Categories

7 au hasard 24 août 2017 : Marie Gamel, maire, militante, agricultrice... et oubliée - 27 janvier 2016 : Hollywood : quand il y avait des hommes... - 6 août 2014 : Gaza : la pétition de Nassimah Dindar tourne à l’international ! - 17 mai 2014 : Les particules élémentaires - 20 août 2014 : Route du Littoral : l’urgence d’une solution terrestre et écologique - 22 janvier 2014 : 7 raisons de manger moins de viande - 14 juillet 2017 : La Réunion/Québec : « Ce n’est pas tous les jours que j’entends de telles paroles » - 7 avril 2017 : Cuisine réunionnaise : des plats de rézistans ? - 16 juin 2013 : Le Grand Raid, c’est bien - 23 juin 2014 : Grand Boucan dans mes Zoreils -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Contre-budget : pour que l’humain reprenne la place sur le tout (...)

Tribune Libre de La Réunion Insoumise

Contre-budget : pour que l’humain reprenne la place sur le tout finance

3 novembre 2017
La Réunion Insoumise
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La France insoumise a présenté son contre-budget, ce 2 novembre 2017. Un budget à l’opposé de celui du gouvernement Macron qui s’appuie lui sur la fausse théorie du ruissellement et sur les vieux théorèmes caducs des années 70.


Un contre-budget établi dans les règles de l’art


Ce contre-budget, aussi crédible que le chiffrage du programme de La France insoumise pour la présidentielle, a été réalisé avec la participation d’économistes, de hauts fonctionnaires, avec les collaborateurs des députés et du groupe parlementaire.

Certaines données de ce contre-budget — établi dans les règles de l’art — sont avancées avec une grande prudence (exemple : seuls 40 milliards sont pris en compte sur les 80 milliards supposés d’évasion fiscale). De même il ne prend pas en compte le protectionnisme solidaire ou la négociation de la dette prévus dans le programme présidentiel, « l’Avenir en commun ».

Le contre-budget oppose au budget des hyper-riches de Macron celui de l’intérêt général ; la règle verte à la règle d’or ; la relance de l’activité pour l’emploi et la réponse aux besoins et urgences de la société à l’austérité. Il s’appuie sur le cercle vertueux de l’investissement public, une fiscalité redistributive et le partage des richesses.


« Pour que l’humain reprenne la place sur le tout finance »


Le contre-budget fut introduit par Eric Coquerel (Commission des finances, de l’économie générale et du contrôle budgétaire) et expliqué par l’économiste Liêm Hoang-Ngoc.

Les dépenses de ce budget ont été tour à tour détaillées par les députés du groupe (sécurité/justice, affaires sociales, enseignement scolaire et supérieur, planification écologique).

Jean-Hugues Ratenon a présenté la partie sociale de l’investissement en hexagone et en outre-mer :

  • pour lutter contre le mal-logement : 200 000 logements construits pour 18 milliards,
  • pour l’enfance : 35 000 places en crèches,
  • 10 milliards pour le handicap,
  • haut débit, rénovation des tribunaux, prisons, commissariats, universités, logements étudiants et centres de santé.

« Contre une politique où l’argent a toute sa place, nous voulons une politique où l’humain reprend la place sur le tout finance », a conclu le député élu à La Réunion.

La Réunion Insoumise

Livret du contre budget


A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter