Categories

7 au hasard 7 décembre 2013 : Nitin Chinien et Jameel Peerally : enfin libres ! - 31 décembre 2014 : Quand Béjart « rencontrait » le maloya... - 17 février 2013 : La Réunion renoue avec l’Union Africaine (ex-OUA) - 16 août 2018 : La Terrasse de « La Belle Étoile » et sa légende créole - 3 mars 2016 : Les hommes de la caverne... Exilés ou Français ? - 22 août 2013 : La couleur retrouvée - 7 janvier 2018 : « Je suis Lassana, je ne suis pas un héros » - 25 janvier 2015 : Les Saint-Mariens ne sont pas des « zoizo la colle » ! - 10 juillet 2014 : Le champ magnétique terrestre s’intensifie sur l’océan Indien - 19 avril 2017 : Saint-Expédit... une statue « comme un être vivant » (2) -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Rap kréol : public, suspect N°1 ?

Descente de police au concert d’Alex Sorrès

Rap kréol : public, suspect N°1 ?

15 mars 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Descente inopportune des stups lors du concert d’Alex Sorrès à Saint-Leu. Rap kréol : un public suspect N°1 ?

C’est ici à La Réunion et ça s’est — un peu — mal passé hier soir à Saint-Leu, au concert du rappeur créole Alex Sorrès.

Sorrès, vous connaissez ? Si vous êtes capable de vous enfiler à la suite un bon vieux Ruff Rider, un maloya sec sur le pied à la Rwa Kaf, un vénérable Dylan — du très très bon dans le genre « Blonde on Blonde » — et une bonne dose de Rythm’n’Blues, vous êtes prêts à écouter, au moins, le premier titre, éponyme de « Priyèr si priyèr ». Oreilles vierges s’abstenir : le créole tranche comme un kap bien aigu, choisi à la bonne taille comme sur une barricade ou lancé vers le Ciel... Là où réside ce Bon Dieu qu’Alex ne craint plus d’appeler Papa.

Live d’Alex à Saint-leu donc, où la police s’est invitée. Kari Poulé an lo dann ron’kok. Le genre de descente qui n’arrive jamais, lorsqu’on joue de la musique « de là-bas ». On comprend bien la nécessité de contrôler, saisir et détruire cette mauvaise came importée elle aussi de là-bas, pour étourdir notre jeunesse. Mais comme par hasard, c’est quand la musique est bonne, quand la musique dérange, quand retentit le hip-hop réunionnais, sans doute la musique la plus ennemie de la défonce à la dure, que se pointent les Bleus et leurs roké. Et comme par hasard, ils repartent bredouilles, laissant une foule survoltée et un groupe plus que jamais en état de nuire à l’ordre colon.

Tyin bo larg pa Alèks...

7 Lames la Mer

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter