Categories

7 au hasard 11 août 2016 : Chagos : un nouveau cri dans le silence - 27 août 2013 : Verbaliser les victimes ? - 2 novembre 2015 : NRL : « curieuse conception de la démocratie ! » - 11 novembre 2016 : Leonard Cohen a pris son dernier train - 29 novembre 2016 : L’émouvante vidéo de la reine Ranavalona III (5) - 22 mars 2014 : Une attaque contre l’Iran inscrite au budget militaire - 11 janvier 2014 : Thierry Gauliris, dans sa tête un royaume... - 30 janvier 2015 : La « Team Reunion » pour le Global Learning X-Prize ! - 22 mai 2014 : « Younous Omarjee, le meilleur défenseur des travailleurs portuaires réunionnais » - 19 novembre 2013 : Dormir sous l’eau à Zanzibar -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > « C’est bien l’homme qui attire les requins »

Tribune Libre de Bruno Bourgeon

« C’est bien l’homme qui attire les requins »

5 juin 2014
Bruno Bourgeon
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Excellent reportage/documentaire/enquête journalistique de Rémy Tézier comme réalisateur et Laurent Bouvier comme journaliste.

Où l’on apprend (n’est-ce pas M. Thierry Robert), que les premières attaques décrites remontent à 1729, qu’il n’y a pas plus de requins bouledogues actuellement que naguère, que la ferme aquacole n’a jamais attiré les bouledogues plus que cela, que le programme scientifique « Charc » a repéré deux requins bouledogues femelles marquées n° 3451 (Fanny) et 3453 (Estelle), qui rôdent sans cesse dans les parages du port de Saint-Gilles, dans lequel les pratiques de jeter les résidus de pêche sont potentiellement attirantes pour les requins. Où Estelle et Fanny ne rôdent que pendant les mois d’hiver (d’avril à octobre) puis s’en vont souvent très loin. Un bouledogue a été repéré à plus de 300 km au sud des côtes réunionnaises.

Où un requin mâle couvert d’hématomes (ce que l’on observe après les violents ébats de cette race), le « dard » sorti et qui venait d’être pêché en rade de Saint-Gilles, visiblement venait de copuler avec l’une des deux femelles précitées. Où l’on a retrouvé une femelle pêchée avec une vingtaine de requineaux dans son ventre (le requin est ovivipare). Où enfin l’on apprend que la réserve marine ne compte que 40 g de biomasse de poissons au m2, quand une réserve riche comme celle d’Europa en compte plus de 1 kg, soit plus de 25 fois plus. Où enfin, si la réserve faisait réellement son office, l’on verrait le récif se « réhabiter » en requins de récif, ce qui limiterait bien évidemment l’approche des bouledogues.

Ce qui nous permet d’en apprendre beaucoup plus sur le comportement du requin bouledogue : il ne lèche les côtes réunionnaises que pour se reproduire, un peu comme les baleines, attiré par les résidus de pêche, mais pas par la ferme aquacole, ni par la réserve marine, n’en déplaise aux surfeurs et à Thierry Robert, qui prétendaient le contraire. Pour une conclusion finale : c’est bien l’homme qui attire les requins dans ses comportements de rejet en mer, qui favorise la turbidité de l’eau, et sa désalinisation, qui favorise aussi les mouvements des requins dans une eau plus fluide, et donc ses ébats.

Désolé, messieurs les surfeurs, la mer n’est pas votre habitat. Désolé, M. Robert, votre démagogie n’a désormais plus cours. Et de solutions il n’y aura que lorsque l’homme aura compris que rejeter en mer l’eau sale (ou pas, certaines stations rejettent de l’eau de qualité baignade comme à Grand Prado) issue des stations d’épuration, que salir ses ravines à grands coups de jets de détritus, que rejeter les résidus de pêche à même les eaux portuaires, sont tous comportements à dire : "viens me croquer, gentil requin bouledogue, je ne demande que ça !".

Bruno Bourgeon

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter