Categories

7 au hasard 8 juillet 2014 : « .io » : Londres empoche la manne de l’Internet, au détriment des Chagossiens - 13 décembre 2013 : Qui veut la peau de La Réunion ? - 14 juin 2014 : Massalé requin : la dangereuse recette de Pépé José ! - 13 mai 2015 : Emplois des cadres : la filière roumaine - 23 mai 2014 : L’Américain Anadarko pollue un site UNESCO - 21 septembre 2013 : La Friche de la Belle de Mai entre en transe - 15 mars 2013 : Rap kréol : public, suspect N°1 ? - 18 janvier 2015 : Tendance : « Disque » fait bouger les lignes ! - 7 février 2013 : Done zorèy travay ? - 23 février : Le mystère du galet Gamède enfin percé ! -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Domin lé dan nout dé min > Faites la grève des sacs plastique, réclamez la soubik !

Révolution vacoa...

Faites la grève des sacs plastique, réclamez la soubik !

15 avril 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Lorsque vous arrivez à la caisse d’une grande surface, réclamez une tente en vacoa pour ranger et emporter vos courses. A la place, on vous proposera le vilain cabas en plastique recyclé arborant le logo du magasin... Mais à force de réclamer, l’idée finira peut-être par s’imposer. Vakoa i mank anou ?

« Insertion », « économie solidaire », « développement durable », « promotion de l’artisanat », « valorisation de nos savoir-faire et de notre culture créole », « relance de l’économie réunionnaise »... Voilà un échantillon du vocabulaire dont les hommes politiques nous ont rebattu les oreilles. Une terminologie souvent nébuleuse car rarement appuyée sur des projets ou des actions concrètes.

On le sait, les campagnes électorales sont — comme l’enfer — pavées de bonnes intentions. Pourtant, des projets répondant à toutes les exigences que nous venons de citer, cela ne manque pas. Un seul exemple : la « révolution vacoa »... que nous avons nommée ainsi car — si simple soit-elle — elle requiert cependant une véritable révolution dans l’empire de la grande distribution ! Non pas une révolution de palais mais disons... i fo baton i change de bout !

Arthur et son harmonica dans la "grotte des sachets plastique". "Sashessa", exposition du plasticien Antoine du Vignaux. Photo prise chez Sophy Rotbard, à Artsenik. "J’avais fait "Sashessa" à Jeumon en septembre 1995, un hommage à l’art du sachet initié par Alain Peters", raconte Antoine Du Vignaux. "L’expo qui avait mis beaucoup de temps à se monter est tombée après sa mort".

Au nom de l’écologie, de l’environnement, du recyclage, du bilan carbone, du développement durable — bref de la planète —, de véritables machines de guerre économiques ont été élaborées par les grands groupes industriels pour redorer leur image. Exemple : la fin des sachets plastique gratuits... remplacés par les sacs payants en plastique recyclé !

Ils recyclent, vous payez. Ils protègent la planète, vous payez. Ils soignent leur image, vous payez.

La fin des sachets plastique « généreusement » distribués aux caisses des grandes surfaces aurait pu s’accompagner d’une expérimentation pour le développement de la filière vacoa : soubik, tentes, paniers, bertel... en lieu et place des hideux sacs en plastique recyclé que l’on nous vend depuis.

Les avantages sont nombreux tant du point de vue économique, social, environnemental que culturel. Il aurait d’ailleurs été possible de donner le choix aux consommateurs : « vous désirez cette belle tente tressée en vacoa ou ce vulgaire sac en plastique recyclé ? »

Les halls des grandes surfaces auraient pu accueillir quelques stands dédiés aux vendeurs de paniers traditionnels. Ou alors, dans la grande surface même, un rayon aurait pu être réservé aux soubik, bertel, tentes et paniers issus de l’artisanat réunionnais...

La mythique tente (soubik) dans son environnement traditionnel. Photo extraite du site randoreunion.fr, prise à l’Association Pêcheurs Golèt Littoral de Saint-Pierre.

Mais voilà, cette idée, pourtant évoquée — notamment par quelques acteurs associatifs et artisans — à l’époque de la transition entre le sachet plastique gratuit et le sac plastique recyclé payant (2008-2009), n’a pas retenu l’attention des patrons des grandes surfaces et, depuis, les clients de ces temples de la consommation sont donc invités à payer pour obtenir les hideux cabas garantis écologiques.

C’est une véritable manne qui échappe ainsi aux artisans réunionnais. Ce « marché des grandes surfaces » offrirait véritablement à notre artisanat — qui ne survit quasiment que comme « fournisseur pour touristes » — des opportunités concrètes de développement durable !

Mettons de côté le conditionnel et optons pour le futur :

Bientôt les halls des grands supermarchés accueilleront des stands dédiés aux vendeurs de paniers traditionnels. A l’intérieur de la grande surface, vous trouverez, à proximité des caisses, un rayon entier réservé aux soubik, bertel, tentes et paniers issus de l’artisanat réunionnais. A la caisse, l’employé vous proposera, pour ranger et emporter vos courses, de choisir : « vous désirez cette belle tente tressée en vacoa ou ce vulgaire sac en plastique recyclé ? »

Ne tient qu’à nous que le futur se transforme en présent et que cette fiction devienne réalité. En avant pour la « révolution vacoa » ! Faites la grève des sacs plastique, réclamez la soubik !

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter