Categories

7 au hasard 11 mai 2013 : « La culture : une locomotive pour l’économie ! » - 6 janvier 2015 : « Électeurs, n’oubliez pas les promesses envolées... et bonne année ! » - 24 mai 2016 : Bœuf d’enfer dans un train : 75 millions de vues - 27 avril 2013 : Préférence à l’embauche : le critère de la langue - 3 décembre 2015 : L’étrange courrier de soutien d’Alain Juppé à Didier Robert... - 12 mars 2015 : Air Austral : attitude anti démocratique à la Région ? - 19 mars : 30 ans : Artmafate dans la brume des souvenirs - 5 juin 2014 : Maïs créole contre maïs OGM - 12 janvier 2014 : Bois-Ozoux : touche pas à mon spot ! - 28 novembre 2015 : Urgence pour quel cap politique ? -

Accueil > La Réunion > Economie et société > CAF : cafouillages kafkaïens

Jusqu’ici tout va bien

CAF : cafouillages kafkaïens

6 avril 2016
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Pour inscrire son enfant à certaines activités de loisir, M. X — qui n’a, malheureusement pour lui en la circonstance, rien d’un espion — a besoin de son quotient familial. Il se connecte sur le site de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) : caf.fr. Jusqu’ici tout va bien. Cliquer sur « mon compte » et entrer les identifiants : code postal, numéro d’allocataire, jour et mois de naissance, etc. Jusqu’ici tout va bien...

M. X n’a pas gardé les cochons avec la Caf...
L’acteur Vincent Cassel, dans le film de Mathieu Kassovitz : "La Haine". 1995.

« Entrez votre mot de passe ! » M. X a beau fouiller dans ses papiers et dans sa tête, rien n’y fait, ce fichu mot de passe demeure introuvable !

Qu’à cela ne tienne, M. X décide d’envoyer un mail à la CAF. Dans le mail, il prendra le temps d’expliquer qu’il souhaite recevoir rapidement un document mentionnant son quotient familial et qu’il a perdu son mot de passe (MDP).

Mais voilà, impossible d’envoyer un mail à la CAF si l’on n’a pas de MDP ! Ou alors, il faudrait tenter de se connecter en tant que « non allocataire ». Or M. X est allocataire ; la preuve, il a un N° d’allocataire !

Qu’à cela ne tienne, M. X décide de téléphoner à sa CAF. 0810 25 .. .. 0,06 € par minute en plus du prix d’appel. M. X tombe directement sur un « joyeux » répondeur qui lui demande d’appuyer sur la touche 1, puis de composer son N° d’allocataire suivi du dièse. Jusqu’ici tout va bien. Mais voilà, le répondeur ne compte pas en rester là et exige maintenant le MDP...

« Justement, je vous appelle parce que j’ai perdu mon MDP », ose M. X dans le combiné, mais il n’y a personne à l’autre bout du fil, sinon une voix qui fera barrage tant que le MDP ne sera pas entré sur le clavier du téléphone. Autant raccrocher.

M. X se connecte à nouveau sur le site de la CAF. Sait-on jamais... Cliquer sur « mon compte » ; entrer les identifiants : code postal, N° d’allocataire, jour et mois de naissance. Jusqu’ici tout va bien. « Cliquez pour composer les 8 chiffres de votre mot de passe »... que M. X a eu la malchance de perdre, ne l’oublions pas...

Mais la CAF, dans sa générosité, a prévu cette situation : « Mot de passe perdu ? ». M. X clique sur la question, rien ne bouge... Il clique une seconde fois, et là — miracle — une nouvelle fenêtre s’ouvre ! Jusqu’ici tout va bien...

Et M. X lit alors sur son écran : « Votre mot de passe vous parviendra par courrier, au domicile connu par votre CAF d’ici une dizaine de jours. Ce mot de passe ne sera valide que 2 mois ».

10 jours... Mieux vaut ne pas être pressé, d’autant que ce n’est pas le quotient familial qui arrivera « d’ici une dizaine de jours, par courrier », mais juste le MDP qui permettra ensuite, peut-être avec de la persévérance, d’obtenir directement en ligne — on peut rêver… — ou de réclamer le fameux quotient familial. Et encore, M. X a bien de la chance, puisqu’il n’a pas déménagé récemment et que donc le « domicile connu par votre CAF » est bien celui où il réside.

Imaginez un seul instant l’imbroglio si M. X avait eu le mauvais goût de déménager...

Quelques secondes plus tard, M. X reçoit dans sa boîte mail un message de la CAF intitulé « ne-pas-répondre » — pour le cas incongru où l’on oserait répondre à la CAF... — et précisant : « Nous accusons bonne réception de votre demande ».

Ah, enfin un signe de vie... qui sera suivi d’un deuxième message de la CAF lui aussi intitulé « ne-pas-répondre »...

Rappelez-vous, quelques lignes plus haut : M. X avait cliqué sur la question (« Mot de passe perdu ? ») et comme rien ne bougeait, il avait cliqué une deuxième fois... et là, miracle, une nouvelle fenêtre s’était ouverte ! Résultat, la demande de M. X avait été prise en compte deux fois...

C’est ainsi que, 7 jours plus tard, M. X trouve dans sa boîte aux lettres non pas une enveloppe de la CAF mais deux ! Le cachet de la poste indique que la première enveloppe a été envoyée il y a 6 jours et la deuxième il y a 7 jours. Suspens...

Évidemment, chaque enveloppe contient un MDP différent. Voilà donc M. X avec deux mots de passe...

Connection à caf.fr. Cliquer sur « mon compte » ; entrer les identifiants : code postal, N° d’allocataire, jour et mois de naissance. Jusqu’ici tout va bien. « Cliquez pour composer les 8 chiffres de votre mot de passe ». Fébrile, M. X compose les 8 chiffres contenus dans la première enveloppe et clique sur « Se connecter ». Suspens.

« Le numéro d’allocataire, le mot de passe et la date de naissance que vous nous avez indiqués ne correspondent pas à ceux que nous connaissons à la Caf DE LA REUNION. Vérifiez votre saisie du mot de passe ».

Le ton du message déplaît fortement à M. X qui n’a pas gardé les cochons avec la CAF. Cela est d’autant plus désagréable qu’en ce qui concerne le MDP, c’est celui-là même que la CAF lui a envoyé...

Deuxième tentative. Deuxième échec. Le clavier ne doit son salut qu’au flegme légendaire de M. X. Un grand verre d’eau fraiche pour se remettre les idées en place et c’est reparti pour le bras de fer avec l’administration.

Paperasses... au Ministère de l’Information, dans le film "Brazil" de Terry Gilliam. 1985.

M. X a de la ressource : qu’a cela ne tienne, il s’empare de la seconde enveloppe envoyée par la CAF et compose le MDP qu’elle contient. Nouvel échec ! Les nerfs lâchent.

De quoi faire bouillir le peu de sang de M. X d’autant que sur l’écran, la CAF hausse le ton :

« Le mot de passe que vous avez saisi ne correspond toujours pas. [Apprécions au passage le mot « toujours » qui sous-entend avec un brin d’impatience voire de mépris : vous êtes débile ou quoi ?] Attention : au 5ème essai infructueux, vous ne pourrez plus momentanément vous identifier. [Cela ressemble fortement à une menace...] Si vous avez perdu votre mot de passe, cliquez sur le lien mot de passe perdu ».

Mais M. X ne sait que trop bien ce qui se passe lorsque l’on clique sur « Mot de passe perdu ? » : « Votre mot de passe vous parviendra par courrier, au domicile connu par votre CAF d’ici une dizaine de jours. Ce mot de passe ne sera valide que 2 mois ».

Voilà plus de 10 jours maintenant que M. X se débat pour obtenir son malheureux quotient familial. Voilà plus de 10 jours maintenant que M. X est tourné en bourrique à cause d’un « mot de passe perdu »... MORT DE PASSE !

« Accueil sur rendez-vous exclusivement à l’initiative de la Caf » les mardi et jeudi...
M. Hulot face à l’administration... "Playtime" de Jacques Tati. 1967.

Dernière solution, se déplacer jusqu’à la CAF, ce qui, à l’ère du numérique, semble une régression inconcevable. Fini le temps où l’on pouvait téléphoner à la CAF et avoir une standardiste au bout du fil ! Mais le temps où il faut « perdre » un jour de congé pour prendre son tour dans la file d’attente de la CAF n’est visiblement pas révolu.

Qu’à cela ne tienne, M. X ira. Mais d’abord se connecter sur le site de la CAF pour voir les horaires d’ouverture : « Accueil sur rendez-vous exclusivement à l’initiative de la CAF » les mardi et jeudi.

Devinez quoi... Sur le calendrier de son ordinateur, M. X voit clignoter la date du jour : JEUDI 24 mars. On n’est plus à 5 jours près...

Affaire à suivre...

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter