éteinte. La page se referme un peu plus sur une période mythique de l’histoire musicale réunionnaise, une période de bouleversement et d’innovation au cœur de la décennie 70.

C’est un message intitulé « Oté ! La Réunion est triste » qui nous apprend la disparition d’une figure emblématique de la chanson réunionnaise : Hervé Imare.

« Avec son épouse, il vivait… rue Jean Albany (eh oui !) dans une SIDR, au sud de l’ex restaurant Payet, dans le quartier de la Prison, précise Alain Gili. (...) Pauvre Hervé, partir si tôt ! Hervé Imare, ce grand talent ! »

1978 : sous l’égide de l’ADER (Association des écrivains réunionnais), Alain Gili édite la K7 "Chante Albany". On y trouve des textes de Jean Albany dits par l’auteur et d’autres mis en musique par Pierrot Vidot, Jean-Michel Salmacis, Hervé Imare et Alain Peters.

Hervé Imare... Cela faisait longtemps déjà qu’il avait pris ses distances avec l’univers entêtant de la musique, de la chanson. Comme si après en avoir été l’un des piliers, après avoir signé (ou participé à) l’enregistrement d’une quinzaine de disques sur différents supports (K7, vinyl, CD), il voulait trouver le calme à travers une sorte d’anonymat à l’échelle de son île.

Hervé Imare s’était pourtant imposé, avec l’élégance de la discrétion, dans la mythologie du maloya revisité par les influences jazz-rock qui a connu son apogée au cœur des années 70.

La disparition d’Hervé Imare rappelle à notre mémoire d’autres noms mythiques : Alain Peters, René Lacaille, Joël Gonthier, Bernard Brancard, Loy Ehrlich, Claude Teulié, etc.

Des « Caméléons » à « Carrousel », en passant par le sous-sol du cinéma Royal à Saint-Joseph et le « Label Royal », Hervé Imare a marqué l’univers musical réunionnais de son timbre de voix si particulier.

Une voix qui scande désormais pour l’éternité « La rosée si feuilles songes ».

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]