Categories

7 au hasard 11 mai : Les Chagossiens ont besoin de vous ! - 18 décembre 2013 : Pourquoi les rues étaient bombées... avant - 4 novembre 2013 : Les 7 vertus du Flamboyant - 4 avril 2016 : Saint-Denis comme vous ne l’avez jamais vue ! - 28 octobre 2015 : « L’île des Roitelets qui se croient tout permis... » - 11 février : « François Fillon puni par là où il a péché ? » - 19 juillet 2014 : Plaidoyer auprès du Président de la République pour la sauvegarde de l’agriculture réunionnaise - 15 mars 2014 : Quand le « zèle » des médias fait le beurre du FN… - 28 novembre 2015 : Urgence pour quel cap politique ? - 16 septembre 2013 : La Réunion de « l’éternel créole » -

Accueil > Libérez les Chagos / Free Chagos island > Chagos : Diego sur la porte du frigo

Mauvais goût

Chagos : Diego sur la porte du frigo

19 juillet 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Connaissez-vous les magnets ? Ces petits objets aimantés se collent sur la porte du réfrigérateur. Une société américaine en commercialise aux couleurs du BIOT et vous propose ainsi de coller sur votre frigo une photo de l’île de Diego Garcia dont la population a été totalement expulsée pour permettre aux Américains de construire leur plus grande base militaire hors USA... Comme un goût de mauvais goût.

"A coller sur le frigo", ce "magnet" montrant l’île de Diego Garcia et sa base militaire dont on aperçoit la piste d’aviation. En haut à gauche, les armoiries du BIOT, représentant deux tortues, sont soulignées par une devise sans complexe : "In tutela nostra Limuria". Une devise qui affirme : "Nous sommes au service de la Lémurie". Un service... militaire !

« Vous souhaitez acheter des souvenirs du monde entier ? Bienvenue ! »

C’est ainsi qu’une société américaine d’e-commerce accueille les internautes. Sur ce site, vous ne trouverez ni artisanat typique ni spécialités locales mais vous pourrez acheter un tas de petites choses qui ne servent pas à grand chose et que l’on a tendance à accumuler sans trop savoir pourquoi : « magnets » [1] pour réfrigérateur, porte-clés, T-shirts, tasses, figurines, assiettes décoratives, globes d’eau, etc.

Source : "world wide gifts"

Sur ces objets, sont imprimées (ou sculptées, gravées) des représentations symboliques « de tous les pays » : la Tour Eiffel pour Paris, la statue de la liberté pour les États-Unis, la danseuse de flamenco pour l’Espagne, des drapeaux, des armoiries... Dans un style kitch.

Il plaît cependant à certains de les collectionner. Peut-être est-ce là la véritable destination de ces objets qui, par ailleurs, servent souvent de supports publicitaires...

À lire aussi : « Partout où je regarde, je vois Diego »

On a tous (ou presque...) chez soi un réfrigérateur « orné » de magnets... mais de là à y coller des magnets représentant le « British Indian Ocean Territory » (BIOT), il ne faut pas exagérer.

A vendre en ligne, un magnet de Diego Garcia, plutôt ironique : vous ne pouvez pas mettre un pied sur l’île de Diego Garcia, mais vous pouvez toujours la coller sur votre frigo ! Merci qui ? Merci BIOT !

Car la réalité que recouvre le BIOT, c’est l’hégémonie militaire des Américains avec, sur l’île de Diego Garcia (archipel des Chagos, océan Indien), la plus grande base de l’US Army construite hors USA et... rien d’autre !

Car la réalité que recouvre le BIOT, c’est la tragédie d’un peuple créole expulsé manu militari (entre 1965 et 1973) de la terre de ses ancêtres, l’archipel des Chagos, et déporté sans exception...

Pourquoi les Chagossiens ont-ils été expulsés de leur archipel ? Pour permettre à l’US Army de construire sa base militaire sophistiquée — et polluante... — sur l’île principale de Diego Garcia, dont la position géostratégique au cœur de l’océan Indien constitue un véritable atout. 2.000 Chagossiens vivaient là, tranquilles, depuis quatre générations... Tous déportés vers Maurice et les Seychelles « par la ruse et par la force » et interdits de séjour dans leur archipel.

Avril 2006 : une délégation de Chagossiens est autorisée exceptionnellement à séjourner dans l’archipel quelques heures... Recueillement à l’île Salomon. Au milieu : Olivier Bancoult, leadeur du « Chagos Refugees Group ». Sources : CRG.

C’est cela le BIOT : la violence, l’injustice et la militarisation de l’océan Indien... exposées sur le frigo. Ces objets sont totalement déconnectés du combat que mènent les Chagossiens depuis plus de 30 ans pour obtenir le droit de retourner vivre sur leurs îles.

Ce fameux BIOT — Territoire britannique de l’océan Indien — a été créé par le Royaume Uni le 8 novembre 1965, notamment dans le cadre de la préparation de l’accession de l’île Maurice à l’indépendance (12 mars 1968). Les négocations entre les Britanniques et les Mauriciens portèrent entre autre sur l’archipel des Chagos, jusque là sous autorité de l’île Maurice.

Une partie des installations militaires sur l’île de Diego Garcia.

Dans le deal qui allait aboutir à l’indépendance de Maurice, l’archipel des Chagos servit de moyen de pression et fut « excisé » de l’île Maurice pour devenir territoire britannique d’outremer (BIOT).

Une fois le processus d’évacuation de l’archipel enclenché, le Royaume Uni s’est empressé de louer pour un bail de 50 ans une partie de l’île de Diego Garcia à l’armée américaine qui y a construit sa plus grande base militaire hors USA. Ce bail expire le 30 décembre de cette année 2016... mais il est tacitement reconductible pour 20 ans.

Aujourd’hui, environ 4.000 personnes vivent sur l’île de Diego Garcia (jusqu’à 15.000 en cas de crise), dans les installations de l’US Army : principalement des militaires et employés d’entreprises américains, des travailleurs contractuels philippins et mauriciens...

Mais, aux Chagos, à Diego Garcia, les Chagossiens n’ont pas le droit de mettre les pieds ; ni les journalistes, ni les touristes.

Quant au texte qui accompagne le magnet « BIOT/Diego Garcia » sur le site américain, il faut attendre la toute dernière phrase pour que soit brièvement évoquée l’histoire du peuple chagossien : « La plupart des Chagossiens natifs a été expulsée de force pour laisser la place à des bases militaires ; ils contestent encore cette déportation ».

Une petite rectification s’impose : TOUS les chagossiens (et non la plupart) ont été expulsés... Quant à la contestation, elle est la marque d’un peuple dont les droits ont été bafoués et qui poursuit inlassablement son combat.

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1Figurines aimantées

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter