Categories

7 au hasard 9 juillet 2016 : Toutes les musiques du monde tout de suite ! - 10 juin 2014 : Comment Joseph Sinimalé entortille les gens… - 24 février : Je ne suis pas une île, je suis un continent - 4 juillet 2016 : « Succession » de Sudel Fuma : le recrutement extérieur suspendu - 9 février : Une île « sans passé » ? - 21 mars 2013 : 16 membres de Fagnomba toujours en prison - 20 octobre 2016 : Allons battre carré à Saint-Denis en 1937 - 30 avril 2014 : Mode à Bourbon : les élégantes té kass larmoir ! - 30 juin 2014 : NRL : Quelle consultation sur la route en mer ? - 6 novembre 2016 : L’esprit des marrons est encore dans Mafate (4) -

Accueil > Lames de fond > Zistoir dedan / Zistoir déor > A-cause ti tangue i sorte la nuite

Zistoir dedan

A-cause ti tangue i sorte la nuite

30 décembre 2012
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable
  Sommaire  

Zistoire Grand-Père Kal... Navé inn fois, dann pays Bourbon, in jeune marmaille, de moune té i criye ali " La Flêche ". Son famille té fier, a-cause li té in bon tireur : li té in lanceur de galet. Zot i connaît kosa i lé inn flèche ?

JPEG - 39.3 ko

 1

Navé inn fois, dann pays Bourbon, in jeune marmaille, de moune té i criye ali « La Flêche ». Son famille té fier, a-cause li té in bon tireur : li té in lanceur de galet. Zot i connaît kosa i lé inn flèche ? Non, la pas bann flèche pointu in côté, ec la plume l’ote côté, comme sa que Robin-des-Bois i tire ec son l’arc. Non, la pas sa. Inn flèche, sa inn ti branche de bois, na la forme un « Y ». Ou amarre in caoutchouc su le deux côté, ou prend in galet, ou serre ali dans le caoutchouc, ou rale dessus, ou vise bien et ou largue le galet. Le galet i file comme inn flèche. En France, bonna i dit « lance-pierre ». Jamais la Flêche té i manque son coup : premier zoiseau li la tué, li la prend la plume, li la fait in paletot. Quand li té mette le paletot su son zépaule, té i arrive jusqu’à-terre. La Flèche té i fait son vantard. Lavé point personne navé in paletot comme la sienne. Même bann grand chasseur, même bann grand guerrier lavé point.

In jour la Flêche la parti chassé. Li la marché dans la montagne pendant inn journée. Le soir, li té fatigué, li té en-l’air in piton, li la allonge à-terre pou dormir. Lannmain matin, quand li la réveillé, soleil té i lève. Soleil té i chauffe, soleil té i brille, soleil té i poique. Tout-d’in-coup la Flêche la saute en-l’air : té i sent in l’odeur de brûlé ! Kosa la fait ? Son paletot lavé prend de feu ! Son paletot t’après brûlé ! Ec son rayon soleil t’après brûle son paletot. La Flêche la crié :
— Oté Soleil, ou la vu kosa ou la fait ? Mon paletot neuve ! Navé rien qu’inn comme sa su la terre ! Ou la brûle mon paletot.
Soleil la même pas fait in compte, li la continué son chemin dann ciel. La Flêche té furieux :
— Oté Soleil, ou va paye amoin sa ! Ou perde pas rien pou attann ! Jamais plus ou va monte dann ciel : veille sa que mi dit aou !

La Flèche la prend son l’élan, li la court dans la montagne, sans arrêté, jusqu’à-temps li l’arrive devant inn caverne. Navé inn chauve-souris par en-l’air :
— Kosa ou fait terre-là, ti-bonhomme ? chauve-souris la demandé.
— D’abord inn, moin la pas inn ti-bonhomme, la dit la Flêche, de moune i appelle amoin la Flêche. Alors fait tention kosa ou dit, si ou veut pas mi tire dessus ou !
La chauve-souris la pu dit rien. La Flèche la rente dans la caverne. Li la commence tresse inn corde. Pendant in journée ec inn nuite li la tressé, li la tressé sans arrêté. La corde té pou anmarre soleil. Quand la corde té assez longue, la Flèche la monte en-l’air in piton, et li la assise pou attann soleil.

JPEG - 21.7 ko

 2

Soleil la pas tardé pou levé. Li té tellement fier de li, li la pas vu la Flèche té cachette derrière in pied de bois, et li la pas vu la corde. Ec son corde La Flèche té fine fait in grand lacs pou trape Soleil. Tout-d’in-coup, li la sorte derrière son pied-de-bois, li la lance la corde en-l’air dann ciel, le lacs la passe dann cou soleil, la Flèche la rale su la corde, soleil té anmarré.
— Ah ba ! là moin la trape aou ! la dit la Flèche, ou la pu pou chappé, ou là !
Vitement li la anmarre la corde su in gros galet, li la fait trois fois le tour. Soleil té gaingne pu bougé.

De moune té comprend pu rien. Soleil té pencore levé.
— Bin kosa l’arrive Soleil ? bonna la demandé, à-cause li lève pas ?
De moune, zanimaux, pied-de-bois, fleur, toute la bann té i criye :
— Soleil, lève aou, nous la frais !
Mais soleil té i lève pas. Té i fait noir, té i fait froid. Bann zanimaux la parti cachette sous la terre. Jusqu’à temps na inn la dit comme sa :
— Marmaille, ni peut pas resse dans note trou comme sa tout-le-temps ! I faut ni sorte dann fénoir ! I faut ni sar rode soleil !
Alors toute bann zanimaux la sorte dehors pou allé rode soleil. Mais dehors té i fait noir. Zot té oit pas rien. Navé rien que chauve-souris té i oir clair dann fénoir. Bann zanimaux té i oit pas zot chemin, zot té i cogne, zot té i tonm. Et dehors té i fait froid. In peu lé mort de froid, in peu lé mort de faim. Deux-trois la préfère artourne dans zot trou. Navé rien que le tangue té i continué de marché. Le tangue, là, sa inn ti zanimal i sorte Madagascar. Li arsanm in hérisson. A-cause sa-même i appelle ali hérisson malgache, sinon-sa tenrec ou tandraka. Li na inn ti nom : i appelle ali « ti-museau ». Le tangue té i décourage pas. Li té marche même, malgré dann fénoir. Li té sar côté soleil i lève. Enfin, à force marché, le tangue la trouve soleil : li té en-l’air in piton, amarré ec inn corde.
— Ah Soleil ! le tangue la crié, ala ou-là ! Arvient vitement. Ni gaingne pas vive sans ou ! I fait froid, i fait noir !
— Bin mi voudrait bien revenir, la dit soleil, mais mi gaingne pas : moin lé anmarré ec inn corde ! Ti-museau, aide amoin siouplaît ! Démarre la corde, comme sa ma gaingne ardonne azot la chaleur ec la lumière.
— Lé bon, ma essayé, la dit le tangue.

Le tangue la commence monte en-l’air le piton, mais plus que li té monte, plus que soleil té i chauffe.

JPEG - 31.3 ko

 3

Soleil la compris li t’après poiqué le ti tangue. Li té désolé :
— Ah, ti tangue, si moin té gaingne vire mon figure l’ote côté, pou pas brûle aou ! Malheureusement mi gaingne pas. Ou gaingnera pas arrive en-l’air.
— Pourtant, la dit le tangue, i faut bien mi largue aou, malgré i poique mon dos. Toute de moune i attann aou. I faut ou arvient.
A-force à-force, ti tangue la ni à-bout arrive jusqu’à la corde. Ec sonn ti dent pointu, li la commence mange la corde. Soleil té i poique même, mais le tangue té i largue pas. Enfin, la corde la pété, soleil la gaingne chappé, li la monte en-l’air dann ciel. Vitement son rayon l’amène la chaleur ec la lumière, partout su la terre.

Bann zanimaux té content, zot la sorte dehors, zot la court partout. Pied-de-bois, plante, fleur, toute té i arvive. Navé rien que pauve ti tangue la pas gaingne fait la fête : son dos té poiqué, son zyeux té i fait mal dann gros soleil, à-cause li lavé guette soleil en face. A-cause sa-même coméla tangue i vive sous la terre, dann terrier. Li sorte rien que la nuite. Ni devrait dit ali merci : grâce ali-même , si nous lé pas né derrière soleil !

Jean-Claude Legros

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter