Categories

7 au hasard 12 février 2013 : Allô, la Ligue ? Ici Coeur-Saignant. Je vous passe Lepervenche. - 3 juin : Café... pour Issambe, ancien esclave, qui pleure à petit bruit - 20 octobre 2015 : Le Goni tisse la mémoire de la mer indienne - 4 juin 2013 : Bientôt, ils auront ta peau... - 21 juillet 2015 : Boursiers : « quelqu’un a pris une décision inconséquente » - 26 février 2015 : Coma circulatoire : l’épicentre est à Sainte-Marie - 1er avril 2013 : Le réveil de Snake - 28 juillet 2013 : Science : le Dodo bientôt ressuscité ? - 7 mai 2015 : « Européens et fiers de l’être au coeur de l’océan Indien » - 4 décembre 2015 : À droite, la surprise Victoria ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > 7 écrit ici > Zoizo tann si bor loni

Zistoir koudvan (version kréol & version française)

Zoizo tann si bor loni

17 février 2013
Izabel
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Na in pé i di siklone. Na in pé i di koudvan. Si mi vé rakont sa, fo mi rod bann mo i kongn, i sif, i kraz, i pèt. (Version en français : [1] ).

Pendant l’ouragan. 1881.
Dessin : P. Cassien. Lithographie : Antoine Roussin.

Dann tan lontan, navé poin biltin météo, « prévisions cycloniques », lalèrt oranz, lalèrt rouz, tousala. Bann domoun té i louk lo sièl, té i vèy zanimo, té i port antansion loraz, zéclèr.

Gramoun té i di anou : « Marmay, guèt bann fourmi i travèrs dann lacaz, gèp i rent sou latol, lo sien i kasièt sou latab, somanké koudvan i vyin. Guèt lo sièl koman lé rouz an san… » Pa manké, koudvan té i vyin !

Anou ti zanfan, nout tout té ki gingn la tranblad. Nou lavé pèr koudvan.

Momon té sar fé provizion : dosik, kafé, lagrès, dori ek la bouzi. Papa té ki klout le bann fénèt, té ki mont si lo twa pou konsolid latol, té i ferm bann zanimo, té i fé provizion dolo dann ferblan. Aprésa, nou té i atann.
Nous té i atann…

Bann zanfan té parey zoizo tann si bor loni. Té i bat lazèl, mé té i vol pa.
Mi di azot, nou lavé pèr koudvan.

Nout nénèn ti i fé kui manzé, nou té i bek-bek détroi bousé, mé navé poin lapéti. Nou té i atann le zistoir sou la lamp- pétrol. Nénèn té i di anou « Kriké ». Nou té i réponn « Kraké », mé la voi té i tranb. Nénèn té i di : « La konpani i dor ? »
Anou : « Non, la konpani i dor pa. »

Alor lo granmèr Kal té ki rant an sèn. Son sové-pinpin lé rouz koman volkan. Son zong i kros kom grif-papang. Son gro zié i roul kom grin-longani. Son zanm lé tort kom boi d’filao. Son bous, son vilin bous na poin lo dan i sif kom koulèv : « Tou-out Tou-out  ! ». Ni gingn la tranblad ankor plis. Ni komans krié.

Nénèn i di anou : « Arèt krié, marmay. Sa siklone i sakouy la port ! »

Siklone i sakouy la port, i fé bouz latol, i fé grinn lapli, i fé pèt loraz. Momon i résit saplé, i di « Je vous salue Marie » ek « Notre père ». I di « Seigneur, prend pitié ». Anou, ni tienbo lamin, ni plèr, ni kri.

Dinkou, nana in gran silans. La pli larété, lo van larété. Arien i bouz pi. Nou té kontan : « Rouvèr la port, papa ! »
— Res trankil, marmay, siklone-la la pa fini. Sa i arviyn pli for ankor.
Papa navé rézon, té ki koné byin lo mikmak. Koudvan-la la sakouy lakaz ziska granmatin. Fèy-tol té i vol partou. Gro pié bouson la krasé antravèr leskalié.

Rade de Saint-Denis. Coup de vent. 1881
Antoine Roussin

Landmin, té in pityé voir la kour. Lo pé d’flèr, kapilèr, fouzèr, lo bann tomat, lo trey sousout-zépine, tout lété krazé, brizé, pilé.
Lo granmèr Kal lavé tir son raz si nout tikaz-sanzmandèr.
Gran mèrsi bondié, nou té ankor anvi. Mé tout zafèr papa-momon té parpiyé kom grin-kaskavèl.

Sékoula, la pli la gréné in somèn san diskontinié. Bann radié la débordé. Bann rout té koupé. Bann ros la déboulé.
Nou tout té ki manz dori ansanm zariko-rouz, tou lézour, onzèr ek losoir. Lo dernié ti fi té i plèr : « Vé pi zariko ! »
—  Fo manzé mon zanfan, sa manzé-siklone.

Koméla, nout caz lé solid. Moin lé finn gingn 70 zan. Mé kan koudvan i vyin, moin lé touzour parey zoizo tann si bor loni.

Izabel
26 octobre 2012

Notes

[1Version en français

Histoire de Cyclone : Les oisillons sur le bord du nid

A la maison on disait « cyclone », mais d’autres disent « coup de vent ». Si je veux raconter ça, il faut que je cherche des mots qui cognent, qui sifflent, qui écrasent, qui pètent.
Autrefois, il n’y avait pas de bulletin météo, de prévisions cycloniques, d’alerte orange, d’alerte rouge, toutes ces choses-là. Les gens observaient le ciel, les animaux, les insectes, ils faisaient attention au tonnerre et aux éclairs.
Les vieux nous disaient : « Les enfants, regardez, les fourmis traversent la maison, les guêpes entrent sous le toit, les chiens se cachent sous la table, si ça se trouve le cyclone vient. Voyez le ciel comme il est rouge-sang. » Et ça ne manquait pas, le cyclone arrivait !

Nous, les petits, on se mettait à trembler. On avait peur du cyclone.
Maman allait faire des provisions : du sucre, du café, du saindoux, du riz et des bougies. Papa assujettissait les fenêtres, il montait sur le toit pour consolider les tôles, il enfermait les animaux, il faisait des provisions d’eau dans le bac en fer blanc. Après ça, nous attendions. Nous attendions…
Les enfants ressemblaient à des oisillons sur le bord du nid. Ils battaient des ailes, mais ne volaient pas. Je vous le dis, nous avions peur du cyclone.
Notre nénène faisait cuire à manger, nous chipotions un peu dans nos assiettes, mais nous n’avions pas d’appétit. Nous attendions les histoires sous la lampe-pétrole. Nénène nous disait « Kriké », nous répondions « Kraké », mais nos voix tremblaient. La nénène nous disait « La konpani i dor ? ». Et nous, nous répondions « Non, la konpani i dor pa ».

Alors, la Granmèr Kal entrait en scène. Ses cheveux crépus rouges comme le volcan. Ses ongles crochus comme les griffes de la papangue. Ses gros yeux qui roulaient comme les grains de longani. Ses jambes tordues comme bois de filaos. Sa bouche, son horrible bouche édentée qui sifflait comme le serpent : « Tou-out Tou-out ». Nous étions pris de tremblements et nous commencions à crier.
La nénène nous disait : « Ne criez pas, les enfants, c’est le cyclone qui secoue la porte. »

Le cyclone secouait la porte, bousculait les tôles du toit, faisait « grainer » la pluie, faisait péter l’orage. Maman récitait le chapelet, disait « Je vous salue Marie » et « Notre père ». Elle disait « Seigneur, prend pitié ». Nous nous tenions par la main. Nous pleurions et poussions des cris de frayeur.
Soudain, un grand silence : La pluie s’est arrêtée, le vent s’est arrêté. Plus rien ne bouge. Nous voilà contents : « Ouvre vite la porte, papa ! »
— Restez tranquilles, les enfants, ce cyclone-là n’est pas terminé. Il va revenir plus fort encore.
Papa avait raison, il connaissait bien la chose. Ce cyclone-là a secoué la maison jusqu’au lendemain matin. Les feuilles de tôle ont voltigé partout. Le gros pied- de-bouchon s’est écrasé en travers de l’escalier.
Le lendemain, c’était une pitié de voir l’état de la cour. Les fleurs, les capillaires, les fougères, les tomates, la treille de « sousout-zépine », tout était écrasé, broyé, pilé.
La Granmèr Kal avait tiré sa rage sur notre petite maison de vacances.
Grâce à Dieu, nous étions sains et saufs. Mais tout ce que possédaient maman et papa était éparpillé comme grains de « kaskavèl ».
Cette fois-là, la pluie est tombée à verse durant une semaine, sans discontinuer. Les radiers ont débordé. Les routes ont été coupées. Il y a eu des éboulis.
Nous mangions du riz et des haricots rouges, tous les jours, midi et soir. La petite dernière pleurait : « vé pi zariko ! »
— Il faut manger, mon enfant. Sa manzé-siklone.

Maintenant, nos maisons sont solides. J’ai dépassé les 70 ans. Mais, quand le cyclone arrive, je suis toujours comme un oisillon au bord du nid.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter