Categories

7 au hasard 28 juillet 2013 : Israël cible les Bédouins - 28 octobre : Langue créole : Célimène devant - 3 avril 2015 : L’heure pou compte le mort... dann l’ilette perdu - 24 août 2013 : Trois vols de guitares et... un anniversaire ! - 4 septembre 2013 : Cités et îles englouties sous l’océan Indien - 20 août 2014 : Route du Littoral : l’urgence d’une solution terrestre et écologique - 13 mars : Quand les Chagos étaient présentées comme une destination touristique - 28 juin 2013 : Sauver le RSTA : ni main tendue, ni charge sur nos entreprises - 3 février 2013 : Océan India ? Océan Indian ? - 19 avril : Saint-Expédit... une statue « comme un être vivant » (2) -

Accueil > Océan Indien > Et si l’on changeait la fin de l’histoire des Salines ?

Maurice

Et si l’on changeait la fin de l’histoire des Salines ?

19 août 2015
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« On vit dans un pays fou : on importe du sel alors qu’on est entouré par la mer ». Constat sans appel d’un internaute mauricien. La fermeture, ce vendredi 14 août, des Salines de « Petite-Rivière-Noire » annonce-t-elle qu’une page de l’histoire de l’île-soeur se tourne ? Et si vous changiez le cours de cette histoire en signant la pétition en ligne ? A vos claviers ! Parce que « Maurice sans les Salines, c’est comme la France sans la tour Eiffel ! »

Photo : Percy Yip Tong

« Scandaleux et choquant », « very sad, even tragic », « honteux »... s’exclament des internautes sur la page facebook de « S.O.S. Salines » [1], page ouverte fin avril 2015 face à la destruction annoncée d’une part considérable (75%) des Salines de Tamarin pour accueillir, en lieu et place de ce fleuron du patrimoine mauricien, une surface commerciale et un parking !

Animé notamment par l’infatigable Percy Yip Tong, le collectif pour sauver les Salines de Tamarin a rapidement pris de l’ampleur puisque la page facebook affiche aujourd’hui près de 3500 membres à son compteur et que les deux pétitions lancées dans la foulée (une sur papier, une sur internet [2]) ont réuni au total plus de 11.000 signatures. « Une force citoyenne maintenant bien réelle », estime Percy Yip Tong. Les objectifs que se sont fixés les membres de « S.O.S. Salines » se déclinent notamment en deux points : que les Salines de Tamarin soient classées « Patrimoine National » et site protégé ; que la production du sel mauricien soit soutenue par l’État.

Il ne reste aujourd’hui plus que trois sites de salines à l’île Maurice : deux à Tamarin et un à « Petite-Rivière-Noire ». Ces sites sont grandement menacés et depuis l’annonce de la fermeture, ce vendredi 14 août, des Salines de « Petite-Rivière-Noire », la polémique enfle.

Photo : Corine Desjardins.

« Nous persévérons dans notre démarche pour une prise de conscience, car la disparition de 75% des Salines de « Mont Calme » à Tamarin est dramatique pour beaucoup, estime Corine Desjardins engagée dans le combat aux côtés de Percy Yip Tong. C’est l’âme de Tamarin qui disparaît. Cette situation découle des difficultés que rencontre la production du sel mauricien suite aux décisions prises par le Ministère du Commerce qui encourage l’importation du sel ».

Le Gouvernement mauricien a effectivement décidé, au mois de juin dernier, de libéraliser l’importation du sel. « Depuis les clignotants sont au rouge pour les producteurs locaux, explique-t-on du côté de « S.O.S. Salines ». La société « Mont Calme Ltd », qui gère une des deux salines de la région, a fait comprendre par la voix de son directeur, Marc de Ravel, qu’elle n’a d’autre choix aujourd’hui que de sauver son entreprise en péril. Marc de Ravel ira donc de l’avant avec le projet de remplacer les salines par un complexe immobilier. Les pétitions pourraient bien ne pas suffire pour sauver ce patrimoine d’envergure. Ainsi va la vie à l’île Maurice en 2015 ».

Photo : Corine Desjardins.

Créées il y a une soixantaine d’années, les salines exploitées par la famille « de Ravel », emploient une vingtaine de sauniers, dont une majorité de femmes. Cette activité artisanale a contribué à modeler harmonieusement le paysage et s’est inscrite dans la mémoire collective des Mauriciens comme un patrimoine sentimental et chargé d’histoire.

« Le sel, c’est fini ! » titrait le « Défi Media Group », ce vendredi 14 août, faisant référence aux Salines de « Petite-Rivière-Noire » et précisant que « le fonctionnement de la pompe qui aspire l’eau de mer dans les salines a été interrompu vendredi vers 8h45 ». L’émotion est alors montée d’un cran. « Coup de massue aux employés des Salines de “Petite-Rivière-Noire” » affirmait de son côté « Le Mauricien ».

La fermeture des Salines de « Petite-Rivière-Noire » annonce-t-elle qu’une page de l’histoire de l’île-soeur se tourne ? En tout état de cause, ce n’est pas de bon augure pour ce qui concerne le sort qui sera réservé aux Salines de Tamarin, elles aussi propriétés de la famille « de Ravel » et vouées à la destruction sur 75% du terrain qu’elles occupent.

Photo : Corine Desjardins.

À moins que... la mobilisation ne s’amplifie plus encore et permette ainsi d’infléchir franchement la balance du côté de la préservation d’un patrimoine exceptionnel dont la dimension touristique n’est pas à négliger. D’autant que ce drame en appelle un autre : les Salines seront remplacées par un centre commercial alors que « le petit village de Tamarin en a déjà deux gros et qu’ils sont vides en semaine ».

Une délégation du collectif « S.O.S. Salines », menée notamment par Corinne Desjardins, Stéphane Mussard et Thierry Lebreton de « SOS Patrimoine en Péril », a récemment rencontré le Ministre des Arts et de la Culture et le Directeur de la « National Heritage Fund » pour exposer ses légitimes doléances. « Ce fut une discussion franche et positive : une ligne de dialogue directe avec le Ministère des Arts et de la Culture a été établie, analyse Percy Yip Tong qui n’a pas assisté à la rencontre puisqu’il est actuellement en tournée avec le groupe des Comores Elisouma. Mais tant que des décisions politiques concrétisant nos revendications ne sont pas prises, il faut rester mobilisés ».

Alors, si vous voulez changer la fin de l’histoire des Salines, il ne vous reste plus qu’à signer la pétition en ligne !

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[2« Préservez le site patrimonial des Salines de Tamarin »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter