Categories

7 au hasard 20 mars 2013 : « Nous lançons un appel à Michelle Obama » - 15 mars 2013 : Quand tu entres dans la cicatrice, tu deviens bleu toi aussi... - 23 avril 2014 : Torture et prison secrète à Diego Garcia ? - 8 janvier 2013 : La gifle... pour une queue de poisson - 14 mai 2013 : Cafrine Africa ! - 26 novembre 2014 : Sebastião Salgado : « Le sel de la Terre »... et de La Réunion - 31 janvier 2015 : Filière construction : « Pour un stater contre l’inertie administrative » - 21 juin 2015 : Lucien Putz : « Le blues soigne les blessures, le séga aussi » - 15 avril : Ratsitatane, un prince malgache exécuté à l’île Maurice - 28 novembre 2015 : Urgence pour quel cap politique ? -

Accueil > Océan Indien > Chagos : des bimbos à Diego

Océan Indien, vidéo

Chagos : des bimbos à Diego

1er septembre 2015
Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

L’archipel des Chagos au coeur de l’océan Indien. Son lagon, ses plages de sable fin, ses îles paradisiaques, ses eaux poissonneuses... Sa base armée, sa prison secrète où l’on pratique la torture, ses activités militaires polluantes... et ses bimbos ! Rien n’aura été épargné, dans le registre du cynisme, aux Chagossiens expulsés de leurs îles il y a 50 ans et qui réclament en vain le retour sur leurs terres natales. Pendant ce temps-là, sur la base de Diego Garcia, les soldats se divertissent avec des pompom girls et des concours de pêche ! Bienvenue au paradis perdu... mais pas pour tout le monde ! La preuve en vidéo.

Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

Au fronton d’un bâtiment en dur, les drapeaux américains et britanniques s’entrecroisent sous les lettres majuscules : « DIEGO GARCIA ». Juste en dessous, une inscription au cynisme assumé : « Footprint of freedom » [1]... La liberté qui est célébrée ici, c’est celle que se sont octroyée les états-majors américain et britannique de déporter manu militari les indigènes des Chagos.

Cela s’est passé dans l’indifférence générale entre 1965 et 1973. Évacuation totale, dans des conditions dignes de l’époque de l’esclavage : « chargés dans les cales du bateau sous la menace de fusils », se souvient Olivier Bancoult, leader du « Chagos Refuges Group », 4 ans à l’époque. « Nous quittions le paradis pour l’enfer ».

Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

Mais le paradis n’est pas perdu pour tout le monde ! Après avoir fait déguerpir les Chagossiens, les Britanniques se sont empressés de louer (pour un bail de 50 ans qui expire en 2016, tacitement reconductible pour 20 ans) une partie de l’île principale, Diego Garcia, à l’armée américaine qui y entretient sa plus grande base militaire hors USA.

La base de Diego Garcia accueille en moyenne 4.000 militaires — 15.000 en cas de crise — dans des installations sophistiquées : port artificiel, cuves de stockage, piste d’atterrissage, autoroute, équipements pour les télécommunications… Une véritable ville en partie souterraine a été édifiée : restaurants, dortoirs, installations sportives, clubs pour officiers, salles de conférence, hôpital, etc.

Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

Ce complexe ultramoderne, opérationnel 365 jours par an, accueille aussi des « visiteurs » et, en l’occurence, des « visiteuses » pour distraire les militaires ! Une vidéo de propagande postée sur le net en 2012 en atteste et donne à voir le triste spectacle des bimbos batifolant dans le décor de la base de Diego Garcia mais aussi dans les vestiges de la société chagossienne. Manucurées, maquillées, moulées, « pouffées », recalibrées, briefées : les bimbos sont dans la place !

Cette vidéo de 6 minutes est une véritable retape pour l’US Army. « C’est bon pour le moral », assène un militaire face caméra. Suit une série de séquences dont une où l’on voit les écervelées prendre la pose sans scrupules dans les ruines de ce qui fut autrefois le coeur de vie des Chagossiens. Gros plan sur les cuisses des nymphettes et démonstration en plein air style majorettes.

Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

Un sourire Colgate au travers du visage, elles excellent dans le rôle qui leur a été assigné : distraire les militaires. Shows à l’américaine, poses lascives, cheveux au vent.

Elles se dandinent, arborent des débardeurs « I love our troops », se déguisent en « Lara Croft », distribuent des baisers face à la caméra et jouent même à la guerre, maniant la mitrailleuse en petites tenues, sous l’oeil attentif et concupiscent de soldats ravis. Puis chevauchent un « hors bord » qui trace sur la mer : concours de pêche. On ne nous épargne rien : gros plan sur un festin composé de poissons, crevettes, langoustines, brochettes...

Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

La mise en ligne de cette vidéo, intitulée « Tour for the Troops », sur Youtube le 11 janvier 2012, a suscité plus d’une centaine de commentaires, majoritairement anti-américains. À tel point que le producteur de la vidéo, Tony Armer, s’est cru obligé de se défendre, n’hésitant pas à utiliser les arguments fallacieux brandis dans les années 60 pour convaincre le Congrès américain que Diego Garcia était l’endroit idéal pour installer une base militaire dans l’océan Indien.

« C’était une île inhabitée, affirme Tony Armer de manière éhontée. Les Français avaient amené des indigènes provenant d’autres îles pour y travailler. Par la suite, ces indigènes ont estimé qu’ils étaient chez eux au bout de quelques générations et finalement, ils ont été déplacés ».

Comment les Américains réécrivent l’histoire... Cette intervention n’a cependant pas calmé le flot de commentaires (voir encadré) et nous montre, une fois de plus, une armée américaine sans scrupules.

Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros

  • Honteux... une pensée pour les autochtones.
  • Vous avez volé l’île au peuple des Chagos dans les années 60 avec l’aide de la Grande Bretagne. Honte à vous !
  • Très belle vidéo !
    Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

  • Peros Banhos, Salomon, Diego Garcia, là où vivaient les gens avant 1968... Ils ont été expulsés par des soldats armés, et envoyés à Maurice, aux Seychelles, aux Maldives et dans d’autres îles de la région. Ne croyez pas que ce clip avec une musique douce leur fera oublier leur île.
    Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

  • Dis-moi, où as-tu garé l’avion de la Malaysian airlines ?
  • J’ai honte d’être Britannique depuis que j’ai appris ce qui est arrivé au peuple des Chagos.
  • Bande de fils de pute.
  • Belle vidéo. Merci de l’avoir postée !
    Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

  • Formidable ! La terre que l’Amérique a volée.
  • Je me demande combien ces filles ont été payées pour divertir les hommes en service sur cette île.
    Image extraite de la vidéo « Tour for the Troops ».

  • Pour Maurice !
  • Laissez le peuple chagossien rentrer chez lui. J’ai toujours été fier d’être Américain... mais maintenant j’ai honte.

Nathalie Valentine Legros & Geoffroy Géraud Legros

Chroniques réunionnaises à quatre mains, avec Geoffroy Géraud Legros et Nathalie Valentine Legros.

Notes

[1Empreinte de la liberté

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter