Categories

7 au hasard 27 avril 2015 : Crise requin : n’ayons pas un anticolonialisme de retard… - 14 décembre 2019 : L’esprit des marrons est encore dans Mafate (4) - 4 avril 2014 : « Nous avons assisté à la conquête du pouvoir pour le pouvoir » - 20 février 2017 : Ensoleillement, vent, océan, volcan : Outre-mer gagnant - 23 octobre 2017 : Touche pas nout Ratenon ! - 26 janvier 2014 : Lycées et collèges : grande grève annoncée demain matin - 26 juillet 2014 : Brésil révolutionnaire : viens chez moi, j’habite au stade ! - 21 janvier 2015 : Un paradis pour une minorité, un enfer pour tous les autres - 15 septembre 2013 : Allende, nous continuons à t’entendre ! - 26 avril 2013 : « On peut déclencher une guerre avec des mots » -

Accueil > Océan Indien > Cyclones : de Géralda à Fantala

Koudvan

Cyclones : de Géralda à Fantala

18 avril 2016
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Cyclone 48 », « Jenny », « Hyacinthe », « Firinga », « Clotida », « Gamède » : ces noms évoquent les vents furieux, les torrents de boue, les cases effondrées, les feuilles de tôle arrachées des toits décapitant hommes et bêtes, les noyades dans les radiers ; ils demeurent inscrits dans la mémoire collective réunionnaise.

À l’exception du « cyclone du siècle » de 1948, dont les vents ne purent être mesurés au-delà de 300 km/heure puisque tous les instruments de mesure furent arrachés, aucune de ces tempêtes n’a égalé en puissance et en destruction le cyclone intense « Géralda » qui a dévasté Madagascar il y a vingt-deux ans.

Alors que la Grande Île se remettait du passage de « Daisy », un cyclone d’intensité modérée, le météore de pluie et de vent ravagea littéralement la ville portuaire de Tamatave , détruisant près de la moitié des bâtiments et infrastructures et laissant au moins 60.000 des habitants de la région sans abri.

Le cyclone "Fantala", au Nord de Madagascar. Lundi 18 avril 2016, 17h. Source : earth.nullschool

Les dégâts furent plus terribles encore dans les Hauts, ravagés par des inondations. Tananarive, située à 1.200 mètres d’altitude, ne fut pas épargnée par la tempête qui traversa Madagascar dans sa largeur, avant de longer la côte est et de passer sur le sud de l’île.

Au total, ce cyclone de près de 800 kilomètres de diamètre fit 300 victimes et 350.000 sans abris ; les dégâts occasionnés par son passage eurent pour effet d’handicaper lourdement la stratégie de reprise élaborée par le président Albert Zafy. Le bilan fut encore alourdi par le passage, la même année, de deux autres tempêtes, « Lintane » et « Nadia ».

Situé à 1.430 kilomètres de nos côtes, le cyclone « Fantala » a atteint des proportions gigantesques, qualifiées hier soir d’« historiques » par le Centre météorologique régional spécialisé (CMRS).

Par son diamètre et sa puissance, « Fantala » est l’égal de « Géralda ». Ce « monstre » au parcours erratique devrait perdre en force en descendant vers le sud, estime la presse de notre île. Moins optimistes, certains médias mauriciens craignent un passage de « Fantala » entre l’île-soeur et Rodrigues, voire sur la petite île.

7 Lames la Mer

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]