Categories

7 au hasard 1er avril 2014 : Cimendef, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ! - 26 avril 2013 : « On peut déclencher une guerre avec des mots » - 26 janvier 2015 : Anouk : « à ceux qui ne sont pas satisfaits de leur vie » - 16 janvier 2013 : « Ti Katorz », té falé pa kalkil aèl… - 30 novembre 2015 : Marie Dessembre ou l’énigme de la Joconde réunionnaise - 10 novembre 2013 : Arthur Rimbaud.. d’outre-tombe - 16 janvier 2014 : Monopole pétrolier : La saine colère d’Ibrahim Aboubacar - 30 septembre 2016 : NRL : grande pagaille chez les carriers - 21 novembre 2013 : Nitin Chinien, devant la cour sans avocat - 3 octobre 2014 : Web : Génération Ansamb fait « Places » nettes -

Accueil > Libérez les Chagos / Free Chagos island > Chagos : gravez mon nom sur cette terre !

30 ans de combat

Chagos : gravez mon nom sur cette terre !

2 novembre 2013
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

30 ans de combat ! Les Chagossiens n’ont pas baissé les bras. Face à la Grande Bretagne et aux Etats-Unis d’Amérique, le « Chagos Refugees Group » et son leadeur Olivier Bancoult poursuivent un objectif : le retour dans l’archipel des Chagos. Un maloya de Tiloun et un montage-vidéo de « 7 Lames la Mer » évoquent cette tragédie de la militarisation de l’océan Indien.

PNG - 2.1 Mo
Ruines... Archipel des Chagos.

« Gravez mon nom sur cette terre. Qu’au paradis, je puisse m’en souvenir. » Cette inscription a été trouvée dans une case abandonnée de l’archipel des Chagos. Elle résume la tragédie de ce peuple déporté, exilé, sacrifié.

En pleine guerre froide, les Etats-Unis d’Amérique explorent l’océan Indien pour y implanter une base militaire. Ils sélectionnent deux îles : Aldabra au nord de Madagascar et Diego Garcia, île de l’archipel des Chagos et second port naturel de l’océan Indien.

PNG - 1.3 Mo
Diego Garcia.

Sauver les tortues, expulser les hommes

Mais Aldabra abrite une espèce unique de tortues de terre géantes. L’armée américaine jette alors son dévolu sur les Chagos, présentées comme « inhabitées » devant le Congrès, malgré une population de 2000 habitants, implantée depuis quatre générations. Les tortues sont sauvegardées ; les hommes déportés.

Sur l’île principale de Diego Garcia, une base militaire américaine est construite et toute approche civile interdite. 1971 : l’ONU déclare l’Océan Indien « zone de paix » (résolution 2832). En vain. Un demi siècle après le drame, les Chagossiens se rallient plus que jamais à leur mot d’ordre historique : « L’an prochain aux Chagos ». Et l’océan Indien cristallise les enjeux de ce nouveau siècle.

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter