Categories

7 au hasard 11 janvier 2016 : Quand Bowie chantait Brel - 14 août 2015 : Une île de plastique entre Madagascar et l’Australie - 12 février 2015 : Sur-rémunération : « une prime coloniale, pas un moteur économique » - 24 décembre 2013 : Petit papa Béké, obli pa mon ti soulié ! - 20 décembre 2015 : Gayar fèt kaf ! - 15 février 2013 : Le magicien OZE ! - 9 octobre 2015 : Océan Indien : Paris et la diplomatie du gros bâton - 24 octobre 2015 : NRL : rendez-vous à la prochaine coulée de boue ? - 3 octobre 2017 : Les vautours de la prison Juliette Dodu - 19 juin 2014 : Une petite adresse à George-Pau Langevin et à Bernard Cazeneuve… -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Cette petite case au toit pointu a disparu !

Architecture et patrimoine

Cette petite case au toit pointu a disparu !

3 mai 2018
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Dan un futur proche, nora pu de kaz kreol dan Sin-ni ». Voilà ce qu’écrit le photographe Osman Badat. Pour démontrer la triste réalité, il a fait deux photos : avant et... après. Entre-temps, la petite case au toit pointu a disparu.

La petite case au toit pointu a disparu...
Photo : Osman Badat.

Pour la mémoire des « disparues »


Osman Badat s’intéresse à l’architecture créole, aux formes généreuses et originales qui se dessinent dans le paysage urbain. Son œil de photographe explore les rues de la ville et nous restitue les vieilles bâtisses, les dentelles surannées, les espaces abandonnés, les cases désaffectées, les ruines et les vestiges, les survivantes, les portails délabrés et pourtant toujours majestueux...

Mais surtout, il fixe pour la mémoire les « disparues » ; ces cases qui s’effacent de notre paysage quotidien, en silence, à jamais perdues dans la poussière du passé renié.

L’année dernière, Osman Badat avait exposé au théâtre de Champ-Fleuri. Le titre de son exposition, « Albasama » — qui signifie « empreinte » en arabe —symbolisait parfaitement l’esprit de sa démarche artistique : témoigner de l’empreinte laissée par « un monde créole au bord de l’effondrement ».

La petite case au toit pointu n’est plus...
Photo : Osman Badat.

Encore et toujours du béton...


Osman Badat poursuit sa quête tandis que les silhouettes de notre patrimoine continuent de rejoindre le cimetière virtuel des « disparues ».

La dernière « disparue » se trouvait rue Labourdonnais, à Saint-Denis. Elle résistait fièrement entre deux blocs de béton arrogant. Petite case au toit pointu, habillée de bardeaux et de lambrequins, façade livrée directement sur le trottoir avec un petit barreau sur le côté. Son auvent était tout tordu mais elle avait encore fière allure.

Désormais, une « dent creuse » en lieu et place de la petite case disparue nous promet encore et toujours du béton.

Le photographe a raison : « Dan un futur proche nora pu de kaz kreol dan Sin-ni ».

7 Lames la Mer
Merci à Osman Badat


Pour en savoir plus sur le travail photographique d’Osman Badat : Osman Badat, artiste photographe


7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter