Categories

7 au hasard 24 août 2013 : Réconcilions-nous autour d’un cari requin ! - 24 décembre 2015 : 20 désamb : le maloya aux poubelles de l’histoire ? - 28 juin 2016 : NRL : arrestation en eaux troubles - 25 avril 2012 : « Statu quo, non. Réforme, oui » - 1er juin 2016 : Avant la route du Littoral : une falaise et la mer - 31 décembre 2015 : An 2016, nou vien ek not konplé ! - 21 septembre 2015 : « St-Denis ne se résume pas au Barachois et son marché de nuit » - 20 février 2013 : 7 maux comme 7 lames la mer - 14 avril 2017 : Point 62 : les Outremer au coeur de la révolution citoyenne - 8 août : Cet homme a survécu à deux bombes nucléaires -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Chagos : « Nous faisons appel de la décision britannique »

Conférence de presse d’Olivier Bancoult

Chagos : « Nous faisons appel de la décision britannique »

17 février 2017
Alain Dreneau, Georges Gauvin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Olivier Bancoult a annoncé jeudi que le « Groupe Réfugiés Chagos » contestera devant la Haute Cour de Londres la décision du gouvernement britannique prise le 16 novembre 2016 à l’encontre de la grande revendication chagossienne du retour.

Olivier Bancoult

Les Chagossiens n’abandonneront jamais la lutte


Il faut le dire et le répéter, comme l’a fait Olivier Bancoult jeudi lors d’une conférence de presse à Port-Louis : les Chagossiens n’abandonneront jamais la lutte pour arracher ce qui est leur droit le plus sacré, le droit au retour chez eux, sur leur terre, aux Chagos.

Olivier Bancoult a annoncé jeudi que le « Groupe Réfugiés Chagos » contestera devant la Haute Cour de Londres la décision du gouvernement britannique prise le 16 novembre 2016 à l’encontre de la grande revendication chagossienne du retour. Il avait trois mois pour faire appel, la procédure est donc dans les temps.

Le paradis perdu des Chagos...

Coup de poignard dans le dos


Cette possibilité de déposer un recours avait été prévue par le jugement du 29 juin 2016 de la Cour Suprême. Celle-ci, tout en rejetant l’action chagossienne, avait reconnu que Londres devait honorer son engagement de responsabilité vis-à-vis du retour des Chagossiens.

Et elle avait reconnu par là même le droit des Chagossiens de déposer un recours contre le gouvernement britannique, en cas de manquement. Ce qui s’est hélas produit, avec le coup de poignard dans le dos du 16 novembre 2016.

Olivier Bancoult : "Ce n’est pas correct".

« Notre dignité n’est pas à vendre »


Dans cette conférence de presse, Olivier Bancoult a une nouvelle fois dénoncé le fameux « package », cette somme de 40 millions de livres sterling sur 10 ans, affichée à des fins d’éducation et de santé, présentée par la Grande-Bretagne comme une « compensation », comme un « dédommagement » ! Tentative odieuse d’acheter la dignité d’un peuple déjà en souffrance. « Mais notre dignité n’est pas à vendre » a dit le leader chagossien.

À ce propos, il a fait état de pressions exercées par un responsable politique mauricien qui a approché le leader du G.R.C. pour tenter de le convaincre d’accepter le « package ». Il a déploré cette ingérence : « Ce n’est pas correct » a-t-il conclu.

Georges Gauvin , président
Alain Dreneau, secrétaire
Pour le Comité Solidarité Chagos La Réunion

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter