Categories

7 au hasard 14 mai 2015 : Il se souvient de ses yeux, son sourire, sa souffrance... - 10 mai 2015 : « L’identité métisse lave toujours plus blanc » - 12 février 2015 : Sur-rémunération : « une prime coloniale, pas un moteur économique » - 19 juillet 2016 : Chagos : Diego sur la porte du frigo - 10 mai 2015 : Sergio Grondin, le talent des écorchés vifs - 29 septembre 2013 : Hécatombe de dauphins... à cause d’un sonar ? - 9 mai 2013 : « Que les vrais responsables viennent négocier ! » - 9 mai 2014 : Mayotte : enfer pour mineurs en prison - 2 juillet 2015 : Passeport mobilité : une situation absurde et inacceptable - 14 juillet 2014 : « Les contribuables américains financent le réchauffement climatique » -

Accueil > Le monde > Étranges sculptures géantes et... vivantes

Insolite

Étranges sculptures géantes et... vivantes

9 septembre 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Elles évoquent de grands insectes de l’ordre des phasmes... ou des engins qui se seraient échappés d’un roman d’heroic fantasy. Sculptures animées à la silhouette aérienne, ornées de larges voilures. Structures mobiles légères, complexes, irréelles. Ouvrez l’oeil : elles se mettent en mouvement, déroulant lentement le mécanisme mystérieux de leurs corps de métal, et l’on croit voir le squelette d’un dinosaure se promenant sur la plage...

Animaris percipiere. Photo strandbeest.com

« Je me consacre à l’élaboration d’une nouvelle forme de vie depuis 1990, explique Theo Jansen, artiste sculpteur néerlandais né en 1948. Je n’utilise ni graines, ni pollen mais des tubes de plastique jaune qui sont les matériaux de base de cette nouvelle nature ! Je crée des squelettes capables de marcher grâce au vent et qui n’ont pas besoin de manger. Au fil du temps, ces squelettes ont développé une aptitude à survivre aux éléments tels qu’une tempête ou l’eau »...

Il les appelle ses « animaux de plage » (strandbeesten en Néerlandais ou Animari en latin) car ces créations (créatures ?), au fur et à mesure du temps et des expérimentations, ont acquis un certain nombre de pouvoirs qui selon Theo Jansen pourraient les rendre autonomes : ainsi elles ont le pouvoir de s’ancrer dans le sable en cas de tempête, ou de s’éloigner de la mer grâce à des détecteurs d’eau... Un système de voiles leur permet, non seulement de se déplacer en utilisant la force du vent, mais aussi de stocker dans des bouteilles de l’air « lentement comprimé par le mouvement de ces sortes d’ailes et de pistons ressemblant à des pompes à vélo ».

Theo Jansen. Photo strandbeest.com

Souvent qualifié d’artiste-ingénieur tant les œuvres qu’il produit prennent des allures d’engins autonomes aux mécanismes complexes, Theo Jansen a très tôt été influencé par le courant de l’art cinétique qui désigne notamment les œuvres mises en mouvement par le vent, les spectateurs et/ou un mécanisme motorisé.

7 Lames la Mer
Sur une proposition de Gabriel Blanc

Photo artfutura.org

Photo artfutura.org

Photo artfutura.org

Photo artfutura.org

Photo artfutura.org

Photo artfutura.org

Photo spacex.org.uk

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter