Categories

7 au hasard 3 février 2013 : 3 février 1969 : le jour des héros - 8 février 2015 : André Brink : l’arme de l’écriture contre l’apartheid - 27 janvier 2013 : Simicoundza Simicourba - 12 novembre 2013 : L’invitation à la déconstruction coloniale - 27 décembre 2013 : Quand la tablette garde bébé... - 15 septembre 2014 : Du sang neuf avec JPM - 3 mars 2013 : Le prix magique... et les fuites assassines - 26 juin 2013 : Le 500ème condamné à mort est une femme - 26 août 2013 : Un vortex dans le golfe d’Aden ? - 12 août 2015 : Cyberattaque : la guerre en direct sur votre écran ! -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « De Bois-Blanc au Palais Royal, il y a un gouffre »

Tribune Libre de Perceval Gaillard

« De Bois-Blanc au Palais Royal, il y a un gouffre »

24 juin 2015
Perceval Gaillard
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

De Bois-Blanc au Palais Royal, il y a un gouffre, celui qui sépare le Peuple de l’oligarchie. Il ne tient qu’à nous de le franchir et de reconquérir le pouvoir qui nous a été volé. L’avenir nous appartient.

La décision du Conseil d’Etat de ne pas suivre les recommandations du rapporteur public et de maintenir le schéma départemental des carrières en dit long sur l’état de déliquescence dans lequel se trouve la 5ème République. Alors que tout indiquait que le Palais Royal allait entériner l’avis du rapporteur public, la plus haute juridiction administrative de notre pays n’a pas jugé l’affaire sur le fond mais s’est servi d’un expédient juridique pour renvoyer la responsabilité politique au Président de Région.

Nul doute que les multinationales Vinci et Bouygues, respectivement 39 et 33 milliards de chiffres d’affaires, ne sont pas étrangères à cette décision qui a surpris tout le monde. En effet comment interpréter autrement cette forfaiture alors que Didier Robert a reconnu lui-même la nécessité d’approfondir les études environnementales pour l’exploitation de la carrière de Bois-Blanc ?

La multiplication des projets de carrières dans l’île afin d’alimenter un projet pharaonique taillé sur mesure pour deux multinationales est une menace pour l’environnement et un danger pour les Réunionnais que nous sommes. La responsabilité politique et historique de Didier Robert dans ce désastre écologique, économique et sanitaire est écrasante. Il a ouvert la boîte de Pandore et n’a plus aucun contrôle sur les puissances libérées par ses soins.

Car ne nous y trompons pas : le vrai pouvoir appartient aux multinationales. Le Président de Région n’est qu’une marionnette entre leurs mains. Que l’on se souvienne seulement de la photo prise au moment de la signature du contrat : le sourire carnassier des deux représentants de ces géants du BTP, encadrant le locataire de la Pyramide inversée, en disait long sur les vrais gagnants de ce projet. Ce ne sont ni les entrepreneurs réunionnais, ni a fortiori le peuple réunionnais.

Alors que l’État et la puissance publique doivent nous protéger des appétits des multinationales, c’est exactement l’inverse qui se produit. L’oligarchie qui nous gouverne contrôle tous les leviers et impose partout des grands projets inutiles contre l’intérêt de la population. Le Parti de Gauche de La Réunion appelle à amplifier la mobilisation populaire contre tous les projets de carrière dans notre île mais également à combattre ce projet de NRL qui en est directement la cause.

La prise de conscience de chaque Réunionnaise et Réunionnais sur le processus à l’œuvre sous nos yeux doit également aboutir à une remise en cause de nos institutions. La 5ème République, née « d’une sédition et d’un coup de force » selon les mots de François Mitterrand à l’Assemblée Nationale en 1958, est complètement à bout de souffle. Au-delà d’un pouvoir exécutif surpuissant qui traite le pouvoir législatif comme un paillasson, elle est aux mains d’une caste incestueuse qui considère le peuple comme dangereux et gouverne contre lui.

L’adoption du Traité de Lisbonne au mépris du suffrage universel ou la politique de droite menée par François Hollande contre son électorat en sont deux exemples flagrants. Seule une 6ème République (https://www.m6r.fr/2014/09/appel-pour-6e-republique/) qui rétablisse la souveraineté populaire, favorise la transition écologique et ouvre de nouveaux droits démocratiques au sein des entreprises pourra empêcher de telles prises de décisions en faveur d’une minorité contre l’intérêt général.

De Bois-Blanc au Palais Royal, il y a un gouffre, celui qui sépare le Peuple de l’oligarchie. Il ne tient qu’à nous de le franchir et de reconquérir le pouvoir qui nous a été volé. L’avenir nous appartient.

Perceval Gaillard
Porte-parole du Parti de Gauche

JPEG - 68.2 ko
By Candido Torquato Portinari (Brésil)

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter