Categories

7 au hasard 7 décembre 2015 : Coucou, Albius : des noms de rues à côté de la plaque - 23 novembre 2013 : Nitin Chinien : « je ne suis pas violent » - 28 octobre 2016 : Langue créole : Célimène devant - 4 mai 2015 : Chelsea l’Africaine - 16 octobre 2013 : Coup de gueule contre ceux qui « OZE » ! - 4 août 2015 : Rien de nouveau à « Orange Mayotte » - 23 novembre 2013 : Aogashima, l’île la plus insolite de la Terre - 22 janvier : Coup-de-poing américain... pour enfant - 15 mai 2016 : 2016 : Larousse amarre et bâche en créole - 1er avril 2013 : Pour une Régie régionale des carburants -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > Médiathèque Cimendef : victime du fénoir

Tribune Libre, Collectif Citoyen Cimendef

Médiathèque Cimendef : victime du fénoir

16 octobre 2016
Collectif Citoyen Cimendef
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Transformer la médiathèque Cimendef en « Conservatoire de Musique et de Danse à Rayonnement régional » coûtera cher à Saint-Paul. Une gabegie financière et un déni culturel...

La médiathèque Cimendef.

En 2009 l’ancienne majorité municipale [1], en liaison avec l’inscription de la ville de Saint-Paul au label « Ville d’Art et d’Histoire », décide d’implanter sur la commune une médiathèque d’envergure digne de son importance.

Stratégiquement cette médiathèque Cimendef se voulait accessible à tous, proche de tous d’où son implantation face à la gare routière qui accueille chaque jour plus de 10.000 usagers venant de tous les quartiers de Saint-Paul dont les quartiers des hauts, en transit vers le centre commercial et administratif du cœur de ville.

Ce bâtiment devait répondre aux exigences d’une commune de plus de 100.000 habitants d’où le choix de sa superficie (2172m²).

Médiathèque Cimendef : l’œil de la coursive.

Un concours a donc été lancé pour construire ce bâtiment symbolisant une volonté politique : que les habitants de Saint Paul et de La Réunion toute entière puissent bénéficier d’un lieu de culture et d’ouverture sur le monde.

C’est ainsi que le projet du cabinet « Périphériques » des architectes D. Trottin, A. F. Jumeau et E. Marin a été retenu, projet sélectionné en 2015 parmi les meilleurs « pour le respect de hauts standards, d’esthétique, de fonctionnalité et de créativité » et primé en 2016 par une mention spéciale pour l’architecture de sa façade.


À lire aussi : « Ensorcelantes bibliothèques : livres, livres, libres ! »


De plus ce bâtiment respecte les exigences « PERENE » en matière de conception thermique et énergétique avec sa ventilation naturelle, de façon à éviter l’utilisation massive d’électricité et à améliorer le confort des usagers.

La médiathèque Cimendef, destinée à remplacer la médiathèque Leconte de Lisle aujourd’hui obsolète, se voulait un lieu culturel vivant et gratuit, ouvert à tous 7 jours sur 7 et répondant, grâce à sa structure, aux besoins de chacun :

Mezzanine 1 : Section auto-formation, un auditorium de 120 places (rencontre avec un auteur, cours de l’art et du créole, concerts, débats, conférences), espace information-citoyenneté, salle d’information, salle de traitement du fond documentaire.


À lire aussi : « Rio : ceci n’est pas une cathédrale »


1er étage : Archives, salles de travail.
2ème étage : Section jeunesse (atelier d’expression, salle de travail, espace conte, jeux, marmothèque, terrasse).
3ème étage : Section adultes (3 salles de travail, terrasse).
4ème étage : Section adolescents (espace dédié aux mangas, espace musique et animation, coins jeux, cinéma...).
5ème étage : Section Océan Indien (valorisation du patrimoine documentaire), espace image et son (studio d’apprentissage et de mixage, atelier communication).

Vue intérieure du projet de la médiathèque Cimendef.

À l’intérieur : comme des illustrations d’un livre, les plafonds des plateaux donnent à lire des images réalisées par Michel Batory autour du thème des médias et de La Réunion.

Son ouverture au public était prévue pour le premier trimestre 2014.

Par la délibération du Conseil Municipal du 8 avril 2015, le maire de Saint-Paul, M. Joseph Sinimalé choisit de vendre la médiathèque Cimendef à La Région pour la somme de 18 millions d’euros. Or, dans la présentation de la vente, à aucun moment il n’est fait état de l’engagement de l’État pour cette médiathèque.

Médiathèque Cimendef : une partie du rez-de-chaussée.

En effet, l’État a soutenu ce projet par une subvention notable de 4,8 millions dont 4,4 millions déjà versés que la mairie devra rembourser dans sa totalité.

L’État était ainsi pleinement partenaire du projet et avait donc mesuré tout le bien fondé de la médiathèque (type d’outil que l’on trouve dans la grande majorité de communes de la dimension de Saint-Paul).


À lire aussi : « Cimendef, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font ! »


À l’heure où toutes les collectivités dénoncent le désengagement de l’État sous prétexte d’économies budgétaires, la mairie de Saint-Paul se prive d’une dotation d’État de 4,8 millions mais va augmenter ses taxes foncières de 8,5%. (Cette somme peut être mise en relation avec la somme versée par l’État pour l’Éco-Cité de Cambaie soit 700.000 euros versés pour 3 communes Le Port-La Possession-Saint-Paul !).

L’incroyable cité des livres de Mexico : la bibliothèque José Vasconcelos.

À ce titre, on est en droit de s’interroger sur l’absence de réactions de l’État qui aurait pu jouer le rôle d’arbitre et expliquer à la population en quoi elle avait fait le choix de ce projet.

Pour sa part, la Région Réunion en achetant ce bâtiment, a décidé de le transformer en « Conservatoire de Musique et de Danse à Rayonnement régional » pour la zone ouest. Ce choix est une aberration en terme architectural.


À lire aussi : « Une bibliothèque est un acte de foi »


En effet la médiathèque a été conçue comme un lieu ouvert. La vision actuelle du bâtiment le montre avec ses « grands yeux » portés sur la ville et la mer…

Brésil, bibliothèque nationale de Rio de Janeiro.

Cette ouverture est visible et symbolique au niveau culturel : ce lieu était ouvert à tous, accessible par la gare routière située à ses pieds et totalement gratuit sur une surface utilisable de plus de 2000 m2.

La Région a décidé d’en faire un Conservatoire. Un lieu fermé par excellence pour des raisons évidentes d’insonorisation.


À lire aussi : « L’esclave Cimendef ferait-il l’objet d’un déni ? »


Ce choix va donc imposer de nouveaux travaux sur un bâtiment neuf, actuellement prêt à servir à la population, et ce par des travaux déjà arrêtés et chiffrés en Commission permanente de la Région du 27 septembre 2016 à hauteur de 6 millions (plus les dépassements habituels…).

Ce Conservatoire va donc couter a minima 18 millions plus 6 millions d’euros, soit 24 millions. Sachant que ce Conservatoire accueillera moins de 500 élèves, cette somme correspond à 48.000 euros de dépenses par élève accueilli.

Irlande, la vieille bibliothèque de Trinity College.

Rappelons à l’occasion que La Région a refusé il y a peu de temps un projet de Conservatoire sur la zone Saint-Paul IV pour la somme de 14 millions (soit 10 millions de moins !)

Par ce choix, la commune de Saint-Paul voit disparaître un lieu gratuit ouvert à tous pour le remplacer par un lieu réservé aux seuls élèves sélectionnés du Conservatoire, élèves qui devront payer comme il se doit une cotisation.


À lire aussi : « Cimendef... l’histoire jugera. Nou larg pa ! »


Dans sa défense au Tribunal Administratif, la mairie a évoqué une médiathèque qui serait surdimensionnée et chère en fonctionnement.

Voilà donc une médiathèque trop grande pour accueillir la population Saint-Pauloise dans son ensemble mais qui serait adaptée à moins de 500 élèves.

Suède, bibliothèque publique de Stockholm.

D’autre part, pour parler clair le coût de la médiathèque est de 25 euros par an et par habitant (ce qui correspond aux moyennes nationales pour ce type d’usage) ce qui aurait permis de surcroît la création de 50 emplois qualifiés pérennes pour accompagner les usagers de la médiathèque pour tous les multimédia à leur disposition.


À lire aussi : « L’exécution de la Médiathèque Cimendef »


Aujourd’hui, seuls le demi rez-de-chaussée et le dernier étage (à usage de seulement 3 cours de musique de 30 élèves !) vont être utilisés sur un total de 2172 m2 et ce pendant plus 3 ans. Et les travaux proprement dits vont durer plus d’un an…

Ce bâtiment va donc rester une coquille vide en plein centre ville de Saint-Paul alors que la médiathèque est prête à ouvrir dès demain clé en main.

Médiathèque Cimendef : décoration actuelle du plafond.

Ainsi, aujourd’hui on assiste à une pure opération de communication menée par la Région avec « Zistoire en Cubes » qui se limitent à 4 cubes dédiés à la lecture qui occupent uniquement le demi rez-de-chaussée alors que tout le reste du bâtiment, soient 5 étages complets, étaient prévus pour une médiathèque.

Cette opération voudrait nous faire oublier que la mise en place du Conservatoire va consister à détruire l’intérieur entièrement neuf qui n’a jamais servi.

Les projets de la Région prévoient en tout et pour tout 166 m2 pour un « Centre de Littérature régionale » qui n’a rien à voir avec une médiathèque par l’absence d’espace et d’équipements multimédia, mais qui cherche à donner le change pour faire croire à la population qu’on n’oublie pas la médiathèque…

USA, bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits, Université de Yale.

Ainsi la Région prévoit pour la littérature régionale 166 m2 soit, en tout et pour tout, 11% du total attribué au conservatoire (1487 m2).

Lors de la séance au Tribunal administratif du 29 septembre 2016, la Région s’est permis de faire référence par son cabinet d’avocats de France métropolitaine au projet « Lecture publique » de la mairie (annonce faite en Conseil municipal du 2 septembre 2015) pour se déculpabiliser de priver les Saint-Paulois de leur médiathèque.


À lire aussi : « Médiathèque Cimendef : un symbole de résistance »


Or lorsque la Région a acheté le bâtiment (par le Conseil municipal du 8 avril 2015) la mairie de Saint-Paul n’avait aucun projet de médiathèque dans ses tiroirs, pire elle dénonçait celui de l’ancienne municipalité.

Vue du projet de la médiathèque Cimendef.

D’autre part, la municipalité a aujourd’hui des finances dans le rouge (augmentation des taxes foncières la plus élevée de toute la France…) ; comment peut-on imaginer la faisabilité financière du projet « Lecture publique » ?


À lire aussi : « Médiathèque Cimendef : quel gâchis M. le Président ! »


Ce projet relève de la science-fiction pure et simple (d’autant qu’aucun terrain n’est disponible dans la zone envisagée). Enfin si ce projet voyait le jour ce serait pour une programmation à 2030. Donc aucune médiathèque à Saint-Paul digne de ce nom avant au mieux 14 ans !

Nous savons que les Saint-Paulois sont ici victimes d’un règlement de compte politicien entre le maire de Saint-Paul allié au président de Région face à l’ancienne maire de Saint-Paul.

Allemagne, bibliothèque de Stuttgart.

L’opération consiste donc à faire table rase de ce projet de médiathèque Cimendef qui devait laisser des traces dans le paysage culturel réunionnais par l’exemplarité de sa réalisation.

Dans sa lutte pour la défense de la médiathèque, le « Collectif Citoyen Cimendef » a toujours eu pour objectif de défendre une autre forme de politique, la politique citoyenne où chacun se sent investi de sa responsabilité pour faire vivre son environnement de proximité dans le souci de l’intérêt général.


Destruction de la médiathèque Cimendef : une gabegie financière et un déni culturel


La lutte menée pour le maintien de la médiathèque est en cela exemplaire et restera historique.

Quelle que soit la décision qui sortira du Tribunal administratif, ce bâtiment restera dans l’esprit des Saint-Paulois la « Médiathèque Cimendef », espace culturel unique au service de tous, dont le maire et le président de Région auront privé les citoyens, et surtout, la jeunesse et les plus démunis.

Cimendef ne courbe pas la tête... Illustration JCL.
© 7 Lames la Mer.

C’est un gaspillage financier éhonté, un déni culturel et une atteinte au bon sens et à l’intelligence. Si ce projet ne se fait pas, il restera comme un traumatisme dans l’intelligence populaire de notre île.

Le nom de Cimendef, après le marronnage, sera attaché à la Résistance de l’Homme, par la lutte pour le maintien de cette médiathèque, face aux systèmes politiciens qui veulent laisser les Réunionnais dans le fénoir.

Le Collectif Citoyen Cimendef

Notes

[1NDLR : sous le majorat d’Hugette Bello.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter