Categories

7 au hasard 3 octobre 2012 : Chagos : un peuple créole déporté - 24 août 2013 : Réconcilions-nous autour d’un cari requin ! - 6 septembre 2013 : Réunionnais un peuple. Akoz pa ? - 22 avril 2014 : Chant partisan : les rimes tranchantes de « Paradise Sorouri » - 26 juin 2013 : Chillis Mhlongo : « All I know : Mandela is a hero » - 11 août 2013 : Soutien à « Indira », conte bilingue kréol-français - 29 avril 2016 : Fabienne Couapel élue à vie ? - 4 août 2015 : Film : La Réunion qu’on a oubliée... il y a 37 ans - 14 octobre : La reine Betty, l’une des plus belles femmes qu’on pût voir - 2 mai 2013 : « Viens on change ! » -

Accueil > 7 au menu > 7 sons > Cafrine Africa !

Sofy Mazandira

Cafrine Africa !

14 mai 2013
Antoine KonsöLe
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Distillant son maloya afro-poétique au sein de l’underground réunionnais, Sofy Mazandira, chanteuse en provenance du Sud de l’île, prépare actuellement son premier album, aux thèmes évoquant résolument l’identité créole. Sans esprit revanchard et tout en générosité.

Photo : Line Leclair

Dans les kabars, les festivals, les scènes de l’île, les cafés-concerts, et autres bars musicaux, nombreux sont ceux qui ont pu apprécier la nouvelle venue dans le paysage culturel de notre île. Née en 2011, la formule de Sofy Mazandira, mêle un maloya aux sonorités afro-blues et une poésie de conviction, touchant ainsi autant ceux qui aiment à crazer dann’ ron kabar que les mélomanes à la recherche de nouveauté et d’originalité.

Voix grave, soul et profonde... Sofy Mazandira captive l’auditeur. Sur scène, son terrain de prédilection, elle est au premier plan et sa présence généreuse fait monter l’ambiance jusqu’à entraîner irrésistiblement une foule de tranches papayes et de reins cassés.

La force du maloya

Assis dans l’ombre, Eric Hoarau, guitariste et co-compositeur du groupe, pose le tempo de ses rythmes de guitare joués à l’arpège, véritable squelette du groove distillé par le groupe, composé également de Didier Dijoux à la batterie, de Bernard Chopinet à la basse et d’Odilon Ali Hadji aux percussions.

Photo : Line Leclair

« Au départ, nous avons testé nos compositions au travers de différentes formules, avec plus d’instruments. Finalement, au fur et à mesure des concerts et des kabars, nous avons souhaité épurer l’accompagnement en ne gardant que les percussions, la guitare et la basse : nous voulions un son clair et direct qui mette en avant la voix et les paroles, tout en gardant la force festive du maloya », expliquent Sofy et Eric.

Oui, mi lé cafrine africa

Fraîches et novatrices, les compositions de Sofy Mazandira renouvellent des thèmes classiques que sont l’amour des origines, de la langue, du maloya, ou encore la place de la femme dans notre société. En les distillant au travers d’une poésie légère, douce et engagée. C’est ce contraste qui fait la force de Sofy Mazandira, et la musique qui l’accompagne retranscrit parfaitement cette richesse.

Le premier Mazandira, arrivé en 1907

Ainsi, dans « Mi Lé » et « Nout’ Famiy », Sofy soulève la question des origines, de SES origines : « Oui, mi lé cafrine africa ! », clame-t-elle, le sourire aux lèvres.

Quand dans « Nout’ Famiy » elle affirme « Sa nout couleur, sa nout beauté : Africa ! », c’est pour rendre hommage à ses ancêtres Kényans — parmi lesquels Androu Hataé, citée dans la chanson — et au premier Mazandira réunionnais, arrivé en 1907, au vu des résultats des recherches effectuées par Sofy.

Photo : Antoine KonsöLe

Autre thème très présent : le maloya, sujet principal des morceaux « Kayanm Do Fé » (« La loi, azot laisse anou kozé ! »), « Blues Caf » et le sobrement nommé « Maloya » :

Mi di atoué,
Soleil dann’ mon pié,
Z’étoiles dann’ rein,
La pou dig-digué....

« Cet attachement à notre musique réunionnaise me vient de mon père, qui était musicien, explique Sofy. Il était à la batterie dans les orchestres de l’époque, comme ceux de Gaby Laï-Kun, de Jean-Pierre Boyer, ou de l’orchestre Z’Etoiles Quatre Heures. J’ai baigné dans cette ambiance ».

Photo : Line Leclair

Au-delà de ces morceaux directement inspirés du kabaré, signalons les pépites que sont des morceaux plus lents, plus communiants, comme le bluesy « La Bas », sur le thème de la désillusion parfois liée aux désirs de mobilité (« Regarde oussa ti lé, avant allé loin... ») et le poignant « Ô, Fanm », précieux moments où l’on oublie l’envie de « défouler » pour se laisser envoûter par la voix profonde de Sofy : « Ô, Fanm y gingne pli supporter ton vilain manière ».

Sofy Mazandira est entrée au studio Kal Bass à Saint-Leu en fin d’année 2012. La sortie de cet album, actuellement en mixage, est prévue dans quelques mois : mais vous pouvez déjà en avoir un aperçu en écoute sur myspace.

Photo : Antoine KonsöLe

D’ici là, Sofy et son groupe assureront encore de nombreux concerts... Alors n’oubliez pas d’aller les voir, vous serez convaincus par la générosité de cette musique, et surtout vous pourrez dire que vous la connaissiez... avant tout le monde.

Pour se faire une idée, appréciez la vidéo ci-dessous, enregistrée dans les locaux du Palaxa pour l’émission « Respa Dann’ Fénoir » sur Télé Kréol : Sofy y fait la démonstration de son gayar avec un tube en puissance : « Kozé ».

Antoine KonsöLe
Chroniqueur et consultant musique pour 7 Lames la Mer

myspace : http://www.myspace.com/sofymazandira
facebook : https://www.facebook.com/sofy.mazandira

Photo : Line Leclair


Antoine Konsöle, alias DJ KonsöLe, est un passionné de musiques créoles et tropicales, de rythmes de l’Océan Indien, de l’Afrique, des Caraïbes, de l’Amérique du Sud. Collectionneur, connaisseur, il explore les arcanes des musiques indocéaniques et se distingue comme l’un des spécialistes de premier plan du séga et de ses déclinaisons insulaires. Il est président de l’association Kreolart qu’il fonde avec Arno Bazin et qui oeuvre pour la sauvegarde du patrimoine musical réunionnais.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter