Categories

7 au hasard 31 août 2014 : Poulet vindalooo à la sauce Pépé José : gout a li ! - 20 octobre 2014 : « Lait sacré », l’antidote… - 5 août 2013 : Bali : l’électricité au secours du corail - 30 avril 2014 : Une seule parlementaire réunionnaise vote contre l’austérité - 27 juillet 2016 : Maldives : un troisième homme dans le couloir de la mort - 12 avril 2016 : Solidarité sur les docks avec les ouvriers du BTP - 5 juillet 2014 : André Thien Ah Koon et la Cité du Volcan : un ultimatum vertueux ? - 9 mai 2016 : De la cigarette-star à la clope du condamné - 10 juillet 2015 : A spaceport for Reunion Island ? - 6 septembre 2013 : Réunionnais un peuple. Akoz pa ? -

Accueil > Océan Indien > Folles rumeurs sur le MOL Comfort

Naufrage en océan Indien

Folles rumeurs sur le MOL Comfort

3 juillet 2013
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 21 juin dernier, "7 Lames la Mer" relatait l’accident rarissime dont avait été victime, quatre jours auparavant, le MOL Comfort, porte-conteneurs de 316 mètres, brisé en deux par gros temps, au nord de l’Océan Indien. Le 27 juin, la partie arrière de ce géant des mers coulait avec ses 1.700 conteneurs, tandis que la partie avant, stabilisée, était remorquée vers le Sultanat d’Oman... Depuis, des rumeurs persistantes circulent, relatives à la nature de la cargaison... et aux circonstances du naufrage.

Naufrage de la partie arrière du MOL Comfort, au nord de l’océan Indien. Photos : gCaptain.

Quelles marchandises ou matières transportait le MOL Comfort dans ses 7.000 conteneurs ?

Aucun élément ne permet pour l’heure de répondre avec précision à cette interrogation.

Le 27 juin, la partie arrière du MOL Comfort sombrait par 4000 mètres de fond, à 750 kilomètres environ des côtes indiennes. Avec lui, les 1.700 conteneurs qui se trouvaient sur la partie arrière, dont certains ont coulé à pic avec la coque, alors que d’autres dérivent toujours à la surface, source de danger pour la navigation sur cette portion de l’Océan Indien.

Un peu d’humour au milieu de la "tempête" sur le site de l’armateur Mitsui O.S.K. Lines. Un dessin signé : Ryohei Yanagihara.

Selon l’armateur japonais Mitsui OSK Lines, propriétaire du MOL Comfort, la partie arrière qui repose par le fond contenait les machineries, les soutes à combustible et 1.500 tonnes de fioul de propulsion. La présence de cet hydrocarbure dans l’Océan pose un risque économique majeur, dans une région « abondante en thonidés, en sardines, en requins et en crustacés », souligne l’ONG Robin des Bois, qui estime à 4.000 le nombre de conteneurs perdus en mer par le MOL Comfort, dont une bonne partie était déjà tombée lorsque la coque s’est brisée en deux le 21 juin.

Toujours selon l’association écologique, citée par Le Monde, « 10 à 15% des conteneurs contiennent des matières dangereuses ». La nature de ces matières et leur degrés de dangerosité ne sont pas précisés.

« Des armes destinées aux rebelles syriens ? »

Pour l’heure, les causes de cet accident spectaculaire n’ont pas encore été élucidées. L’armateur a diligenté une enquête auprès du constructeur du navire, Mitsubishi Heavy Industries (MHI), ainsi que de la société de classification, Nippon Kaiji Kyokai, pour tenter de comprendre comment ce géant des mers a pu ainsi se briser net en deux.

Sur Internet, rumeurs persistantes, notamment sur les causes de "l’accident".

Le naufrage est-il dû à un torpillage, comme l’affirme une rumeur persistante ? « La cassure nette » du porte-conteneur permet en tout cas de ne pas écarter cette thèse, affirment plusieurs commentateurs spécialisés. Selon d’autres sources non-officielles, relayées depuis quelques jours sur l’internet, le MOL Comfort aurait transporté — entre autres — des armes destinées aux rebelles syriens. Une action préventive des services secrets russes n’est pas à exclure dans l’absolu, déclare à « 7 Lames la Mer » un proche des milieux du Renseignement.

« Un élément qui pourrait aller dans ce sens, c’est l’origine russe du navire. Les services spécialisées n’auraient eu aucune peine à se procurer les plans, et à préparer un travail discret autant qu’efficace », nous confie-t-il.

Un porte-conteneurs de 400 mètres de long...

« Rien ne permet d’affirmer ou d’infirmer ces informations  », nous déclare une autre source issue des mêmes cercles, qui souligne par ailleurs la « détermination » de Moscou vis-à-vis des velléités d’armer les djihadistes syriens. « Les Russes sont tout-à-fait susceptibles d’agir contre des livraisons d’armes aux groupes terroristes radicaux qui pullulent en Syrie. Non seulement parce que le Kremlin soutient le Gouvernement de Damas, mais parce que Moscou ne veut pas voir se reproduire la catastrophe qui est intervenue après la guerre en Afghanistan. Armées par les Etats-Unis, des structures terroristes ont été mises en capacité de déclencher la Guerre Sainte aux quatre coins du monde. On en paie aujourd’hui le prix fort », précise-t-il.

Le CMA CGM Jules Verne, 396 mètres de long, inauguré il y a quelques jours par François Hollande.

Parallèlement à ces questions géostatégiques, c’est la pertinence même de ces « géants des mers » que sont les porte-conteneurs qui est posée. La globalisation du commerce et l’explosion du trafic maritime encouragent le gigantisme de ces "navires". D’ailleurs, il y a quelques jours à peine, François Hollande inaugurait en grandes pompes à Marseille le « Jules Verne » d’une longueur de 396 mètres, et pouvant transporter jusqu’à 16 020 conteneurs de 20 pieds. Qualifié de plus grand porte-conteneurs au monde, il ne l’est pas resté longtemps puisque quelques jours après, la Corée du Sud inaugurait le « Maersk Mc-Kinney Moller » avec ses 400 mètres et ses 18 270 EVP (Equivalent vingt pieds). Qui dit mieux ?

Geoffroy Géraud Legros & Nathalie Valentine Legros

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter