Categories

7 au hasard 13 janvier 2015 : « Faisons comme s’ils étaient fous... c’est tellement plus confortable » - 5 février 2015 : Lechat grafine le clan Lagourgue - 29 mars 2013 : Une pétition pour libérer Perle - 12 janvier 2016 : Une centaine de baleines échouées dans le Sud de l’Inde - 3 janvier 2015 : Internet : Coca-cola et Facebook à l’assaut de l’Afrique - 20 juin 2015 : « Notre camarade, François Delapierre, sera toujours à nos côtés » - 12 juillet 2016 : Ici vécut un phénomène : Célimène, ancêtre de l’esprit rap - 1er mai 2014 : Orgasme dans un fauteuil - 2 décembre 2013 : L’ancêtre du surf est parmi nous (2) - 28 juillet 2013 : Israël cible les Bédouins -

Accueil > Le Blog de GGL > Élection régionale : une opinion sous influence

Sur le Blog de GGL

Élection régionale : une opinion sous influence

24 juillet 2015
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La campagne se résumera-t-elle au panégyrique ininterrompu de l’« action » de la Région Réunion, qui résonne jusque dans les jeux télévisés ?

Le 18 juin, les « sages » du CSA, réunis en assemblée plénière, épinglaient Antenne Réunion, la première chaîne télévisée de l’île en terme d’audimat. En cause : la diffusion d’images de nature à entretenir la confusion lors de « l’affaire » liée à une demande de rejet des comptes de campagnes municipaux de Thierry Robert (MoDem / LPA), concurrent en pointe dans les sondages du Président de Région Didier Robert (Les Républicains / Objectif Réunion).

On se souvient que l’ « affaire » — un recours intenté par un membre de l’aréopage régional — n’en était pas une et n’a au final pas même été examinée par la juridiction administrative ; les comptes de campagne de Thierry Robert ont été validés.

Ce petit rien procédurier a néanmoins fait un grand vacarme, largement orchestré par Antenne Réunion. « Orchestré » : le terme n’est pas excessif .

Par trois fois, le média a utilisé dans ses journaux télévisés des 3 et 4 décembre derniers un montage d’images piochées dans des archives électorales datant de 2012. Hors de leur contexte initial, celles-ci pouvaient faire croire que la commune de Saint-Leu finançait le déplacement d’un bus frappé d’un portrait géant du maire et peint aux couleurs du Modem.

Cet artifice ne surprendra que les Candide qui ignoreraient encore la proximité, pourtant notoire qui existe entre Antenne Réunion et la Pyramide inversée.

C’est, au vrai, la remontrance du CSA qui sort de l’ordinaire : la réclame pour le Président de Région et le traitement allant de la dépréciation au dénigrement subséquemment réservé à ses concurrents sont à ce point omniprésents que l’on en perdrait presque de vue que les règles de la communication politique sont (censées être) applicables à La Réunion.

Il ne se passe guère un jour sans diffusion de publireportages, encarts publicitaires, spots radios et télé en faveur des « réalisations » de la Région Réunion.

Pourtant, continuité territoriale et plan « POP » mis à part, ces fameuses « réalisations » demeurent au stade programmatique et constituent, Nouvelle route du Littoral en tête, les axes de campagne du président sortant, candidat à sa réélection.

Il n’est pas rare que les spots à la gloire de l’action régionale précèdent des interviews de conseillers régionaux ou du Président de Région lui-même. Il n’est pas rare non plus que publi-reportages et encarts achetés par la collectivité encadrent les quelques articles critiques que les rédactions parviennent à arracher à la logique comptable qui domine des médias réunionnais en crise, devenus fort dépendants du budget « com’ » de la Région.

Et vas-y donc que je te tartine, du soir au matin et dans la presque-totalité des médias, de la Nouvelle route du littoral, des grands projets, de la mobilité, de l’ordinateur pour lycéens…

Débridé — quid de la réglementation de la parole institutionnelle dans les délais décisifs de 6 mois et 1 an qui précèdent un scrutin — et coûteux (pour le contribuable), ce panégyrique permanent des « actions » de la Région Réunion n’est que l’expression d’un dispositif qui, par des biais divers, oriente les esprits en faveur du bilan de l’équipe sortante.

En plus des pratiques ancrées dans notre terroir politique — embauches pré-électorales et enrôlement de personnels « volontaires » lors de manifestations telle que celle qu’a initiée le Président de Région en défense de la continuité territoriale — la machine a faire l’opinion (et à faire voter) met en œuvre des procédés indirects mais non moins omniprésents que la communication institutionnelle.

Exemple parmi mille autres, ce jeu télévisé — toujours sur « Antenne Réunion »— qui interrogeait récemment les concurrents en ces termes :

« Combien d’étudiants réunionnais partiront au Québec cette année GRÂCE À LA RÉGION RÉUNION » ?

La question n’est d’ailleurs peut-être pas la mieux choisie, à l’heure ou la Région s’apprête justement à « sucrer » bon nombre des bourses allouées à la mobilité vers le Canada…

Néanmoins, le procédé témoigne d’un bourrage de crâne diffus, qui assène à longueur de journée des « grâce à la Région Réunion », « la Route du Littoral est une réalité  », « bon bilan », «  projets utiles », « itinéraire sécurisé », « Didier Robert travaille pour La Réunion »… autant de formules communicationnelles calibrées pour entrer dans toutes les têtes à quelques mois du scrutin régional.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter