Categories

7 au hasard 21 avril 2017 : Saint-Expédit : l’île aux statues (3) - 20 novembre 2013 : Viol colonial perpétué en peinture - 11 décembre 2013 : Jim Fortuné sert un « Kafé » inimitable - 18 juin 2014 : Le Parc national n’a plus d’argent... - 10 juin 2014 : Brésil : une balle dans la tête - 17 octobre 2015 : Sors la pelle, Amina : on va aménager le territoire ! - 1er septembre 2015 : Chagos : des bimbos à Diego - 13 juin : L’infini des « Mémoires d’outre-mer » - 19 mars 2017 : Jean-Pierre Marchau : « Non, le surf n’est pas mort à La Réunion ! » - 31 mars 2015 : Protéger sans interdire... c’est possible ? -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Bois-Ozoux : touche pas à mon spot !

Pique-nique chemin volcan

Bois-Ozoux : touche pas à mon spot !

12 janvier 2014
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Depuis l’annonce de la suppression de l’aire de pique-nique de Bois-Ozoux, sur le chemin du Volcan, les militants du Collectif pour le maintien des activités dans le coeur de La Réunion (C.MAC) et de l’association pour la défense de l’élevage pastoral et son patrimoine (ASDEPP) ont occupé le terrain ce dimanche 12 janvier pour un pique-nique militant. Au menu marmites, maloya et revendications.

Pique-nique militant... pour marquer le terrain ! C’était le programme concocté en moins de quatre jours par le Collectif pour le maintien des activités dans le coeur de La Réunion (C.MAC) et l’association pour la défense de l’élevage pastoral et son patrimoine (ASDEPP) ce dimanche 12 janvier.

Objectif : sensibiliser sur la disparition annoncée de l’aire de pique-nique de Bois-Ozoux, chemin Volcan. Un démantèlement dont se chargera l’ONF, autorisé par le parc national le 30 décembre dernier, entre Noël et le jour de l’an... alors que le cyclone Bejisa occupait déjà les esprits. Autant dire que cette autorisation de « destruction » mise en ligne sur son site par le parc national serait passée inaperçue sans la vigilance des militants du C.MAC.

Malgré les embouteillages et le temps incertain, plus d’une centaine de sympathisants avaient fait le déplacement jusqu’à l’aire de Bois-Ozoux, désormais condamnée. Thierry Gauliris et Firmin Viry ont à nouveau marqué leur soutien à ce combat par leur présence. Au cour de la matinée, le maire du Tampon, Paulet Payet, est venu à la rencontre des manifestants. La visite de deux gendarmes n’a pas découragé les militants et sympathisants qui ont déballé marmites et caris à quelques pas des banderoles déployées en évidence sur le chemin. Il faut dire que les militaires, affables, n’avaient pas eux-même l’air de croire que la surveillance d’innocents éleveurs, promeneurs et musiciens constituait le coeur de leur tâche...

Ce pique-nique militant, à 2280 mètres d’altitude, avait pour seul but de démontrer « un art de vivre créole basé sur le partage et tourné vers la nature », expliquait l’un des pique-niqueurs engagés. Un pari tenu, au vu de l’affluence de planteurs, pêcheurs, artistes et randonneurs solidaires... et de la légèreté des marmites à l’heure du retour !

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter