Categories

7 au hasard 23 novembre 2013 : Nitin Chinien : « je ne suis pas violent » - 2 juillet 2015 : Gaza : l’État Islamique menace le Hamas - 9 juillet 2014 : Aveugle, le champion court avec son guide - 5 octobre 2013 : Le sacrilège, un nouveau business ? - 30 janvier 2014 : Surf : « une histoire faite par des Cadet, des Payet, des Rivière ! » - 18 août 2015 : Le banian, arbre des poètes... - 6 mars 2015 : Point de répit pour une journée urticante... - 28 décembre 2016 : 1945 : Le Port sentait le gingembre et la mangue... - 12 septembre 2013 : Deux routes comme vous ne les verrez plus ! - 4 juillet 2016 : In Réyoné lé for : la pi lèr po douté ! -

Accueil > Océan Indien > Chagos : compte à rebours en « zone de guerre »

Tribune Libre de Georges Gauvin

Chagos : compte à rebours en « zone de guerre »

15 octobre 2015
Georges Gauvin
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Ce communiqué du « Comité Solidarité Chagos La Réunion » se veut un cri d’alarme face aux menaces du calendrier. Un calendrier qui va régir, à partir de cette fin 2015, l’issue de la lutte des Chagossiens pour arracher leur retour aux Chagos. Plus que 14 mois pour arracher le retour des Chagossiens aux Chagos !

Rappelons tout d’abord que cela fait près de 40 ans qu’avec un courage et une opiniâtreté extraordinaires les hommes et les femmes de cet archipel luttent pour le droit dont dispose tout être humain, comme tout peuple, celui de vivre sur sa terre natale, sur la terre de ses ancêtres. L’interminable chemin de cette lutte a été jalonné de victoires exaltantes mais aussi hélas de revers cruels. Notre Comité, depuis qu’il a été créé en 2010, a régulièrement évoqué les moments forts de ce dur combat.

Aujourd’hui, de multiples événements sont en cours :

  • attente du jugement de la Cour Suprême de Londres concernant le « jugement catastrophe » de la Chambre des Lords en 2008,
  • attente du jugement de cette même Cour Suprême concernant le caractère légal ou illégal de la création du Parc Marin par le gouvernement britannique,
  • projet de réinstallation concocté unilatéralement par Londres et assorti de conditions inacceptables pour les Chagossiens.

Mais si l’on devait retenir un élément — un seul — déterminant pour le sort des Chagossiens, c’est incontestablement la période de deux ans qui s’est ouverte le 31 décembre 2014 et qui se refermera le 30 décembre 2016. C’est la période au cours de laquelle il est possible que soit réexaminé le fameux bail stratégique accordé par la Grande-Bretagne aux États-Unis. Bail contractualisé le 30 décembre 1966 pour une durée de 50 ans. Bail qui se terminera donc fin 2016. Bail renouvelable alors pour 20 ans par reconduction tacite, ou faisant l’objet d’un réexamen entraînant amendements et nouveaux aménagements.

C’est là que se situe le nœud du problème. C’est là que peut se dénouer enfin le drame des Chagossiens. C’est l’occasion historique à saisir, afin de mettre fin à un demi-siècle d’un crime perpétré contre un peuple victime de cet « Océan indien zone de guerre » imposé tragiquement par les grandes puissances impérialistes.

Mais il est une condition incontournable si l’on veut donner au problème chagossien une chance de solution. C’est le respect absolu que l’on doit porter aux Chagossiens. Et Olivier Bancoult le dit avec force : « Nous devons être associés à tous les contacts, toutes les discussions, toutes les négociations ». Et il ajoute, conscient des leçons de l’histoire : « Nous devons être associés, contrairement à ce qui s’est fait en 1965 – 66 ».

Or il ne reste plus que 14 mois qui nous séparent de la date fatidique du 30 décembre 2016. Les gouvernements coupables de la déportation des Chagossiens ne doivent pas aujourd’hui laisser pourrir la situation, par des faux-semblants, par des manœuvres, par des hypocrisies. Chaque mois, chaque semaine va compter, va être décompté. Notre Comité pour sa part sera plus que jamais au côté des Chagossiens.

La mobilisation de l’opinion internationale doit être elle aussi présente à ce grand rendez-vous de la lutte des Chagossiens. Il doit rassembler toutes les consciences éprises de paix et de justice. C’est pourquoi, de La Réunion comme de beaucoup d’autres lieux du monde, doit jaillir ce cri : « Plus que 14 mois pour arracher le retour des Chagossiens aux Chagos ! »

Georges Gauvin
Président du C.S.C.R.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter