Categories

7 au hasard 10 août 2015 : L’œil d’Omer Resic va-t-il nous ouvrir les yeux ? - 3 avril 2015 : L’heure pou compte le mort... dann l’ilette perdu - 5 août 2014 : Gaza : les 25.000 signatures de Nassimah Dindar « contre le massacre des populations civiles » - 15 août 2013 : Rant dé koulèr, rant Misar é... - 15 décembre 2013 : De la justice « makro » au « tous pourris » : un nouveau pouvoir politique ? - 16 octobre 2013 : Les requins ont eu son chapeau ! - 2 février 2014 : 9,50 minutes de pure Beauty - 28 avril 2014 : Danse Péi, le festival qui bouz’ en corps ! - 21 mars 2013 : Maurice : partenariat technologique avec l’Ouganda - 28 janvier 2015 : « Enfin la forteresse néolibérale a craqué en Europe ! » -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Cimendef : non à une médiathèque au rabais !

Tribune Libre de Daniel Lauret

Cimendef : non à une médiathèque au rabais !

18 octobre 2016
Daniel Lauret
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Bibliothèque conservatoire ou médiathèque nouvelle ? À la place d’une médiathèque digne de ce nom à Saint-Paul (100.000 habitants), on nous impose un lot de consolation : un modèle réduit, un espace d’animation, quelques cubes. Pendant ce temps-là, à Bron, commune de 40.000 habitants dans la banlieue de Lyon...


Bibliothèque conservatoire ou médiathèque nouvelle ?


L’important c’est le chemin. Non pas que nous nous désintéressions du but. Nous n’aurons de cesse de nous battre pour que la médiathèque Cimendef soit rendue aux citoyens mais le chemin parcouru nous confirme chaque jour de l’importance de doter une ville comme Saint-Paul d’une médiathèque, nouvelle génération, capable de répondre aux défis culturels et démocratiques du vingt et unième siècle.

L’affaire Cimendef aura eu le mérite de porter sur la place publique le débat sur les objectifs et finalités des outils de culture et d’émancipation que sont les médiathèques publiques.


À lire aussi : « Médiathèque Cimendef : victime du fénoir »


Il nous aura conduit à nous renseigner sur la question, à interroger des experts, à visiter des réalisations récentes. Ce chemin nous aura convaincu que l’offre culturelle a changé et que les équipes qui travaillent aujourd’hui dans ces nouvelles structures s’épanouissent à en faire des lieux de vie.

La médiathèque Cimendef.

De quoi vont être privés les Saint-Paulois si, après le maire de Saint-Paul, le président de Région s’entête à tuer dans l’œuf le projet Cimendef ?

Je crois sincèrement que l’un comme l’autre sont trop occupés pour seulement y penser. Réduisant les médiathèques nouvelles à des réserves de livres, des lieux conservatoires, des banques de prêt, les conseillers municipaux et régionaux auront jugé que les Saint-Paulois, toutes catégories sociales confondues, pouvaient, sans dommage, se passer de Cimendef.


À lire aussi : « Ensorcelantes bibliothèques : livres, livres, libres ! »


Le malentendu est grave. S’ils avaient conscience de la richesse et de l’importance de cet « équipement culturel structurant majeur », pour la commune de Saint-Paul et pour La Réunion, je suis sûr qu’ils ne chercheraient pas à le mutiler.

Médiathèque Cimendef, une partie du rez-de-chaussée.

Pour mieux comprendre le projet culturel et politique qui risque de passer sous le nez des Saint-Paulois, rendons visite à une réalisation capable de nous donner la mesure des mutations dans ce domaine.

Nous avons eu l’occasion de découvrir, en septembre dernier, la médiathèque Jean Prévost [1]. Elle se trouve à Bron, une ville de 40.000 habitants de la banlieue Lyonnaise.


À lire aussi : « Rio : ceci n’est pas une cathédrale »


Elle a ouvert ses portes au public en 2014 au moment où s’achevait le chantier Cimendef. Nous ne ferons ici que reprendre la synthèse proposée par l’équipe qui fait vivre ce projet au quotidien.

La médiathèque Jean Prévost de la commune de Bron, 40.000 habitants, banlieue de la ville de Lyon. Photo : Gilles Perréal.

Morceaux choisis : la médiathèque Jean Prévost se déploie sur trois niveaux. Elle est d’abord définie comme un élément de l’espace public, un projet architectural et urbain.

Son positionnement, sur le parcours du tramway, a été pensé pour optimiser l’accessibilité, inviter le public à pénétrer dans les lieux, rapprocher les quartiers, favoriser la mixité sociale et le vivre ensemble.


À lire aussi : « Cimendef, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ! »


Accessible durant les heures d’ouverture au public et lors des animations en soirée, LE CAFE est un lieu de rencontres et de convivialité. Un écran permet de visionner des chaînes d’actualité, des retransmissions d’animations. Des distributeurs de boissons et de collations sont à la disposition des visiteurs. Dans ce lieu, chacun(e) peut venir se détendre et bouquiner, feuilleter la presse, échanger et rencontrer des amis.

Médiathèque Jean Prévost de Bron.

L’espace d’accueil permet de se renseigner, de s’orienter, de s’inscrire. Il offre des vestiaires pour déposer sacs, sacoches, vêtements. L’usager y trouvera aussi un photocopieur et une station d’impression. On peut réserver ses documents par internet. L’espace prêts/retours est automatisé, ce qui permet au personnel de consacrer d’avantage de temps à des tâches plus créatives.

Un espace est dédié aux arts : le visiteur y trouve de la musique, des films de fiction, des livres (art, musique, cinéma) et des revues.


À lire aussi : « Une bibliothèque est un acte de foi »


Des postes d’écoute, un espace de détente et d’animation spécifique à ce pôle permettent de visionner des films ou des retransmissions de concerts sur des chaînes TV spécialisées. C’est dans ce lieu que sont proposées par les discothécaires des rencontres axées sur la musique et le cinéma.

Médiathèque Jean Prévost de Bron.

Dans une ambiance intime et chaleureuse, LE KIOSQUE offre un choix de 120 titres de journaux et magazines, véritable ouverture sur l’actualité régionale, nationale et internationale. Deux ordinateurs permettent de consulter la presse en ligne (plus de 100 titres en consultation) et des sites d’actualité.

La GALERIE dédiée aux expositions est un lieu dynamique ouvert à tous. Des visites commentées des expositions sont proposées sur rendez-vous.


À lire aussi : « L’esclave Cimendef ferait-il l’objet d’un déni ? »


Un auditorium de 120 places permet l’organisation de concerts, de lectures, de spectacles et de conférences.

L’espace informatique L’AROB@SE met à disposition du public 10 ordinateurs en accès libre, ainsi que 2 ordinateurs réservés aux personnes déficientes visuelles. La présence d’un animateur multimédia sur place permet un accompagnement individualisé.

Médiathèque Jean Prévost de Bron.

L’espace petite-enfance est plus particulièrement consacré aux enfants de 0 à 3 ans, avec un choix de plus de 1.000 documents (albums, premiers documentaires, DVD,…). Pour les plus petits : imagiers, albums tactiles, comptines. Un rayon « Autour de l’enfant » propose aux parents et nounous un choix d’ouvrages pédagogiques.

LE CONTOIR est un lieu réservé aux rendez-vous jeunesse : projections, contes, rencontres avec des auteurs, illustrateurs, écoutes musicales… Les bibliothécaires y racontent régulièrement des histoires.


À lire aussi : « Cimendef... l’histoire jugera. Nou larg pa ! »


Ce lieu concerne les enfants, mais aussi les parents, nounous et ceux qui les accompagnent. Un espace a été aménagé pour garer les poussettes et une table à langer est installée dans les sanitaires pour les bébés.

Médiathèque Jean Prévost de Bron.

Un espace est réservé aux jeunes de 0 à 12 ans, et au-delà s’ils le souhaitent : LA JEUNESSE est un lieu pour lire, écouter, consulter Internet, visionner des films…

Un lieu de détente et de découvertes pour les enfants mais aussi leurs parents. 15.000 documents : livres, DVD, CD, livres-CD, revues sont mis à leur disposition.

Le pôle jeunesse, c’est aussi 4 ordinateurs accessibles aux jeunes pour une consultation Internet et des ressources en ligne.

Médiathèque Jean Prévost de Bron.

LA BULLE fait une large place au neuvième art. On y trouve des bandes dessinées et des mangas pour petits et grands, représentant tous les genres, du classique Tintin aux comics et séries contemporaines japonaises.

La bulle, c’est aussi une sélection de documents pour les adolescents. Un lieu confortable pour lire debout, assis, ou allongé.


À lire aussi : « L’exécution de la Médiathèque Cimendef »


L’ATELIER est une salle consacrée à des ateliers de création (arts plastiques, écriture, BD, illustration, mise en voix…) organisés par la médiathèque en direction de tous les publics : enfants, adolescents et adultes.

Deux salles de travail intitulées LABOS permettent aux groupes de travailler de manière collective. Ces espaces d’études offrent calme et concentration.

Médiathèque Jean Prévost de Bron.

Il va sans dire enfin que, de façon plus classique, cette médiathèque offre aux usagers :

  • un espace consacré aux documentaires. Au total 17.000 livres, 50 revues, 400 films documentaires. De nombreuses places assises permettent une lecture studieuse ou détendue. Cinq ordinateurs permettent la consultation sur Internet et l’accès aux ressources en ligne. Une TV est accessible au public pour visionner des films et des chaînes documentaires.
  • un espace consacré à la fiction pour lire, s’évader et imaginer : 13.000 documents : romans, nouvelles et contes, polars, SF et fantasy, textes en langue étrangère, etc. Un large choix d’ouvrages en gros caractères et de livres lus. Sans oublier un poste de télévision pour visionner des films de fiction et chaînes télévisées. Pour les personnes malvoyantes, un agrandisseur et un poste de consultation Internet sont accessibles.
Médiathèque Jean Prévost de Bron.

Et s’il fallait convaincre le lecteur que l’offre ne se résume plus à une offre de papier, il est possible d’emprunter des liseuses pré-chargées d’environ 200 livres numériques libres de droits (des classiques de la littérature française et mondiale). Les liseuses contiennent également une sélection de romans récents : prix littéraires, polars, best sellers.

Un accès wi-fi est proposé dans toute la médiathèque. 36 postes informatiques équipés de logiciels bureautique et de ports USB sont à la disposition des usagers dans les différents espaces pour consulter internet, pour réaliser leurs documents et les imprimer. La consultation est libre et gratuite, sur réservation ou non selon l’emplacement des postes.


À lire aussi : « Médiathèque Cimendef : un symbole de résistance »


La médiathèque est équipée de prises pour les ordinateurs portables. Enfin, besoin de progresser en informatique, de se remettre à niveau en maths, en français, d’apprendre une langue étrangère ? La médiathèque propose différentes ressources en ligne, disponibles en quelques clics. À consulter depuis les postes informatiques des bibliothèques ou, à distance, avec un identifiant et un mot de passe.

Médiathèque norvégienne de Vennesla, qui a ouvert ses portes en 2011.

Notre détour par la Ville de Bron, par un projet contemporain de Cimendef, donne la mesure de ce dont seront privés les Saint-Paulois.

Tout cela est bien beau. On a du mal à y croire. C’est pourtant sur le modèle présenté qu’a été conçu Cimendef et que fonctionnent désormais les médiathèques en France, en Europe et en Amérique du Nord, pour le plus grand bonheur des usagers.


À lire aussi : « Médiathèque Cimendef : quel gâchis M. le Président ! »


Il faut dire qu’elles n’ont plus le choix. Ou bien elles s’ouvrent et s’actualisent pour répondre à la révolution numérique et à la nouvelle demande sociétale ou bien elles continuent à n’intéresser que 10% de la population, une contre-performance qui signe l’échec de leur mission démocratique de développement de la lecture publique, d’élévation du niveau culturel des populations.

Médiathèque "España", Medellín, Colombie.

Nous sommes à Saint-Paul de La Réunion, une commune qui compte 100.000 habitants soit 60.000 de plus que la ville de Bron.

Notre médiathèque s’appelle Cimendef et non Jean Prévost mais elle est aussi d’abord un projet architectural et urbain situé grâce au parking gratuit et à la gare routière, au cœur de la ville, au centre de la commune, au carrefour des différents quartiers de Saint-Paul (Quand on est sans voiture et qu’on habite, par exemple, Bois de Nèfles, il est plus facile de passer par Saint-Paul pour rejoindre le Guillaume).


Nouvelles technologies, nouveaux modes de lecture...


Notre médiathèque s’appelle Cimendef et non Jean Prévost mais il s’agit d’un projet tout autant orienté vers une nouvelle offre culturelle, l’intégration des nouvelles technologies et des nouveaux modes de lecture.

La bibliothèque municipale de Salt Lake City.

Dans les deux projets on retrouve les mêmes mots clés : accueil, ouverture, rencontre, échange, convivialité, formation.

Notre médiathèque s’appelle Cimendef et non Jean Prévost mais il s’agit bien d’accompagner la révolution numérique, d’en faire un lieu de vie ouvert à tous, une maison pour tous.


Des vigiles qui empêchent de prendre des photos...


Ce qui n’est plus le cas depuis que le bâtiment a été vendu à la Région pour être transformé en Conservatoire. N’y entre pas qui veut. Le public est accueilli par des vigiles qui empêchent notamment de prendre des photos. Pour qu’on ne puisse pas avoir de preuves de l’état des lieux et de la beauté des fresques avant leur destruction ?

Médiathèque Vasconcelos, Mexique.

Cimendef est devenu un lieu réservé. C’est pourtant un lieu idéalement placé pour s’ouvrir au public qui voyage en bus. Le patio, le salon du rez-de-chaussée sont frais et lumineux.

J’imagine, à deux pas, les usagers patientant sous le soleil de la gare routière. Il leur suffirait de traverser la rue pour trouver un Kafé, un espace Wifi, pour installer leurs enfants sur les coussins de l’espace jeunesse devant un album ou une tablette.


Un modèle réduit... quelques cubes


À croire que c’est trop pour les Saint-Paulois, que ces derniers ne le méritent pas ! Le maire de Saint-Paul a sans doute estimé que cette offre culturelle était un luxe pour gros zozo (cf. Courrier des lecteurs, Quotidien et Jir du 29 et 30 avril 2016). Les finances sont dans le rouge. Il faut vendre un bien pour renflouer un budget mal maîtrisé. Ce sera la médiathèque Cimendef à peine livrée qui ne demande qu’à ouvrir ses portes avec, à la clé, des créations d’emplois et des formations pour le personnel.

Cimendef ne courbe pas la tête... Illustration JCL.
© 7 Lames la Mer.

En définitive, nous autres, Saint-Paulois, sommes aujourd’hui orphelins, pour d’obscures raisons politiciennes qui n’ont rien à voir avec la culture et l’intérêt public, d’une médiathèque digne de ce nom.

La Région nous impose un lot de consolation : un modèle réduit, un espace d’animation, quelques cubes qui ne pourront jamais renverser la dynamique d’une bibliothèque traditionnelle pour l’inscrire dans l’ère de la mutation ci-dessus décrite.

Les Saint-Paulois méritent mieux qu’une médiathèque au rabais.

Daniel Lauret

Notes

[1Pour en savoir plus sur la médiathèque Jean Prévost, cliquez ici.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter