Categories

7 au hasard 21 juillet 2016 : Îles Vanille : refusons de payer le prix du sang - 31 mars 2018 : 1919 : à cause créole l’arrête mange cochon ? - 7 février 2017 : Le loup de Bélouve : le cas lé grave pou-de-bon ! - 28 avril 2013 : Le Parc joue à cache-cache - 23 novembre 2013 : Aogashima, l’île la plus insolite de la Terre - 22 avril 2015 : La Réunion n’est pas à vendre - 4 juin 2014 : Prison J. Dodu : « nous dénonçons un crime culturel » - 28 octobre 2013 : Oliver Stone : « De Gaulle aurait accueilli Snowden » - 4 novembre 2018 : Ne balaie pas la maison après 6h du soir (2) - 22 mars 2016 : #UnfairAndLovely : Non au diktat des peaux blanches -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Du Tibet à l’Inde, l’exil pour exister

Expo photos

Du Tibet à l’Inde, l’exil pour exister

27 avril 2014
Anne-Line Siegler
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Anne-Line Siegler expose ses photographies à la médiathèque de Sainte-Marie, du 30 avril au 28 mai. Une exposition intitulée : « Du Tibet à l’Inde : l’exil pour exister ».

Ce travail photographique a été réalisé en juin 2013 à Dharamsala (nord de l’Inde), petite ville perchée sur les contreforts de l’Himalaya. En 1959, suite à l’annexion du Tibet par la Chine (1950), le Dalai Lama s’y réfugie et y fonde son gouvernement en exil, rejoint par des milliers de Tibétains.

Aujourd’hui encore, des centaines de réfugiés affluent au Tibet via le Népal pour gagner cette capitale de l’exil. Certains y transitent avant de migrer vers le reste de l’Inde, l’Europe ou les Etats-Unis ; quelques-uns décident parfois de retourner au Tibet ou en Chine.

Plus de 100.000 Tibétains, regroupés dans une trentaine de camps de réfugiés, ont fait de l’Inde leur terre d’asile.

Au-delà des représentations traditionnelles du Tibet, ce travail questionne une identité en exil, fragile, menacée, marquée par des symboles forts d’appartenance communautaire et religieuse. Il présente aussi un quotidien oscillant entre espoir et désespoir, où une existence libre, même apatride, vaut toujours mieux qu’une existence opprimée.

Anne-Line Siegler  [1]
Photographe

Notes

[1Après avoir travaillé quatre ans en Chine, en Inde et à Sri Lanka, Anne-Line Siegler est rentrée en 2010 à La Réunion, où elle a grandi, pour se consacrer à de nouveaux projets, notamment à la photographie et à l’écriture. Elle est la lauréate du 1er prix Célimène 2012.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter