Categories

7 au hasard 6 février 2015 : « Le développement, pas la dynastie » - 9 mars 2014 : Ukraine : plan d’austérité en vue, nazis au gouvernement … guerre à l’horizon ? - 18 juillet : Quinola l’invisible, grand chef marron, mort libre - 4 juillet 2014 : USA : le scandale des enfants martyrs de l’industrie du tabac - 9 février 2014 : Saint-Denis : vers une candidature Tamaya ? - 30 juin 2014 : NRL : Quelle consultation sur la route en mer ? - 27 juin 2015 : Vollard mort ? - 31 août 2013 : Sindni commande pas nous - 3 août 2016 : Maracanã : les Indiens expulsés pour le sport et le show - 22 octobre 2012 : Grand raid : retrouver le sens commun -

Accueil > Edito > Fabienne Couapel élue à vie ?

Edito

Fabienne Couapel élue à vie ?

29 avril 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Vu sur la web-télévision du Conseil régional : dans une petite causerie, la déléguée aux transports nous annonce le remplacement du SAR (Schéma d’aménagement régional) au profit d’un « machin », comme disait de Gaulle, dont l’acronyme aussi long qu’inintelligible s’achève, comme il se doit, par les initiales « DD » pour « développement durable ».

Passée en six ans d’un militantisme glapissant et furiomaniaque dans la chasse au gaspi (de la gauche) à la vice-présidence (de droite) du Conseil régional, Mme Couapel se plaint d’avoir « hérité » du SAR de ses prédécesseurs.

Son collègue David Lorion, distingué géographe et artisan des modifications qui ont permis audit schéma d’être validé par le Conseil d’État en 2011 appréciera...

On trouvera dans le je ne sais combientième « pilier » du programme de Didier Robert, lequel en comporte sept (le programme, pas Didier Robert), les raisons du subit accès de gratelle anti-SAR qui a commencé d’agacer la majorité, un peu en amont des dernières élections.

« Libérer la terre réunionnaise »... Google earth.

Il s’agit, lit-on, de « libérer la terre réunionnaise » ; comprendre : affranchir les promoteurs, qui aiguisent leurs longs couteaux, des règles qui les empêchent de charcuter ce qui n’est pas encore couvert de béton.

Mais revenons à l’impayable — si l’on peut dire — Couapel-Sauret qui a, ce vendredi 29 avril, promis devant le Conseil régional la finalisation prochaine d’un autre « zaffaire » : le RRTG, pour Réseau Régional de transport guidé, censé préfigurer l’éventuelle infrastructure qui pourrait remplacer le défunt Tram-Train. Un dispositif dont la virtualité et le caractère éthéré marque la parenté avec celui des fameux 2000 bus-au-GPL-dans-chaque-écart etc.

Les 7 piliers...

La Région n’a bien entendu pas plus l’intention de guider on ne sait quel réseau que de faire rouler les bus précités, promis en 2010 et jamais aperçus depuis ; mais elle doit tout de même faire comme si, puisque ce n’est qu’à ce prix que le Conseil d’État avait en 2011 avalisé le SAR aujourd’hui honni, amputé du Tram-train l’année précédente.

Pour l’heure, le RRTG a surtout donné lieu à des gaspillages des deniers publics qui auraient autrefois fait entrer en sarabande Fabienne-la-militante.
Il faut croire que Fabienne-la-vice-présidente, qui ne donne pas aux chiens sa part des réjouissances d’un palais régional dont les frais de manger et de boire ont explosé ces dernières années, se formalise désormais moins des écoulements d’argent non maîtrisés.

Comme nous l’avons déjà écrit, les « un pas en arrière deux pas en avant » du RRTG se sont déjà soldés par des dépenses significatives ; l’affaire fut si peu suivie par les services de Mme Couapel que les études durent être interrompues avant d’être recommencées, malgré le travail de qualité effectué par des spécialistes. Elles étaient, aux dernières nouvelles, embourbées dans des méandres administratifs dont on épargnera la description au lecteur.

Fabienne-la-prudente marche d’ailleurs sur des oeufs ; et si elle nous promet aujourd’hui coram populo la finalisation du RRTG, ce que tout le monde aura oublié demain, Fabienne-la-visionnaire annonce que sa réalisation n’aura pas lieu avant « plusieurs mandatures ». En clair, compte dessus et bois de l’eau fraîche, et, en attendant, paye la taxe dont Didier-le-combattant-de-la-vie-chère vient de « poiquer » ta carte grise. À moins, bien sûr, que Couapel et cie s’imaginent élus à vie...

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter