Categories

7 au hasard 12 novembre 2013 : Un nouveau décret pour des « marges raisonnables » - 22 août 2013 : La couleur retrouvée - 12 août 2014 : Mais que fait la police ? - 3 février 2013 : Métissage : le mythe dans la peau - 28 octobre 2015 : « L’île des Roitelets qui se croient tout permis... » - 30 mars : James Mange, le combattant du couloir de la mort - 22 octobre : Quand Le Port avait peur d’une baleine... - 9 mars 2015 : « Il est bon parfois de voir un mauvais spectacle »... - 14 novembre : Arnaud Dormeuil, sa té in moun kom nou ! - 3 janvier 2014 : Des pirates d’élite pour la NSA -

Accueil > Indian Ocean Viewpoint > Baudelaire, Lacaussade and the historical identity of « La belle Dorothée (...)

University of Oxford

Baudelaire, Lacaussade and the historical identity of « La belle Dorothée »

31 août 2017
Alexander Ockenden
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Much of the academic debate regarding Baudelaire’s voyage to the Indian Ocean in 1841 has centred on the figure of Dorothée, who directly inspired both the prose poem « La belle Dorothée » (first published in 1862) and the poem « Bien loin d’ici » (which first appeared in the posthumous 1868 version of « Les Fleurs du Mal »). In his letter of 15 December 1859 to his publisher Poulet-Malassis, Baudelaire describes « La belle Dorothée » as his « souvenir de l’île Bourbon » (modern-day « La Réunion »). As Emmanuel Richon notes, this should have put to rest long ago the considerable confusion amongst critics as to where Baudelaire met her [1]. English/français.

"L’albatros", Charles Baudelaire. Illustrateur : Carlos Schwabe.

Lire en Français : [2]


Dorothée was an ex-slave


The modern consensus is that the figure of Dorothée originates from Baudelaire’s time in Réunion, and that she was an ex-slave working as a prostitute in order to « racheter sa petite sœur » out of slavery [3]. Nevertheless, even recent critics have failed to take into account the full realities of colonial slavery. Hélène Sicard-Cowan, for example, mistakenly suggests that Baudelaire’s use of the word « affranchie » must mean that he is depicting post-1848 Réunion « au lendemain de l’abolition de l’esclavage qui sert de cadre au poème » [4].

In fact, a significant number of slaves were freed in the years preceding abolition [5]. Slavery was indeed omnipresent in Réunion when Baudelaire arrived in 1841, although illegal in British-controlled Mauritius since 1835, so the scenario of an ex-slave working to free a relative from slavery was very much a real possibility.


A strong and vivid memory of Dorothée


Even so, opinion has been divided as to whether Dorothée was an actual person : for example, Sicard-Cowan’s suggestion that « Le prénom choisi par le poète pour sa figure reflète d’ailleurs la persistance de l’être de l’affranchie […] Dorothée, ou celle ôtée de l’or de la représentation » [6] [my emphasis] implies that the name Dorothée was the poet’s own invention, based on the rather cryptic wordplay of « D’or ôtée / Dorothée ». Meanwhile, Debarati Sanyal claims that « Dorothée is a parody […] virtually enshrined in her own analogy » [7], whilst Elvine Maurouard lists the historical Saint Dorothy of Cappadocia as a possible inspiration [8].

It might be suggested in response that the fact that the two aforementioned poems both describe Dorothée in a very similar manner, despite being published more than twenty years after Baudelaire’s voyage, implies that he retained a strong and vivid memory of her, strengthening the case for her being a real person.


The forty-five days on Réunion : something of a mystery


Another complication is that, while Baudelaire’s movements during the nineteen days which he spent on Mauritius with the Autard de Bragards are well documented, the forty-five days which he spent on Réunion are something of a mystery. Baudelaire stubbornly refused to divulge information about the journey, on one occasion even denying to Leconte de Lisle that he reached the Indian Ocean at all [9].

However, as Gérard Nirascou has pointed out [10], the captain’s log of the « Paquebot des Mers du Sud » demonstrates that Baudelaire spent the first month, from his arrival in Saint-Denis (the capital of Réunion) on 20 September, living on board the same ship originally intended to carry him to Calcutta.


Dorothée Dormeuil, freed by an ordinance, 30 January 1838


When this ship departed for India without him on 21 October, he spent another two weeks on the island before returning to France on « L’Alcide » on 4 November [11]. This means that we know Baudelaire spent the majority of his time in or around Saint-Denis, where the ship was moored.

The « Archives départementales de La Réunion » contain a comprehensive list of all slaves freed on the island in the period from the return to French control in 1815 to the abolition of slavery in 1848. A thorough search of slaves freed in Saint-Denis before Baudelaire’s visit in 1841 reveals just one with the name Dorothée : Dorothée Dormeuil, freed by an ordinance on 30 January 1838 at the age of 23, and thus 26 years old at the time of Baudelaire’s visit [12].

This alone might not constitute sufficient proof of identity, but further examination of the records reveals that Dorothée had two younger sisters who were both still slaves in 1841. One of these, Marie Dormeuil, matches the description « sa petite sœur qui a bien onze ans » in « La belle Dorothée » almost perfectly : the records show that in 1841 she was 10 years old.

"Les fleurs du mal", extrait, par Tchoba.

Baudelaire contributed to the freedom of Dorothée’s sister


Dorothée Dormeuil must have been saving up to free her sister for morethan three and a half years (since 1838) when Baudelaire arrived on 20 September. Bearing in mind that he had been sent away from Paris largely because of his extravagant spending, specifically on his liaisons with prostitutes, it seems probable that he paid for the services of « la célèbre Dorothée », especially given his life-long erotic fascination with dark-skinned women.

On 30 September 1841, within just ten days of his arrival, Marie Dormeuil was finally bought out of slavery by her sister [13]. This is surely no coincidence. We know that Baudelaire was reckless with money, that he was free-spirited and dismissive of social norms, and that he paints avery sympathetic picture of Dorothée’s plight. It does not seem too far-fetched to suggest that the impulsive twenty-year-old himself contributed financially to the freedom of Dorothée’s sister as well as immortalizing the two in poetry.


A portion of this money went towards freeing Marie Dormeuil


On the contrary, Baudelaire himself seems remarkably sure that the young Marie Dormeuil will be freed : « Elle réussira sans doute, la bonne Dorothée » — perhaps precisely because he wanted her to succeed and made sure of it with his own money. In fact, the captain of the « Paquebot des Mers du Sud » wrote to Baudelaire’s step-father on 14 October that « quoique M. Beaudelaire [sic] ait été modéré dans ses dépenses, à Maurice et ici, il a fortement écorné les 1.700 francs que j’avais reçus » [14], an apparent paradox thus far unexplained.

Not needing to pay for accommodation in Mauritius (thanks to the Autard de Bragards) or Réunion (at the time of the letter he was still living on board ship), we might perhaps assume that a large portion of this money went towards freeing Marie Dormeuil two weeks earlier [15].

Illustration : epoq

Another interesting addition to the historical Dorothée’s story


The archives provide another interesting addition to the historical Dorothée’s story : the record of the liberation of slaves not only gives dates and family relations, but also the name of the master from whom each slave is freed. In this case, the master of Marie Dormeuil is described by Baudelaire in no uncertain terms : « le maître de l’enfant est si avare, trop avare pour comprendre une autre beauté que celle des écus ! » [16]

The master in question was one Sr. Édouard Lacaussade — a surname familiar to experts on the abolition of slavery in Réunion, as well as those with an interest in nineteenth-century French poetry, thanks to the celebrated Auguste Lacaussade. The only Édouard Lacaussade to appear in any records of the island in this period was in fact one of Auguste’s older brothers.

Édouard and Auguste were born in Saint-Denis in 1806 and 1815 respectively to the French lawyer Pierre-Augustin Cazenave de Lacaussade and the mixed-race Fanny-Lucile dite Desjardins, making all of their six children « quarterons » in the terminology of the day [17].

Charles Baudelaire en 1848, par Gustave Courbet

The island’s complex ethnic history


However, the fates of Édouard and Auguste began to diverge even before the latter was born : Édouard and the two other older brothers were inscribed on the « registre des Blancs » in 1812 ; Auguste and his younger brother and sister were not [18]. The reasons for this anomaly are not entirely clear [19], but as Raphaël Barquissau explains, the island’s complex ethnic history meant that the usual division between black slaves and white masters was anything but black and white in nineteenth-century Réunion [20].

It was thus possible for two brothers from the same two parents and with the same skin colour to be inscribed on registers which defined them as legally « black » and « white » respectively. This distinction shaped both of their lives : the fiercely intelligent Auguste was barred from entering the Collège Royal in Saint-Denis (where he would have studied alongside Leconte de Lisle) on the grounds that he was not « white », and so instead was sent away to study in Nantes [21].

Although he would return to his homeland twice, he was unable to integrate into preabolition society. His opposition to slavery, and its expression in his poetry, is well documented – Prosper Ève speaks of a « discours anti-esclavage assez exceptionnel » and suggests this may have contributed to him being unable to find employment on the island [22].

Charles Baudelaire, d’après Nadar.

Édouard Lacaussade : his fortune with the help of slave labour


Meanwhile, as Auguste was writing of « hommes déchus, infortunés esclaves » [23], his brother Édouard was making his fortune with the help of slave labour, creating a monopoly in the island’s tobacco industry in the 1830s [24]. This project and the subsequent purchase of a sugar refinery and distillery were apparently viewed with disdain by Auguste : in Barquissau’s words, « le commerce était pour [Auguste] l’abomination de la désolation » [25].

On 1 February 1835, slavery was abolished in nearby Mauritius, and the governor of Réunion feared an uprising of slaves in Réunion supported by the largely sympathetic mixed-race population. In response, he summoned four of the wealthiest mixed-race citizens and instructed them to help maintain order in the colony : one of the four was Édouard Lacaussade (despite his status as legally « white ») [26]. Jean Urruty identifies Édouard’s ownership of the sugar refinery as a likely point of contention between the brothers because « on devait certainement employer des esclaves » [27].

In fact, Barquissau’s research confirms that, after the abolition of slavery in 1848, Édouard received compensation of 145,000 Francs, which at the arbitrarily set rate of 733 Francs per slave would indicate a total of approximately 200 slaves [28]. A few were lucky enough to be granted their freedom early by Édouard — including Dorothée Dormeuil and her two sisters (the youngest, Vitaline, was freed in 1843).

Auguste Lacaussade

The master maintained control over the freed slave


The reasons why Édouard Lacaussade released Dorothée from slavery in 1838 are unknown : at that point only the master had the power to free a slave, and it was not until 18 July 1845 that slaves gained the right to buy their own liberty [29].

It was, however, common practice to free a slave but then make them work for years in order to buy their own relatives, in this case Dorothée’s sisters, out of slavery [30]. In this way, the master maintained control over the freed slave — who could hardly be described as « free » : Dorothée merely entered what Sanyal calls an « interlocking system of sexual and colonial violence » [31].


A deep-seated desire to free her sisters


There is, however, little evidence to support T. Denean Sharpley-Whiting’s claims that Dorothée « contentedly accepts her sexploitation […] in exchange for “piastres”’, or that she is ‘at ease with the sex trade » [32]. On the contrary, Dorothée’s struggle is clearly not a quest for money in itself, but a deep-seated desire to free her sisters and perhaps also safeguard them in turn from prostitution [33].

In this instance, the only person to profit financially was Édouard Lacaussade, who would have received the proceeds of Dorothée’s prostitution as payment for her sister — a fact which chimes perfectly with the aforementioned description of him as « trop avare pour comprendre une autre beauté que celle des écus ».

"Femmes damnées", par Émile Bernard, gravure sur bois dans "Charles Baudelaire, Les fleurs du mal".

From opposite sides of the world


Although Auguste Lacaussade actually returned to Réunion at some point between 1840 and 1842, he stressed « Je n’ai connu ni rencontré Baudelaire à Maurice ou à Bourbon » [34].

And yet the two had a number of similarities, not least as poets who were sent away from their homelands to a different hemisphere at an early age : Baudelaire from France to Réunion, Lacaussade in the other direction [35]. Furthermore, Emmanuel Richon notes Baudelaire’s message to Lacaussade on receipt of the latter’s collection of poetry, « Les Salaziennes » : « Je n’ai pas besoin de vous dire que j’ai commencé par les paysages de l’île de Bourbon » [36].

Baudelaire’s own defining collection of poetry, « Les Fleurs du Mal », could itself be said to have begun both chronologically and thematically with « les paysages de l’île de Bourbon ». Yet he was not to know that one of the figures who inspired this poetic genesis, Dorothée, was herself bound to the addressee of his letter by the same complex ties of family, money, race, slavery and colonialism which both poets immortalized in their work, and which left lasting marks on the lives of both from opposite sides of the world.

Alexander Ockenden
Magdalen College, University of Oxford

Alexander Ockenden, BAUDELAIRE, LACAUSSADE AND THE HISTORICAL IDENTITY OF ‘LA BELLE DOROTHÉE’ in
Fr Stud Bull (2014) 35 (132) : 64-68. DOI : https://doi.org/10.1093/frebul/ktu017.


Notes

[1Emmanuel Richon, « Les Poèmes mascarins de Charles Baudelaire » (Paris : L’Harmattan, 2000), p. 177.

[2
Remerciements à Emmanuel Richon, Emmanuel Genvrin et Satya Tan pour leur aide, au Dr. Toby Garfitt et au Conseil des bourses de voyage Harrison Heath pour leur soutien.


« La belle Dorothée » et « Bien Loin d’ici »


Une grande partie du débat académique concernant le voyage de Baudelaire dans l’océan Indien en 1841 est centré sur la figure de Dorothée, qui a directement inspiré les deux poèmes en prose « La belle Dorothée » (publié en 1862) et le poème « Bien Loin d’ici » (édité dans une version posthume de 1868 des « Fleurs du Mal »).

Dans sa lettre du 15 décembre 1859 à son éditeur Poulet-Malassis, Baudelaire qualifie « La belle Dorothée » de « souvenir de l’île Bourbon ». Comme le note Emmanuel Richon, cela aurait dû mettre un terme définitif à la confusion entretenue chez les critiques quant à l’endroit où Baudelaire l’a rencontrée.

Jeanne (Délixia Perrine), Baudelaire (Thierry Mettetal). www.vollard.com - Photo : Emmanuel Kamboo.


La figure de Dorothée provient du voyage à La Réunion


Le consensus moderne reconnait que la figure de Dorothée provient du voyage de Baudelaire à La Réunion, et qu’elle était une esclave affranchie travaillant comme prostituée afin de « racheter sa petite sœur » encore esclave. Néanmoins, même des critiques récents n’ont pas pris en compte les réalités de l’esclavage colonial. Hélène Sicard-Cowan, par exemple, suggère une utilisation erronée par Baudelaire, du mot « affranchie » qui signifierait un statut post-1848, « au lendemain de l’abolition de l’esclavage ».

En fait, de nombreux esclaves ont été libérés au cours des années précédant l’abolition. L’esclavage était en effet omniprésent à La Réunion lorsque Baudelaire arriva en 1841. Mais il était illégal à Maurice, sous contrôle Britannique, depuis 1835. Le scénario d’une ancienne esclave travaillant pour libérer un parent de l’esclavage est donc tout à fait plausible.


« D’or ôtée/Dorothée »


Malgré cela, les avis sont partagés quant à la réalité de la personne de Dorothée : Sicard-Cowan suggère par exemple que « Le prénom choisi par le poète pour son personnage reflète la persistance de l’être affranchie... Dorothée signifiant celle “ôtée de l’or” », impliquant que le nom de Dorothée était une invention poétique basée sur un jeu de mot au sens caché : « d’or ôtée/Dorothée ».

De son côté, Debarati Sanyal prétend que « Dorothée est une parodie... pratiquement conservée dans son analogie », tandis qu’Elvine Maurouard identifie l’historique Sainte Dorothée de Cappadoce comme une possible source d’inspiration du poète. On pourrait leur rétorquer que les deux poèmes cités plus haut décrivent Dorothée d’une manière très similaire, malgré un décalage de vingt ans, impliquant que Baudelaire a conservé d’elle un souvenir fort et vif, renforçant l’hypothèse qu’elle est une personne réelle.

Charles Baudelaire (1821-1867). By Radivilovskay on DeviantArt.


Les 45 jours passés à La Réunion restent un mystère


Une autre complication vient du fait que, tandis que les déplacements de Baudelaire au cours des dix-neuf jours qu’il passe sur l’île Maurice chez les Autard de Bragard sont bien documentés, les quarante-cinq jours qu’il passe à La Réunion restent un mystère. Baudelaire a obstinément refusé de divulguer des informations sur son voyage, et même, un jour nia à Leconte de Lisle avoir abordé l’océan Indien.

Gerard Nirascou a toutefois démontré que, d’après le Journal du capitaine du « Paquebot des Mers du Sud », Baudelaire a bien passé le premier mois de son arrivée à Saint-Denis (Capitale de La Réunion), à compter du 20 septembre, à bord du navire initialement destiné à le conduire à Calcutta. Lorsque ce navire appareilla pour l’Inde sans lui, le 21 octobre, il vécut encore deux semaines dans l’île avant de retourner en France sur « L’Alcide » le 4 novembre. Cela signifie que Baudelaire a passé la majorité de son temps à Saint-Denis ou dans ses environs, là où mouillait le bateau.


Dorothée Dormeuil, affranchie à 23 ans, le 30 janvier 1838


Les Archives départementales de La Réunion possèdent une liste exhaustive des esclaves libérés dans l’île entre 1815 et l’abolition de 1848. Une recherche minutieuse des esclaves libérés à Saint-Denis avant le séjour du poète en 1841 ne révèle qu’une seule esclave du nom de Dorothée : Dorothée Dormeuil, affranchie à l’âge de 23 ans par une ordonnance du 30 janvier 1838 et donc âgée de 26 ans lors du voyage de Baudelaire.

Cela seul ne constitue pas une preuve décisive, mais un examen plus attentif des dossiers révèle que Dorothée avait deux jeunes sœurs encore esclaves en 1841. L’une d’elles, Marie Dormeuil, correspond sans nul doute à la description « sa petite sœur qui a bien onze ans » citée dans « La belle Dorothée » puisque les registres indiquent qu’en 1841, elle était âgée de 10 ans.

Délixia Perrine et Thierry Mettetal dans "Baudelaire au Paradis".


30 septembre 1841 : Marie Dormeuil rachetée par sa sœur


Dorothée Dormeuil a donc économisé pendant trois ans et demi pour libérer sa sœur, de 1838 jusqu’à l’arrivée de Baudelaire en septembre 1841. Sachant qu’il avait été envoyé loin de Paris en grande partie à cause de ses dépenses extravagantes, dont pour ses liaisons avec des prostituées, il semble probable qu’il ait monnayé les services de « la célèbre Dorothée ». Ajoutons une fascination érotique, sa vie durant, pour les femmes à peau foncée. Le 30 septembre 1841, soit dix jours seulement après l’arrivée du poète, Marie Dormeuil fut rachetée par sa sœur ! Ce n’est sûrement pas un hasard.

Nous savons que Baudelaire était indifférent à l’argent, qu’il était accommodant et dédaigneux des normes sociales et qu’il dressa un portrait très sympathique du sort de Dorothée. Il n’est pas aberrant de suggérer que l’impulsif jeune homme de vingt ans contribua financièrement à l’affranchissement de la sœur de Dorothée, comme l’immortalisent les deux poèmes.


« Elle réussira sans doute, la bonne Dorothée »


Au contraire, Baudelaire semble tout à fait convaincu que la jeune Marie Dormeuil sera libérée : « Elle réussira sans doute, la bonne Dorothée » — peut-être précisément parce qu’il voulait qu’elle réussisse, il fit en sorte de lui donner son propre argent. De fait, le capitaine du « Paquebot des Mers du Sud » a écrit au beau-père de Baudelaire le 14 octobre que « quoique M. Beaudelaire [sic] ait été modéré dans ses dépenses à Maurice et ici, il a fortement écorné les 1700 francs que j’avais reçus », un paradoxe apparent et jusqu’à présent inexpliqué.

N’ayant pas eu à dépenser pour son hébergement à l’île Maurice (au frais des Autard de Bragard) ou à La Réunion (au moment de la lettre, Baudelaire vivait encore à bord du navire, nous pourrions admettre qu’une grande partie de cet argent a servi à affranchir Marie Dormeuil deux semaines plus tôt.

Baudelaire par Georges Rochegrosse. Extrait.


« Le maître de l’enfant est si avare... »


Les archives dévoilent un autre aspect de la Dorothée historique : le registre d’affranchissement des esclaves donne non seulement les dates et les relations familiales, mais aussi le nom du maître des esclaves libérés. Dans cette affaire, celui de Marie Dormeuil est décrit sans ambiguïtés par Baudelaire lui-même : « Le maître de l’enfant est si avare, trop avare pour comprendre une autre beauté que celle des écus ! ». Le maître en question est un certain Édouard Lacaussade — un nom familier aux experts de l’abolition de l’esclavage à La Réunion, ainsi qu’à ceux s’intéressant à la poésie Française du XIXe siècle, grâce au célèbre Auguste Lacaussade. L’unique Édouard Lacaussade apparaissant dans les documents de l’époque est, en fait, l’un des frères aînés d’Auguste.

Édouard et Auguste étaient nés à Saint-Denis, respectivement en 1806 et 1815, rejetons de l’avocat français Pierre-Augustin Cazenave de Lacaussade et de la métisse Fanny-lucile dite Desjardins, faisant de leurs six enfants des « quarterons » selon la terminologie de l’époque. Cependant, les destins d’Édouard et d’Auguste ont divergé avant même la naissance de ce dernier : Édouard et les deux autres frères plus âgés furent inscrits au registre des Blancs en 1812, mais pas Auguste, ni son jeune frère, ni sa sœur. Les raisons de cette anomalie sont obscures, mais comme l’explique Raphaël Barquissau, la complexité historique et ethnique de l’île admettait que la répartition traditionnelle entre Noirs esclaves et maîtres blancs n’était pas évidente au XIXè siècle à La Réunion.


Discours anti-esclavagiste assez exceptionnel


Il était donc possible pour deux frères de deux mêmes parents et dotés de la même couleur de peau d’être enregistrés juridiquement comme soit « Noirs », soit « Blancs ». Cette différence pèse sur leur vie : Auguste, exceptionnellement intelligent, a été empêché d’entrer au Collège Royal à Saint-Denis (où il aurait étudié aux côtés de Leconte de Lisle) au motif qu’il n’était pas « blanc »,et, pour cette raison, fut envoyé étudier à Nantes.

Bien qu’il soit revenu par deux fois dans sa patrie avant l’abolition, il ne put jamais intégrer la « bonne société ». Son opposition à l’esclavage et l’expression de celle-ci à travers sa poésie sont mises en valeur par l’historien Prosper Ève, qui, documents à l’appui, parle d’un « discours anti-esclavagiste assez exceptionnel » et suggère que ses prises de position auraient contribué à interdire à Auguste un emploi dans l’île.

Baudelaire par danielduran


Auguste Lacaussade : « infortunés esclaves... »


Tandis qu’Auguste évoquait ces « hommes déchus, infortunés esclaves », son frère Edouard faisait fortune à l’aide d’esclaves, se créant un monopole industriel du tabac dans l’île Bourbon des années 1830. Cette activité mais aussi l’acquisition d’une sucrerie et d’une distillerie ont été considérés avec dédain par Auguste. Selon les termes de Barquissau : « le commerce était pour [Auguste] l’abomination de la désolation ».

Le 1er Février 1835, l’esclavage est aboli à Maurice et le gouverneur de La Réunion craignit un soulèvement servile soutenu par les Libres de couleur dans l’île. Il convoqua alors quatre des plus riches citoyens métissés et instruits pour contribuer au maintien de l’ordre dans la colonie : l’un des quatre n’était autre qu’Édouard Lacaussade, en dépit de son statut de juridiquement « blanc ».

Jean Urruty identifia la raffinerie de sucre d’Édouard comme un probable point de discorde entre les frères parce qu’« on devait certainement y employer des esclaves ». Barquissau confirme que, après l’abolition de l’esclavage en 1848, Édouard fut indemnisé de 145.000 Francs, ce qui, au prix moyen de 733 Francs l’esclave, indique un total d’environ 200 esclaves. Quelques-uns eurent la faveur d’obtenir d’Édouard leur liberté avant l’heure, dont Dorothée Dormeuil et ses deux sœurs (la plus jeune, Vitaline, fut affranchie en 1843).


Un système interpénétré de violence sexuelle et coloniale


Les raisons pour lesquelles Édouard Lacaussade a affranchi Dorothée en 1838 ne sont pas connues : sachant que seul le maître avait pouvoir de libérer un esclave, que les esclaves n’obtinrent le droit d’acheter leur propre liberté qu’après le 18 Juillet 1845. Toutefois, il était fréquent de libérer un esclave et de le faire trimer pendant des années pour qu’il rachète ses propres parents, ce qui est exactement le cas de Dorothée et ses sœurs. De cette façon, le maître perpétuait une domination sur ses esclaves affranchis, ce qui pouvait difficilement être considéré comme une « libération » : Dorothée entrait simplement dans ce que Sanyal appelle un « système interpénétré de violence sexuelle et coloniale ».

Il est donc difficile de soutenir T. Denean Sharpley-Merlan quand il prétend que Dorothée « consent à son exploitation sexuelle [...] en échange de “piastres” », ou qu’elle est « à l’aise avec le commerce du sexe ». Au contraire, la finalité de Dorothée n’est clairement pas une quête d’argent en soi, mais un désir profond de libérer ses sœurs et peut-être de les protéger à leur tour de la prostitution. Dans ce cas, la seule personne à tirer profit de cette situation aura été Édouard Lacaussade qui aurait reçu le produit de la prostitution comme moyen de paiement de Marie, ce qui correspondrait à la description : « trop avare pour comprendre une autre beauté que celle des écus ».


« J’ai commencé par les paysages de l’île de Bourbon »


Bien qu’Auguste Lacaussade soit rentré à La Réunion quelque part entre 1840 et 1842, il déclara : « Je n’ai connu ni rencontré Baudelaire à Maurice ou à Bourbon ».

Pourtant, Il y avait un certain nombre de similitudes entre eux, deux poètes projetés loin de leurs pays d’origine dans un autre hémisphère, à un âge précoce, Baudelaire de France à La Réunion, Lacaussade dans l’autre sens. Notons, indice relevé par Emmanuel Richon, le message de Baudelaire à Lacaussade à la réception de son recueil de poèmes, « Les Salaziennes » : « Je n’ai pas besoin de vous dire que j’ai commencé par les paysages de l’île de Bourbon ».

Le propre recueil de poésie de Baudelaire, « Les Fleurs du Mal », répond lui aussi à cette approche tant chronologique que thématique, avec « les paysages de l’île de Bourbon ». Mais il ne pouvait soupçonner que l’une des figures à la source de son inspiration poétique, Dorothée, était elle-même liée au destinataire de la lettre par les liens complexes de la famille, de l’argent, de la race, de l’esclavage et du colonialisme que les deux poètes immortalisèrent chacun dans leur travail et qui marquèrent durablement leurs vies, de deux côtés opposés du monde.

Alexander Ockenden
Magdalen College, University of Oxford
Merci à Emmanuel Genvrin

Emmanuel Genvrin

[3« La belle Dorothée », in « Charles Baudelaire : œuvres complètes », Vol. 1 (Paris : Gallimard, 1975), pp. 316–17.

[4Hélène Sicard-Cowan, « Désir colonial et “conscience historique authentique” : “La Belle Dorothée” de Charles Baudelaire », Nineteenth-Century French Studies, 353–4 (2007), 537–46 (p. 540).

[5Sudel Fuma cites the figure of 4.736 slaves freed between 1832 and 1846, of a population of roughly 100.000, com-
pared with approximately 62.000 freed through abolition in 1848. See Fuma, « L’Esclavagisme à La Réunion : 1797–1848 » (Paris : L’Harmattan, 1993), p. 149.

[6Sicard-Cowan, « Désir colonial », p. 543.

[7Debarati Sanyal, « The Violence of Modernity » (Baltimore : Johns Hopkins University Press, 2006), p. 126.

[8Elvire Maurouard, « Les Beautés noires de Baudelaire » (Paris : Karthala, 2005), p. 34.

[9Letter to Leconte de Lisle referenced by Hippolyte Foucque in his 1930 presentation « Baudelaire aux îles Maurice et Bourbon », cited in Emmanuel Genvrin, « Baudelaire au Paradis » (Paris : L’Harmattan, 1998), p. 116.

[10Gérard Nirascou, « Les Enfants terribles de l’île Maurice : Baudelaire et Bernardin de Saint-Pierre » (Paris : Delville, 2003), p. 101.

[11This is confirmed by the presence of Baudelaire’s name in the list of departures in the « Feuille hebdomadaire de l’île Bourbon », 10 November 1841 (Archives départementales de La Réunion [hereafter ADR]).

[12Saint-Denis, ADR : « Bulletin officiel de l’île Bourbon, 1838 ».

[13ADR : « Bulletin officiel de l’île Bourbon, 1841 ».

[14Letter from Captain Saliz to General Aupick, citedin Claude Pichoisand Jean Ziegler, « Charles Baudelaire » (Paris : Fayard, 205), p. 190.

[15As will be seen later, the value of a slave laid down at the time of abolition seven years later was 733 Francs,so a roughly similar sum would certainly have made a dent in the 1,700 Francs allocated to Baudelaire.

[16« La belle Dorothée », in « Charles Baudelaire : œuvres complètes », p. 317.

[17Signifying one-quarter black ancestry (equivalent to the term « Quadroon » in English).

[18Raphaël Barquissau, « Le Poète Lacaussade et l’exotisme tropicale » (Paris : Comité Leconte de Lisle et Lacaussade, 1952), p. 17.

[19Barquissau (ibid.) offers two possible explanations : either « une certaine tolérance » which was prevalent in 1812 but was ended by the political consequences of the 1814 Bourbon restoration, or a simple mistake.

[20Ibid., pp. 17–23.

[21Ibid., p. 23.

[22Prosper Ève, « Auguste Lacaussade : frère de cœur, frère de plume » (Saint-André, Réunion : Océan, 2009), p. 209.

[23Auguste Lacaussade, « Les Salaziennes », XXIV (Sainte-Clotilde : CRI, 1989).

[24Prosper Ève, « Auguste Lacaussade : le fils d’une affranchie d’avant 1848 et d’un noble de Guyenne » (Saint-André, Réunion : Océan, 2005), pp. 325–36.

[25Barquissau, « Le Poète Lacaussade », p. 21.

[26Ève, « Auguste Lacaussade : le fils d’une affranchie », p. 313.

[27Jean Urruty in « Le Mauricien », 25 avril–4 juillet 1959. Cited in Ève, « Auguste Lacaussade : frère de cœur », p. 125.

[28Barquissau, « Le Poète Lacaussade », p. 21.

[29Ève, « Le 20 décembre 1848 et sa célébration à La Réunion » (Paris : L’Harmattan, 2000), p. 76.

[30For more information about the process of « affranchissement », see the numerous articles of Tristan Picrate [pseud.] in the journal « Témoignages » (Le Port, Réunion : 1995–1997).

[31Sanyal, « The Violence of Modernity », p. 127.

[32T. Denean Sharpley-Whiting, « Black Venus : Sexualized Savages, Primal Fears and Primitive Narratives in French » (Durham, NC : Duke University Press, 1999), pp. 67–70.

[33Before 1845, the ruling anti-abolition « Conseil colonial » were in fact deeply concerned that if female slaves earned the right to buy their own liberty they would turn to prostitution in order to achieve it, as Ève notes (Ève, « Le 20 décembre 1848 », p. 72).

[34Jean Urruty, « Le Voyage de Baudelaire aux Mascareignes » (Port Louis, Mauritius : Vizavi, 2007), p. 95.

[35These similarities are outlined in depth in James S. Patty, « Baudelaire and Auguste Lacaussade : A New Look », Nineteenth-Century French Studies, 321-2 (2003–2004), 23–40.

[36Richon, « Les Poèmes mascarins », p. 191.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter