Categories

7 au hasard 14 juillet 2017 : La Réunion/Québec : « Ce n’est pas tous les jours que j’entends de telles paroles » - 13 juillet 2015 : Monorails : Didier Robert s’est trompé sur toute la ligne ! - 25 avril 2012 : « Statu quo, non. Réforme, oui » - 9 mars 2013 : Vers une nouvelle politique des cadres ? - 19 août 2014 : Menace sur les sirènes de l’océan Indien - 21 novembre 2016 : Paula M-Becker savait qu’elle ne vivrait pas longtemps - 6 septembre 2015 : Droite réunionnaise : sueurs froides et larmes en perspective… - 18 mai 2013 : « On ne les laissera pas licencier » - 6 mai 2017 : « Priyèr’ Sï Priyèr’ », le coup de cœur de 7 Lames - 12 octobre 2013 : 500 milliards de criquets affament 4 millions de Malgaches -

Accueil > Hic sunt dracones > Assassinat de Gandhi : le tableau prophétique

Hic sunt dracones

Assassinat de Gandhi : le tableau prophétique

19 décembre 2017
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Deux ans avant le meurtre du père de l’indépendance, le peintre polonais Feliks Topolski réalisait un grand tableau intitulé « The Assassination of Mahatma Gandhi ». Une toile d’une prescience saisissante...

Feliks Potoski, "The Assassination of Mahatma Gandhi", 1946. Collection Rashtrapathi Bhawan (Présidence de l’Inde).

Le 30 janvier 1948, Gandhi tombe sous les balles de l’ultranationaliste hindou Nathuram Godse ; par deux fois, il prononce le nom du dieu Rama avant de s’éteindre.

Fait peu connu, un tableau prémonitoire peint deux années auparavant avait mis en scène l’assassinat de la "Grande Âme".

Réalisée en 1946 par Feliks Topolski, un artiste polonais auquel on doit plusieurs portraits de l’apôtre de la non-violence mais aussi de Mohammed Ali Jinah, fondateur du Pakistan et de Jawaharlal Nehru, la toile offre une troublante reconstitution... a priori de l’attentat.

Deux ans avant le meurtre, la toile montre le père de l’Inde moderne soutenu par la foule, blessé, un doigt pointé — en guise de pardon ? — vers le revolver fumant du fanatique.

Un geste que des témoins ont prêté à Gandhi après le tir de Godse ; selon d’autres sources, le Mahatma aurait tenté de joindre les deux mains.

GGL


Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste, Co-fondateur - 7 Lames la Mer.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter