Categories

7 au hasard 1er février : Ségamaloya : un Koudzok à l’Olympia - 28 janvier 2013 : 28 janvier 1844 : le premier engagé chinois - 28 janvier 2014 : SIB : le Parti de Gauche interpelle le Préfet - 30 décembre 2013 : « Parc national : fort avec les faibles, faible avec les forts » - 3 décembre 2013 : Pas de liberté pour Nitin - 14 janvier 2015 : « Mwin, ou, li » ou... je tue île ? - 3 septembre 2016 : Nos vies valent-elles moins que celle des squales ? - 11 mars 2013 : Le retour d’une survivante... - 27 novembre 2013 : Après Nitin Chinien, Jameel Peerally arrêté - 27 janvier 2015 : « Les islamistes sont hyper-minoritaires au Niger » -

Accueil > Le monde > Gaza : l’État Islamique menace le Hamas

Proche-Orient

Gaza : l’État Islamique menace le Hamas

2 juillet 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le mouvement islamiste palestinien est « pire que les Juifs », affirme l’État islamique, qui promet d’« appliquer la Shari’a » dans la Bande de Gaza.

Trop « séculier », le Hamas ? C’est en tout cas le reproche que lui adresse l’État islamique par la voix de l’un de ses porte-parole masqués, dans une vidéo postée hier par l’organisation d’Abou-Bakr-Al-Baghdadi.

Pour faire bonne mesure, le document menace le Fatah et annonce sa volonté de « déraciner l’État des Juifs ».

Au mouvement fondamentaliste de la Bande de Gaza, il est reproché un manque de ferveur et d’empressement dans l’application de la Shari’a.

« Tyrans de Gaza, nous appliquerons la loi islamique envers et contre vous. Ce qui est advenu au camp de Yarmouk adviendra à Gaza », prévient le héraut de Daesh.

Établi en 1957 dans la banlieue de Damas, le camp palestinien de Yarmouk (plus de 100.000 habitants avant la guerre) a été en 2012 le théâtre de très violents affrontements opposant la branche syrienne d’Al-Qaeda (« Jabbat A-Nosra »), d’abord au FPLP d’inspiration marxiste puis à la milice pro-Hamas Aknaf Beidt Al Makdes.

Victorieuse, Al-Nosra avait néanmoins déclaré sa « neutralité » lors de la prise d’assaut du camp par l’organisation rivale de l’État islamique, qui contrôle depuis avril dernier l’ensemble du camp de Yarmouk.

« Jabbat Al-Nosra et l’EI ne font qu’un à Yarmouk » rapportait le « Middle East Monitor » le 19 avril dernier.

Une réconciliation dont le Hamas local a fait les frais, suivie d’une montée de tension dans la bande de Gaza.

Le mois suivant la prise de Yarmouk, le Hamas a ainsi démoli et dynamité une mosquée réputée pro-Daesh située à Deir Al-Balah, avant de positionner des troupes lourdement armées dans les quartiers réputés favorables à l’organisation « ultra » de l’Irak et du Levant. « Le Hamas est pire que les Juifs » avait alors twitté l’État islamique.

Huit ans après son arrivée au pouvoir, le Hamas voit son influence s’éroder sous le double effet de la pauvreté persistante et de l’état de guerre quasi-permanent entre l’entité gazaouie et Israël. Un affaiblissement dont pourraient bénéficier les ramifications locales de l’État islamique...

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter