Categories

7 au hasard 28 décembre 2016 : 1945 : Le Port sentait le gingembre et la mangue... - 23 avril 2013 : Sous les arbres... le théâtre ! - 9 mai 2017 : « Territoire-blues », entre Oasis et Cœur-Saignant - 6 mars 2015 : Point de répit pour une journée urticante... - 18 août 2014 : Monsieur le Président... alerte sur les dangers de la Nouvelle Route du Littoral ! - 24 juillet 2014 : Crash : « la batterie de missiles vraisemblablement sous contrôle ukrainien », selon un grand journaliste américain - 27 avril 2013 : Préférence à l’embauche : le critère de la langue - 9 mai 2018 : Pour une lecture critique de nos textes religieux fondateurs - 27 mars 2017 : Un fabuleux laboratoire pour vos idées de génie - 6 juillet 2018 : Frida Kahlo : « Même dans un cercueil, je ne veux plus jamais rester couchée » ! -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Du Tibet à l’Inde, l’exil pour exister

Expo photos

Du Tibet à l’Inde, l’exil pour exister

27 avril 2014
Anne-Line Siegler
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Anne-Line Siegler expose ses photographies à la médiathèque de Sainte-Marie, du 30 avril au 28 mai. Une exposition intitulée : « Du Tibet à l’Inde : l’exil pour exister ».

Ce travail photographique a été réalisé en juin 2013 à Dharamsala (nord de l’Inde), petite ville perchée sur les contreforts de l’Himalaya. En 1959, suite à l’annexion du Tibet par la Chine (1950), le Dalai Lama s’y réfugie et y fonde son gouvernement en exil, rejoint par des milliers de Tibétains.

Aujourd’hui encore, des centaines de réfugiés affluent au Tibet via le Népal pour gagner cette capitale de l’exil. Certains y transitent avant de migrer vers le reste de l’Inde, l’Europe ou les Etats-Unis ; quelques-uns décident parfois de retourner au Tibet ou en Chine.

Plus de 100.000 Tibétains, regroupés dans une trentaine de camps de réfugiés, ont fait de l’Inde leur terre d’asile.

Au-delà des représentations traditionnelles du Tibet, ce travail questionne une identité en exil, fragile, menacée, marquée par des symboles forts d’appartenance communautaire et religieuse. Il présente aussi un quotidien oscillant entre espoir et désespoir, où une existence libre, même apatride, vaut toujours mieux qu’une existence opprimée.

Anne-Line Siegler  [1]
Photographe

Notes

[1Après avoir travaillé quatre ans en Chine, en Inde et à Sri Lanka, Anne-Line Siegler est rentrée en 2010 à La Réunion, où elle a grandi, pour se consacrer à de nouveaux projets, notamment à la photographie et à l’écriture. Elle est la lauréate du 1er prix Célimène 2012.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter