Categories

7 au hasard 14 décembre 2014 : Les derniers jours d’une « boutique chinois » - 18 août 2014 : Monsieur le Président... alerte sur les dangers de la Nouvelle Route du Littoral ! - 17 juillet 2014 : Oze : « Mon Foutan, sé 7an masérasyon » - 15 juillet 2016 : Les amants maudits traqués dans la ravine - 23 novembre 2016 : Révoltes à Bourbon : de la gueule du canon à l’île de l’horizon - 4 juin 2014 : Prison J. Dodu : « nous dénonçons un crime culturel » - 26 avril 2017 : De la « Pompe Zamal » à la « Tortue », histoire de fontaines - 22 mars : La plage perdue... et la rivière domptée - 21 août 2016 : On ne retrouve jamais les disparus - 19 avril 2014 : La Réunion est à un quart de seconde du reste du monde -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Bientôt sacrifiée !

Architecture et patrimoine

Bientôt sacrifiée !

28 mai 2018
Bernard Leveneur
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Cette maison va être sacrifiée au profit d’un vaste projet immobilier. Une maison modeste entourée d’un vaste jardin, qui n’a rien à voir avec les grandes demeures de la ville mais qui dans sa typologie est caractéristique de Saint-Pierre. Une rage contenue m’envahit...

Rue Archambaud, Saint-Pierre. Promise à la destruction. Photo : Bernard Leveneur.

Rue Archambaud : une désagréable surprise...


Désagréable surprise rue Archambaud à Saint-Pierre ce matin [27 mai 2018] : je croyais terminée la vague des destructions de maisons créoles à Saint-Pierre.

Cette ville était encore dotée durant les années 1980 d’une très belle typologie et surtout d’une très grande variété de maison créoles qui étaient uniques dans l’île. Des parkings ou d’hideuses constructions néocréoles les remplacent aujourd’hui.

Le projet immobilier qui remplacera la case créole.


Maison créole sacrifiée au profit d’un vaste projet immobilier...


Cette maison va être sacrifiée au profit d’un vaste projet immobilier. Une maison modeste entourée d’un vaste jardin, qui n’a rien à voir avec les grandes demeures de la ville mais qui dans sa typologie est caractéristique de Saint-Pierre.

Elle n’est peut-être pas en jaune, vert ou rouge sur un plan d’urbanisme, couleurs qui attirent l’attention sur ce qu’il faut ou pas garder. Le permis de démolir est légal, mais un homme de l’art a décidé de sa destruction. Un homme au pouvoir de vie et de mort sur un patrimoine qu’il est censé défendre.

La même maison photographiée dans les années 1970.

Une rage contenue m’envahit


Elle n’est plus tout à fait authentique certes [mais qu’est ce qui est authentique dans une maison créole en bois entretenue, modifiée, embellie... au fil des ans ?]. Toutes les maisons créoles, même celles devenues monuments historiques, ne sont plus dans leur état d’origine.

Une rage contenue m’envahit d’autant qu’en rangeant les photographies prises ce matin, je retrouve une photographie des années 1970 qui montre qu’elle n’était pas si transformée que cela...

Bernard Leveneur


A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter