Categories

7 au hasard 19 mars 2016 : Le 19 mars 1946 sonne la fin des « quatre vieilles » - 11 janvier 2015 : Anita Ekberg : mort de la douceur de vivre - 9 mars 2015 : Elections : « Une citoyenneté sans visage ? » - 15 décembre 2015 : 20 décembre : sens de la fête et sens interdit de l’histoire - 15 août 2014 : Gaza : au bonheur des marchands d’armes - 7 juillet 2015 : Chantiers d’espoir : « pas d’autres alternatives possible ! » - 6 janvier 2015 : « Électeurs, n’oubliez pas les promesses envolées... et bonne année ! » - 29 juin 2015 : Tuit-tuit, rhinocéros blanc : même combat ? - 11 juin 2015 : Moins de logements neufs à cause de la NRL ? - 11 décembre 2015 : « Les enfants de la Martinique deviennent lucides » -

Accueil > Le Blog de GGL > Étudiants : les APL sacrifiées ?

Sur le blog de GGL

Étudiants : les APL sacrifiées ?

14 avril 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Gouvernement s’apprêterait à exclure les étudiants non boursiers du dispositif d’aide au logement !


Supprimer les APL (aides personnalisées au logement), incontournables apports aux budgets étudiants ou, dans un premier temps, en réserver l’accès aux seuls boursiers : l’idée apparaît de loin en loin depuis belle lurette dans les agendas gouvernementaux.

La rumeur pointe à nouveau dans le sillage du remaniement gouvernemental : mais cette fois-ci, c’est la « bonne », affirment plusieurs sources dont le site boursier.com, fort peu suspect d’alarmisme gauchisant.

«  Cette décision irait dans le sens des recommandations de la Cour des Comptes, qui préconise que les APL ne soient plus versées aux étudiants non boursiers  », précisait hier le site spécialisé. Selon celui-ci, l’arbitrage « pourrait rapporter 800 millions à l’Etat alors que le versement global des APL coûte chaque année 5 milliards d’euros sur un total de près de 40 milliards dédiés à la politique du logement en France » .

La perspective n’a pas été démentie par Jean-Marie Le Guen, interrogé lors du Grand rendez-vous Europe 1/Le Monde/ i-Télé », et « pourrait être évoquée sous quinzaine lors de la réunion entre Christian Eckert (Secrétaire d’Etat au Budget) et les représentants des groupes parlementaires qui ont voté la confiance au gouvernement Valls », rapporte boursier.com, qui s’interroge sur le futur de l’Allocation de logement sociale (ALS) et de de l’Allocation de logement familiale (ALF).

Parée des vertus de la justice sociale et de la méritocratie, cette suppression d’un acquis social aura pour effet — et c’est sans doute bien là le but poursuivi — d’accroître l’exaspération d’une frange conséquente de la population, dont les revenus sont situés juste au-dessus des barèmes permettant l’accès aux prestations sociales. Une strate dont les membres, qui s’identifient eux-mêmes à la « classe moyenne », ont le sentiment de subir l’effort fiscal, sans bénéficier en retour de l’État social...

Autant d’injustices bien réelles et soigneusement entretenues, sur lesquelles prospèrent la division et le ressentiment envers les prétendus « privilégiés d’en bas », indispensable à la mise en œuvre des politiques d’austérité.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter