Categories

7 au hasard 20 février 2014 : Ce que parler veut dire (1) - 10 juin 2016 : Les travailleurs n’ont d’autre choix que la lutte - 2 décembre 2013 : L’ancêtre du surf est parmi nous (2) - 20 novembre 2016 : Minuit : la reine Ranavalona III pleure dans son palais Rova (1) - 20 août 2015 : Quand Doudou N’Diaye Rose faisait vibrer La Réunion - 23 février 2014 : Faille : Apple rate la vague Mavericks - 29 juillet 2013 : Traviata à Maurice - 15 avril : Stéphane Rochecouste, la « nouvelle » tête du PRMA - 13 février 2014 : Saint-André : Avantage Virapoullé - 13 juillet 2015 : Developing Zero Gravity Tourism in Reunion Island... Why not ? -

Accueil > Libérez les Chagos / Free Chagos island > Diego Garcia : impérialisme, boobs et bikini

Chagos, océan Indien

Diego Garcia : impérialisme, boobs et bikini

27 juillet 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Au milieu de l’océan Indien, à 2.500 km de La Réunion, la base militaire américaine de l’île de Diego Garcia (archipel des Chagos) est régulièrement visitée par des contingents de « pom pom girls » envoyées divertir les marines de l’US Army. Et prendre des poses — lascives — pour la postérité. Il y a 50 ans, dans cet archipel, vivait une population créole... exilée de force. Mais qu’est-il arrivé au paradis perdu des Chagossiens ?

PNG - 3 Mo
Des bimbos à Diego Garcia

Sur l’île de Diego Garcia, l’US Army est « maître des lieux » qu’elle loue depuis 50 ans au Royaume-Uni, selon un bail — tacitement reconductible pour 20 ans — qui expire le 30 décembre 2016.

Avant la base militaire géante, il y avait, dans l’archipel des Chagos, un peuple créole qui vivait là paisiblement depuis plusieurs générations. Mais les Chagossiens ont été expulsés de leurs îles manu militari ; ils y sont désormais interdits de séjour. Il fallait faire place nette pour l’US Army.

Pour dépeupler les trois îles habitées de l’archipel des Chagos [1], les Britanniques et les Américains ont utilisé des moyens brutaux ; ils ont organisé la pénurie des denrées de base (vivres, médicaments) ; ils ont menti aux habitants en leur annonçaant qu’une bombe allait éclater sur l’archipel ; ils ont procédé à l’extermination des animaux domestiques des Chagossiens ; ils ont embarqué de force les derniers habitants.

Cette opération d’évacuation totale s’est étendue sur 8 ans, de 1965 à 1973. Les 2.000 Chagossiens ont été déportés vers l’île Maurice et les Seychelles.

Dès 1971, les travaux d’installation et de construction de la base militaire américaine démarrent sur Diego Garcia.

JPEG - 57.5 ko
Noël 1972 : Bob Hope, acteur, chanteur et humoriste américain, atterrit à Diego Garcia avec une ribambelle de pom pom girls. Le jet de Bob Hope est le premier à se poser sur la nouvelle piste de la base militaire.

En 1972, l’acteur américain Bob Hope, accompagné d’un aréopage de « pom pom girls », arrive sur l’île de Diego Garcia pour divertir les pauvres marines, isolés au cœur de l’océan I’Indien... alors que sur l’île de Peros Banhos, les derniers Chagossiens « résistent à l’envahisseur » mais seront bientôt forcés de quitter le paradis pour l’enfer...

Bob Hope inaugure ainsi une triste tradition sur Diego Garcia : comme sur toutes les bases militaires américaines, des bimbos visitent les soldats... À Diego Garcia, pour visiter et divertir les soldats, elles foulent une terre volée. Une terre imprégnée de la douleur de l’exil. Les ancêtres des Chagossiens sont enterrés là, dans de petits cimetières désormais à l’abandon.

JPEG - 52.2 ko
Noël 1972 : des pom pom girls pour soigner le moral des troupes de la base militaire de Diego Garcia, archipel des Chagos, océan Indien.

Lisette Talate, figure charismatique du combat des Chagossiens, est morte le 4 janvier 2012, à 70 ans, sans avoir pu jamais retourner vivre sur son île, sur la terre qui l’a vue naître. Elle disait : « Si je pouvais retourner à Diego pour de bon, je redeviendrais jeune ».

La mort n’a pas laissé à Lisette le temps de réaliser son rêve d’éternelle jeunesse. Lisette repose en terre mauricienne, en terre d’exil. Et pendant ce temps-là, à Diego, les « pom pom girls » divertissent les soldats.

7 Lames la Mer

JPEG - 74.5 ko
Noël 1983 : 12 pom pom girls de Dallas posent sur la plage, à Diego Garcia, autour d’un gradé de l’US Army. (Photo : P. Soutar)


JPEG - 70 ko
2002 : en route pour Diego Garcia : les pom pom girls à la guerre !


JPEG - 53.3 ko
2010 : un peu de "réconfort" pour "quelques" marines isolés. Diego Garcia.


JPEG - 45 ko
2011 : des pom pom girls à Diego Garcia.


JPEG - 27.1 ko
2011 : des bimbos à Diego... Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».


JPEG - 36.7 ko
2011 : quelques pompes avec des pom pom girls, à Diego Garcia...


JPEG - 34.7 ko
2015 : on se lève tous pour... Diego. protourproductions.com


JPEG - 33.7 ko
2016 : nouvelle tournée de bimbos à Diego... Garcia.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Diego Garcia, Peros Banhos et Salomon

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter