Categories

7 au hasard 16 février 2016 : Qui se cache derrière l’esclave Furcy ? - 3 octobre 2012 : Chagos : un peuple créole déporté - 5 janvier 2016 : Siya, une Indienne au cœur du maloya ? - 23 mai 2016 : L’étrange secret de Frida et d’Amrita - 18 mai 2013 : « On ne les laissera pas licencier » - 17 février 2014 : Les KANYAR pris aux mots - 11 mai 2015 : « Nouvelles du front » des luttes chagossiennes - 28 avril 2014 : Danse Péi, le festival qui bouz’ en corps ! - 15 mars 2013 : Quand tu entres dans la cicatrice, tu deviens bleu toi aussi... - 1er avril : Document : « Maloya pour la liberté » -

Accueil > La Réunion > 7 en campagnes > Bons mots et mots durs

Brève de campagne

Bons mots et mots durs

17 février 2014
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La campagne gagne en intensité, et avec elle, s’envolent les foutan plus ou moins sympathiques.

Michel Dennemont, darwinien. (Photo : IPR)

C’est à Michel Dennemont que revient pour l’heure la palme du bon mot qui — c’est assez rare pour être souligné — donne plutôt dans la veine érudite : « j’aime beaucoup Darwin, et je suis très frappé de voir que les dauphins se transforment en requins ». Une pointe sans doute appréciée par ses principaux adversaires, issus du sérail de l’indétrônable édile avironnais.

Aforstan tourné-viré, Michel Tamaya finira-t-il par ne pas être tête de liste de la gauche "radicale" à Saint-Denis ? Il se murmure qu’il aurait jeté l’éponge... (Photo : IPR)

« Il fait sa diva » dit-on au sujet de Michel Tamaya, dans les arcanes où se trame la construction, toute en rebondissements, d’une liste de la « gauche de gauche », censée concurrencer Gilbert Annette dans son fief dionysien. D’annonces quasi-officielles en retraits, la valse hésitation pourrait bien s’achever par une sortie de jeu de l’ancien député-maire, un temps fortement pressenti pour prendre la tête de cette coalition. Un fantomatique nouvel entrant serait sur le point de l’y succéder… Pour l’heure, un spectre continue de hanter la gauche du PS dionysienne.

— Dernière minute : nous apprenons que Michel Tamaya jetterait finalement l’éponge ! Pour en savoir plus, lire ici.

"Je vais venir baigner chez toi !" lance absurdement Daniel Gonthier à son opposant Jean-Hugues Ratenon (Photo : IPR)

Daniel Gonthier, maire de Bras-Panon, se croit, lui, plutôt sur la plantation, et se permet, en plein débat radiophonique, de tutoyer Jean-Hugues Ratenon, en une tirade d’ailleurs franchement incompréhensible : quelque chose comme « je vais venir baigner chez toi, le dimanche tu baignes, tu fais pas du porte-à-porte ». On savait déjà que l’intéressé « sakouyait » son kayambe du haut vers le bas. Voilà qu’il veut s’imposer (le dimanche) dans la baignoire des autres. Comprenne qui pourra.

Amandine Ramaye est la seule femme en lice à la Plaine des Palmistes

Amandine Ramaye est visée dans un registre moins délirant mais plus agressif. Les
« rest’ton kaz » et les « fanm komande pal lo zonm » — l’humour d’un Gaby Laï-Kune en moins — fusent de la part des militants du camp d’en face, en direction de la seule femme en lice dans la course à la mairie de la Plaine-des-Palmistes. Vous savez, cette commune où les « bras-forts » mangent les chou-palmistes de l’allée principale et où les conseils municipaux se tiennent au mégaphone... et dont la jeune psychologue voudrait faire autre chose.

GGL

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter