Categories

7 au hasard 29 avril 2016 : Fabienne Couapel élue à vie ? - 2 octobre 2014 : Alain Lorraine : le maloya, « opéra de tout un peuple » - 27 juin 2014 : Révolte des femmes marocaines : « nous ne sommes pas des lustres » - 20 mars 2014 : Zanbrokal : recette pour l’égalité et la solidarité - 13 septembre 2016 : Maraîchers, nous voilà ! - 20 octobre 2016 : Allons battre carré à Saint-Denis en 1937 - 2 février 2014 : « Nous avons créé ce médicament pour les Occidentaux... pas pour les Indiens ! » - 8 février 2014 : Venezuela : une loi impose un plafond aux profits - 1er avril 2013 : Le réveil de Snake - 7 juillet 2013 : Le village aux quatorze chats -

Accueil > La Réunion > Economie et société > « Alé voir Roland »

Tiktak production et webdocumentaire

« Alé voir Roland »

12 septembre 2013
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Il avait une ravissante tête d’oiseau grave et profonde. C’était un des derniers aristocrates de notre époque », disait de lui Jean Cocteau. Omniprésent mais peu connu, Roland Garros fait l’objet d’un webdocumentaire produit par « Tiktak production », présenté lors d’une conférence de presse.

Illustration : Jean-Louis Chatonnet, extraite des "Cahiers de notre histoire"

Face à la mer, en surplomb des canons braqués vers le monde qui jalonnent la tranquille promenade du Barachois : la statue de Roland Garros, transportée des Champs-Élysées vers la terre natale de l’aviateur en 1926, veille. Des plaques commémoratives ornent son piédestal, signées des grands vainqueurs de 1914 : Clémenceau, Gouraud, Pétain — vainqueur de Verdun.

L’homme à la tête d’oiseau

Chapeau sur la tête, adossé à ce moteur d’avion à hélice qui révolutionna l’usage militaire, l’aviateur né à La Réunion, où il ne séjourna finalement que quatre années, veille sur ceux qui entrent et sortent de la capitale réunionnaise. Un lycée, qui fut longtemps le plus grand de France par le nombre d’élèves, plusieurs voies, dont l’ex-rue dionysienne de l’Arsenal, et, bien entendu — quoique depuis peu — l’aéroport, autrefois dit de « Gillot », évoquent la mémoire de Roland Garros. « Alé voir Roland  », répond parfois le créole à ceux qui demandent de l’argent, renvoyant à la posture du grand homme, statufié une main dans la poche...

Sous la statue de Roland Garros, Archmed Ahmed (chargé de communication et de marketing), Hélène Poté (conceptrice du webdocumentaire et 1ère assistante vidéo) et Alexandre Timar (réalisateur, cadreur, monteur des vidéos). Photo : 7 Lames la Mer.

Pourtant, Roland Garros demeure peu connu du public réunionnais. Longtemps, le personnage n’a pas fait consensus : la presse réunionnaise ne fut pas en reste de reproches « d’ingratitude » envers celui dont la mémoire fut exhumée au coup par coup… comme par exemple en 1968, où la célébration de Roland Garros servit à brouiller celle de Leconte de Lisle, trop « abolitionniste » aux yeux des autorités de l’époque. Aujourd’hui, c’est plutôt sous la banalité des évocations que disparaît l’homme à la « tête d’oiseau, grave et profonde » dans lequel Jean Cocteau reconnaissait « l’un des derniers aristocrates ».

« Roland Garros n’est pas un tennisman »

Né d’un père toulousain et d’une mère créole bénédictine, Roland Garros mourut à 30 ans. Son rôle fut décisif dans l’évolution de l’aviation militaire : il conçut le mécanisme permettant aux mitrailleuses embarquées sur les avions de la 1ère Guerre mondiale, de tirer entre les pales des hélices. On se souvient moins du véritable pionnier de l’aviation, qui réalisa la seconde grande traversée de ces appareils alors fragiles, en franchissant la Méditerranée entre Fréjus (Sud de la France) et Bizerte (Tunisie), le 23 septembre 1913. « Roland Garros n’était pas un tennisman », plaisante Alexandre Timar, réalisateur du web-documentaire conçu par Hélène Poté et produit par Laurent Médéa, co-fondateur avec Anaïs Charle-Dominique de la désormais incontournable « Tiktak production ». Conçue sur un mode inédit dans le champ de la communication réunionnaise, le document se décline en 15 épisodes, qui combinent dimension interactive, ludique et pédagogique.

Photo 7 Lames la Mer

Mise en ligne le 14 septembre

Chaque séquence cerne une phase de la vie de l’aviateur, fondée sur un rigoureux travail de recherche archivistique et iconographique. La proximité avec le personnage est assurée par la voix du narrateur, qui « raconte les évènements comme s’il avait connu Roland Garros. Une autre voix reprend (ses) écrits » indique le dossier de presse. C’est le 14 septembre que les créateurs de ce document, qui s’annonce d’ores et déjà remarquable, procèderont à sa mise en ligne. Un travail d’autant plus admirable qu’il s’est réalisé presqu’entièrement sur fonds propres, malgré un appel à contribution qui a permis de récolter 4.500 euros. En espérant que les institutions réunionnaises chargées de promouvoir la culture n’aient pas des « oursins dans les poches », on ne peut qu’inciter l’internaute à visiter le site www.rolandgarros.re, accessible à partir du samedi 14 septembre via les sites de clicanoo et d’orange réunion. Alé voir Roland !

Geoffroy Géraud Legros

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter