Categories

7 au hasard 13 février 2016 : Visitez Mars à 360° - 14 août 2013 : « Reefa » tué pour une lettre - 25 juillet 2014 : Soeuf Elbadawi : « Est-il normal de devenir clandestin en sa propre terre ? » - 18 mars 2013 : Une franco-malgache emprisonnée à Fort Dauphin - 7 décembre 2015 : Coucou, Albius : des noms de rues à côté de la plaque - 4 juin 2015 : Le cœur de l’action politique doit évoluer ! - 13 juillet 2015 : Developing Zero Gravity Tourism in Reunion Island... Why not ? - 14 février 2014 : « Nous n’avons pas besoin des capitalistes destructeurs » - 29 janvier 2014 : Portez votre fœtus autour du cou... - 12 janvier 2014 : Bois-Ozoux : touche pas à mon spot ! -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Environnement : agir depuis la case jusqu’au parlement européen

Lycée Ambroise Vollard, Saint-Pierre

Environnement : agir depuis la case jusqu’au parlement européen

5 avril 2016
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

27 élèves du Lycée Ambroise Vollard de Saint-Pierre ont réalisé un périple en Europe : La Réunion, Paris, Strasbourg, Freiburg, Amsterdam, Paris... La Réunion ! Un voyage placé sous le signe du développement durable : comment vit-on à Paris, à Strasbourg, à Amsterdam ?

« Mieux vivre ensemble » : comment vivent les autres européens ? Quels éléments orientent leur façon de vivre en ville ?

C’est, parmi les piliers du développement durable, l’axe choisi par les enseignants du lycée Ambroise Vollard de Saint-Pierre pour emmener 27 élèves de Terminale STMG (Sciences et Techniques du Management et de la Gestion) à la découverte de Strasbourg et d’Amsterdam.

Trois enseignants : Gérard Tayllamin, enseignant d’économie-gestion, Christiane Defaye, enseignante d’anglais et Virginie Pesme, documentaliste, rejoints ensuite par Pascal Basse, enseignant d’histoire-géographie, ont mené ce projet pendant un an et demi au travers d’une sensibilisation des élèves sur le thème du développement durable.

Participation à la semaine nationale du Développement Durable, rencontre avec des intervenants tels Yabalex photographe animalier, la Civis pour le tri des déchets, le SDIS pour la protection de forêts, interventions sur l’économie circulaire, l’énergie...

Les élèves ont exploré le lagon, et sont sortis en montagne ; ils se sont aussi intéressés à leur environnement tout proche en participant à « jeunes reporters pour l’environnement »...

JPEG - 24.1 ko
Image extraite de : "Between our hands", par Pingouinnobix

Ce projet n’aurait pas pu être concrétisé sans une solide motivation des jeunes et de leur famille ; seuls les volontaires ont participé. Il a fallu entreprendre de nombreuses actions telles l’ensachage, la vente de gâteaux au marché, des brocantes, un dîner dansant, des pique-niques...

Ces actions n’étaient pas seulement nécessaires au financement du projet mais elles étaient aussi formatrices car il a fallu surmonter sa timidité, aller à la rencontre des chefs de service que ce soit pour réserver un emplacement de brocante ou de marché, ou pour réserver une salle pour le dîner dansant, faire des cartons d’invitation, les vendre, organiser des pique-niques payants, dessiner et faire imprimer des t-shirts, passer son temps libre à « ensacher ». Un bon exercice quand on est en section « management des organisations ».

L’organisation d’un tel projet n’est possible qu’avec un gros investissement de la part de chacun : familles, élèves, enseignants, équipe de gestion.

JPEG - 47.2 ko
Le parlement européen à Strasbourg

Et une solide aide est venu de notre député européen, membre entre autres de la commission du développement durable, Monsieur Younous Omarjee, qui a invité le groupe à visiter le parlement européen de Strasbourg et a subventionné le voyage.

À Strasbourg lors de la visite du Parlement, nous avons été accueillis par un conférencier puis par deux attachés parlementaires de M. Omarjee. Là, la discussion a porté sur la répartition des fonds européens et sur la place de l’Outremer dans cette répartition. Les élèves ont pu remarquer que les députés se donnent beaucoup de mal pour obtenir et maintenir ces fonds ; M. Omarjee participe à de nombreuses commissions dans ce but.

Les élèves ont été impressionnés par le lieu, fiers de rencontrer les attachés qui leur ont parlé de ce qu’ils faisaient pour l’Outremer, curieux de voir ce qui se passait dans l’hémicycle où la discussion portait sur le problème des migrants et de leur accueil en Europe, et ravis par le self du Parlement...

JPEG - 68.2 ko
Freiburg et son écoquartier de Vauban

Freiburg : nous avons fait une incursion à Freiburg en Allemagne pour visiter l’écoquartier Vauban, modèle du genre. Nous avons pu voir un urbanisme contrôlé malgré une forte densité de population, un quartier géré par ses habitants, des habitations neutres en énergie, un environnement sûr et agréable où les voitures restent en dehors du quartier mais où le tram arrive tout près de chez soi.

La limite de ce type de quartiers se situe dans le manque de mixité sociale, les tarifs des loyers ou de l’achat restant élevés même si des efforts sont faits pour proposer quelques logements sociaux.

Centre de Strasbourg : « j’ai beaucoup aimé me promener à pied, on peut marcher tranquillement, c’est très agréable ».
« Il y a beaucoup de vélos, il faut faire attention ; ici ils ont de vraies routes réservées ».
« La cathédrale est impressionnante ».
« Les gens sont gentils, nous avons été bien accueillis à l’auberge Ciarus ».

JPEG - 76.9 ko
Amsterdam

Amsterdam : les vélos sont rois, tout est fait pour bouter les voitures hors de la ville : parkings très chers pour les gens qui n’habitent pas le centre et sinon il faut résider depuis 3 ans pour acheter une place de parking. Mais maintenant il y a un problème avec les vélos : il y en a trop et on voit même des embouteillages de vélos. Et il faudrait plus de respect pour les piétons qui semblent pris en otages entre bus, trams, vélos et voitures !

Le tram circule partout mais a un coût élevé, le ferry est gratuit et la ville se fournit en énergie grâce à ses déchets ; cette énergie est aussi utilisée par le tram ; un excellent exemple d’économie circulaire !

Les canaux qui aèrent la ville en même temps qu’ils lui permettent d’exister ne sont plus utilisés que par des bateaux touristiques. La ville existe grâce aux polders ; le réchauffement climatique constitue un grand risque pour elle.

JPEG - 76.3 ko
Cathédrale Notre Dame de Strasbourg. Photo : © Claude Truong-Ngoc / Wikimedia Commons

Les élèves ont pu rencontrer de jeunes Européens, faire de la musique avec des catalans et des « métropolitains » ; mais à Amsterdam, ils ont pris conscience que la barrière de la langue était difficile à surmonter et que l’anglais constituait un atout non négligeable ; le froid n’était pas insurmontable et ils s’y sont habitués ; c’était un peu plus dur pour la nourriture.

Certains ont même émis l’envie de retourner à Strasbourg pour faire leurs études...

Le voyage est terminé mais le projet continue ; il faut maintenant digérer les connaissances et les observations pour les replacer dans le pilier social du DD (satisfaction des besoins essentiels de l’humanité en logement, alimentation, santé et éducation, en réduisant les inégalités entre les individus, dans le respect de leurs cultures...) et pérenniser ce projet par l’implication d’autres élèves, d’autres actions et d’autres voyages...

JPEG - 65.7 ko
Beaubourg, centre Pompidou

Notre parcours du 7 au 17 mars

  • 1 journée à Paris : 7 mars. Marche vers la tour Eiffel, le long de la Seine, Notre Dame, les Halles, Beaubourg...
  • 4 jours à Strasbourg et Freiburg : visite du Parlement ; visite de l’écoquartier Vauban ; visite de la ville ; bateau mouche ; patinoire ; 1 soirée Flamenkuche...
  • Liaison des 2 villes en bus avec arrêt à Baraque de Fraiture, station de ski belge (oui, ça existe) pour une rencontre avec la neige...
  • 4 jours à Amsterdam : visite de la ville ; visite guidée du quartier de l’ancien chantier naval ; visite guidée à vélo des polders du quartier nord ; visite du musée Van Gogh ; 1 soirée Bowling...
  • Retour sur Paris et dans la foulée arrivée à La Réunion le 17 mars.

JPEG - 93.1 ko
Église d’Auvers-sur-oise, par Vincent Van Gogh.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter