Categories

7 au hasard 17 août 2014 : Chine : le grand bond en avant du solaire - 5 août 2014 : Le chef de « Pravyi Sektor » a-t-il été tué ? - 10 avril 2014 : Parcs nationaux : le Sénat conseille l’embauche locale - 8 février 2013 : Aide alimentaire : solidarité ou charité bricolée ? - 18 novembre 2013 : Au nom de la Reine, du Roi et du Guetteur... - 12 juin 2015 : SPEC-TA-CU-LAI-RE ! - 31 décembre 2014 : Quand Béjart « rencontrait » le maloya... - 13 janvier 2014 : Océan Indien : un oeuf mis à prix à 35.000€ ! - 19 juillet 2016 : Chagos : Diego sur la porte du frigo - 20 février 2015 : Anges et démons... l’esclavage vu par une petite fille -

Accueil > La Réunion > 7 en campagnes > Cimendef, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font !

Médiathèque ou bizness ?

Cimendef, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font !

1er avril 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La médiathèque Cimendef, actuellement en construction... La nouvelle équipe municipale l’a annoncé entre les deux tours : elle se réserve le droit de réétudier « juridiquement » les marchés conclus pour voir la possibilité de réorientation de ce bâtiment ! Et puisqu’on est le 1er avril, pourquoi pas un casino en lieu et place du Pôle sanitaire ouest ? Quelle culture pour La Réunion ? Mon péï bato fou !

Le projet architectural de la médiathèque Cimendef : tels des stores que l’on écarte ou des livres que l’on feuillette, l’habillage comporte en outre des ouvertures en forme d’oeil qui invitent à la découverte et à la connaissance.

Les élections passent, les projets trépassent... On l’a constaté à maintes reprises : les nouveaux maires sont souvent tentés de réduire à néant les projets portés par leurs prédécesseurs vaincus dans les urnes, que ces projets soient pertinents ou pas, qu’ils soient encore au stade d’intention sur papier ou que la première pierre ait déjà été posée et les terrassements réalisés... Qu’importe ! On efface tout et on recommence, avec au fond cette motivation à peine masquée : inscrire son nom dans la pierre et assurer ainsi sa postérité. Et tant pis pour les millions (nos impôts...) engloutis dans les bureaux d’études, programmistes, urbanistes, architectes et chefs de projet en tout genres — tous connus pour être gourmands... Pas question que l’histoire retienne le nom d’un perdant ! « C’est moi qui fait ! »

Avec ces dernières élections municipales, on peut le dire, un nouveau cap a été franchi ! Du projet jeté à la poubelle, aux premières pierres brisées, cette fois on nous annonce du côté de Saint-Paul que la médiathèque Cimendef — actuellement en cours de construction et dont le chantier est déjà bien avancé — on va en faire... autre chose, « si c’est juridiquement possible » ! Ni plus ni moins... Et tant pis pour Cimendef ! Tant pis pour la culture ! Tant pis surtout pour la population...

Au fond, cette « médiathèque en sursis », on sent bien que les nouveaux élus auraient bien aimé l’effacer purement et simplement du paysage. D’ailleurs, ils ne s’en cachent pas puisqu’ils ont déclaré à la presse, deux jours avant le second tour, « qu’ils considèrent difficile le fait d’arrêter un projet aussi bien entamé ». « Difficile » certes, mais pas inenvisageable ! Pas besoin de lire entre les lignes pour comprendre que ce qui va sans doute sauver ce bâtiment monumental, ce n’est que la notion de degré d’avancement des travaux et aucune autre considération... D’autant que pour s’en débarrasser, il aurait fallu recourir à des méthodes qui font désordre : le bulldozer, le caterpillar, la boule de démolition... Impensable !

Le chantier de la médiathèque Cimendef est déjà bien avancé.

Plutôt que d’endosser le costume de « démolisseur » à peine élu, Joseph Sinimalé et les « personnes compétentes » dont il s’est entouré auraient finalement opté pour le changement d’enseigne ! Comprenez : on garde les murs mais on change ce qu’il y aura dedans. Exit la culture ! Exit les livres, les nouvelles technologies, l’auditorium, les sections image et son, l’espace d’auto-formation, le café-actualités, etc. Exit le projet culturel qui va avec ! Exit la mission de démocratisation de l’accès à la culture qui inspire le projet. Evidemment la rumeur a fait le reste, prétendant sur certains sites en ligne, que le souhait des nouveaux élus serait d’en faire un centre d’affaires. De la culture au bizness, mon péï bato fou !

L’émancipation par la culture ? La culture pour tous ? Pa la ek sa.

Pour une fois que l’architecture d’un bâtiment nous parle, voilà qu’il est question d’en dénaturer la vocation, de détourner le sens inscrit dans les volumes et les formes. Car il est évident que le design des façades de ce bâtiment ne nous laisse pas indifférents. Tels des stores que l’on écarte ou des livres que l’on feuillette, l’habillage comporte en outre des ouvertures en forme d’oeil qui invitent à la découverte et à la connaissance.

S’il existe une morale à cette histoire, c’est aux élus qu’elle s’adresse : vous avez six ans pour concevoir, étudier, financer, lancer les appels d’offres, réaliser et inaugurer vos projets. Alors au boulot, sinon, en cas d’alternance, le carrosse risque fort de se transformer en citrouille et le temple du savoir en temple du bizness.

Et l’on attend de pied ferme l’inauguration du « Bizness Center » — dont l’existence reste pour l’heure officieuse et suspendue à des contraintes juridiques — pour voir si les nouveaux élus auront le toupet de le baptiser du nom de celui qui ne peut être esclave : Cimendef.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter