Categories

7 au hasard 13 août 2015 : Un conte philosophique pour les passagers du vol MH370 - 13 février 2014 : Saint-André : Avantage Virapoullé - 13 octobre 2014 : Continuité territoriale : le LPA appelle à la manif ! - 14 juin 2014 : USA-Irak : vers des « frappes aériennes »… et une alliance avec l’Iran ? - 22 mars 2014 : Lamoukate... Totoche... Kouniche... Languette ! - 29 juin : Maloya : référencé par la base mondiale de Discogs - 23 juillet 2016 : Seul Graham survivra à un accident de voiture - 23 décembre 2016 : Le Créole aime manger... et causer ! - 30 janvier 2013 : 30 janvier 1725 : « Tuer les noirs fugitifs dans les bois » - 16 janvier : Les lataniers dressés avec des bruits d’armure -

Accueil > La Réunion > Economie et société > « Didier » like les pesticides

Sénat

« Didier » like les pesticides

18 mai 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Parmi les quatre sénateurs de La Réunion, seul Didier Robert a voté contre l’interdiction des insecticides « néonicotinoïdes »... c’est à dire, pour que les pesticides réputés « tueurs d’abeilles » continuent d’être pulvérisés dans la nature, au mépris d’un impact pourtant établi par de nombreux travaux scientifiques.

Parmi les quatre sénateurs réunionnais, seul Didier Robert s’est opposé à l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes, se positionnant ainsi du côté des « tueurs d’abeilles ». Source : site de l’association "Agir pour l’environnement".

Les néonicotinoïdes, utilisés principalement dans l’agriculture intensive, ont des propriétés toxiques et attaquent le système nerveux central des insectes. Les abeilles n’y échappent pas.

Selon des sources scientifiques, les néonicotinoïdes seraient particulièrement impliqués dans le « syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles »... Or la disparition des abeilles « pourrait provoquer jusqu’à 1,4 million de morts supplémentaires par an, soit une augmentation de la mortalité mondiale de près de 3% », écrit le magazine « sciencesetavenir.fr », en écho à une étude publiée dans le journal médical de référence britannique « The Lancet ».

Alors que l’assemblée Nationale avait voté en mars dernier en faveur de l’interdiction des néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, le Sénat, majoritairement à droite, s’est en revanche prononcé, le 12 mai, contre l’interdiction :

  • 153 sénateurs — dont Didier Robert — ont voté contre l’interdiction,
  • 59 sénateurs — dont Paul Vergès — ont voté pour l’interdiction,
  • 124 sénateurs se sont abstenus — dont Michel Fontaine et Michel Vergoz,
  • 12 n’ont pas participé au vote.

Dans cet âpre débat, l’influence de la firme « Bayer » n’est pas négligeable ; il s’agit là de « l’entreprise chimique dont les 2,5 milliards de chiffre d’affaire en 2015 proviennent de la commercialisation des néonicotinoïdes » [1].

Didier Robert, dont on nous affirme qu’il « engage La Réunion dans de multiples actions pour le capital [sic] “environnement” » n’en est plus à une contradiction près. Prenant le contre-pied direct des déclarations aussi répétitives qu’emphatiques sur la « Terre réunionnaise » et la « préservation de la biodiversité » de l’île, le sénateur-président se plie à Paris aux desiderata du puissant lobby agro-chimique. Un comble pour l’ancien maire d’une commune dont le Miel vert est le symbole par excellence, qui ne manque pas une occasion d’affirmer son ancrage dans la ruralité. Un vote qui contraste avec l’abstention de Michel Fontaine, « patron » de la droite réunionnaise....

L’association « Agir pour l’environnement » a mis en ligne une pétition intitulée : « Stop aux « sénaTUEURS d’abeilles » ! » et réclamant l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » !

« Un collectif d’associations et de structures agricoles a présenté récemment un dossier technique démontrant qu’il était tout à fait possible de se passer de ces pesticides tueurs d’abeilles et que de surcroît, cette interdiction n’induisait pas une baisse des rendements agricoles », précise « Agir pour l’environnement ».

Il y eut un sucre amer ; y aura-t-il un miel aigre ?

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Notes

[1Source : tv5monde.com

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter