Categories

7 au hasard 1er juillet 2016 : Port-Louis : cette vieille baraque a la baraka ! - 5 mars 2016 : Route du littoral : risque de chutes de kaz ? - 6 février 2013 : Bienvenue chez les Picards - 31 mars 2015 : Protéger sans interdire... c’est possible ? - 14 août 2015 : Une île de plastique entre Madagascar et l’Australie - 17 décembre 2016 : Andy Razaf, jazzman au destin cabossé (8) - 5 mars 2014 : « Malgré le grand soleil, il pleut sur nos prunelles... » - 16 janvier 2015 : Je suis debout - 10 juin 2015 : Le CRAN dénonce l’exclusion du Réunionnais de la chaine économique - 3 mai 2013 : « On nous cache certains films » -

Accueil > Libérez les Chagos / Free Chagos island > Chagos : un nouveau cri dans le silence

Khōrhåj, clip

Chagos : un nouveau cri dans le silence

11 août 2016
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Ayez Courage », chante l’artiste coréenne Chôra Khōrhåj Jung. Sublime chant d’amour, de résistance et de solidarité adressé aux Chagossiens, peuple de l’océan Indien victime de l’impérialisme des Britanniques et des Américains. Chôra Khōrhåj Jung met sa voix au service de la cause chagossienne. 6 minutes de pureté.

Une voix pour briser le silence... khōrhåj, selfies sur Instagram.

Un chant « pour la justice, la paix, l’amour et la vie ». C’est l’œuvre de Khōrhåj : être « une voix pour ceux qui ont été réduits au silence » ; une voix pour les Chagossiens.

Chôra Khōrhåj Jung est apparue sur les réseaux sociaux au mois d’avril 2016.

En quelques jours, elle a investi méthodiquement les plateformes les plus connues : You Tube, Twitter, Facebook, Vimeo, Sound Cloud, Instagram, Tumblr, Spotify, Bandcamp, songstuff... Et affirme passer le plus clair de son temps sur Internet.

« Artiste multimédia, anarcho-syndicaliste, musicienne », c’est ainsi qu’elle se définit ; guitare basse, chant et « parfois violon et synthétiseur », précise-t-elle.

Elle a étudié la philosophie politique et l’histoire de la Corée (elle vit à Séoul) dans différentes universités. Sa famille, originaire de la Corée du Nord, a été confrontée, elle aussi, à l’exil... comme les Chagossiens.

À lire aussi : « Partout où je regarde, je vois Diego »

« “Kh ō rh å j” est le nom de mon groupe. Je gère moi-même ma musique, je la produis, je la distribue, j’assure la promotion ».

Elle travaille dans sa chambre où elle a installé son studio : studio de création, studio d’enregistrement... Espace intime qui s’ouvre au monde par la magie de l’art.

Le studio de Khōrhåj.

La soudaine intrusion de « Khōrhåj » sur la toile répondait à un besoin impérieux, une cause absolue, une urgence. Une émotion. Un bouleversement.

Exister sur Internet n’était pas le seul but... Il fallait d’abord témoigner, sensibiliser. Porter la voix des Chagossiens. Crier pour eux. Crier avec eux.

Les premiers actes d’internaute de « Khōrhåj » ont consisté à exprimer, sous de multiples formes, sa solidarité au peuple chagossien « chassé de ses îles natales dans l’archipel des Chagos par des intérêts britanniques et américains », entre 1965 et 1973.

"Ayez courage, Chagos". Création : Chôra Khōrhåj Jung.

Une fois les Chagossiens expulsés manu militari et déportés vers l’île Maurice ou les Seychelles, une fois l’archipel (situé au cœur de l’océan Indien) totalement évacué, les Britanniques louèrent une partie de l’île principale, Diego Garcia, aux Américains qui s’empressèrent d’y construire leur plus grande base militaire hors USA.

Le bail a été signé le 30 décembre 1966, pour une durée de 50 ans. Il expire donc en cette année 2016 mais il est « tacitement reconductible pour 20 ans ».

Chôra Khōrhåj Jung sur Sound Cloud.

Chôra Khōrhåj Jung est bouleversée par l’histoire des Chagossiens. Par la tragédie de ce peuple exilé et qui n’aspire qu’à une chose : retourner vivre aux Chagos, sur la terre des ancêtres.

Elle visionne le film de John Pilger : « Stealing a Nation »... et devient une ardente militante du combat des Chagossiens.

Sa première création s’intitule donc — en français dans le texte — : « Ayez courage, Chagos ». « Electronic rock », précise-t-elle sur son compte Facebook.

En haut à gauche, image d’un Chagossien extraite du film de John Pilger "Stealing a nation". Les trois autres images ont été créées par Chôra Khōrhåj Jung.

« Ayez courage, Chagos », fruit de longues nuits blanches, est un chant tour à tour lancinant et aérien que Chôra Khōrhåj Jung compose dans son studio.

Chant de paix, d’amour, de vie, de justice... Un chant qu’elle psalmodie d’une voix cristalline : cris et chuchotements.

La musique électronique est composée de bruissements, de frémissements, de rumeurs. De voix diaphanes. D’un choeur lumineux. Céleste. Et d’un cœur qui bat.

Chôra Khōrhåj Jung, guitare basse, sur You Tube.

Sur cette partition onirique, glissent des accents fulgurants et extravagants qui évoquent parfois l’univers de Björk. À l’écran, défilent les images du clip où se mêlent créations colorées de Khōrhåj et images d’archives des Chagos.

Elle crée la musique, écrit les paroles (en anglais et en français), réalise le montage vidéo...

Et, enfin, le 6 avril, elle annonce sur les réseaux sociaux la naissance de son premier single : « Ayez courage, Chagos » est enfin là !

« C’est mon bébé ; il est tout de moi. Tous ses défauts et toutes ses vertus sont miennes », écrit Chôra Khōrhåj Jung avec émotion. Une émotion contagieuse car, en cette année 2016 si importante pour la lutte des Chagossiens, il est essentiel que de nouvelles voix s’élèvent.

Khōrhåj offre ainsi une nouvelle voix aux Chagossiens. Une nouvelle voix à ceux qui ont été réduits au silence.

Nathalie Valentine Legros

Une partie des bénéfices engendrés par l’album de « Kh ō rh å j » sera versée à l’association « UK Chagos Support Association ».

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter