Categories

7 au hasard 11 janvier 2015 : Méandres géopolitiques, ou : comment peut-on être Charlie ? - 19 janvier 2014 : Vers un retour du colonialisme français à la COI - 11 mai 2016 : 7 hommes dans un arbre : que regardent-ils ? - 18 septembre 2014 : ÎLEECO vous expédie le monde illico ! - 25 décembre 2014 : « Sa pa nout monde sa, allons artourne dans nout ghetto ! » - 15 octobre 2015 : Chagos : compte à rebours en « zone de guerre » - 17 septembre 2014 : Nouvelle Route du Littoral : le grand bluff de la com’ - 30 juin 2015 : Eddy Louiss est mort : les anges noirs vont swinguer ! - 31 décembre 2012 : "Justice et équité" : la Bolivie nationalise - 2 octobre 2014 : Alain Lorraine : le maloya, « opéra de tout un peuple » -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Que célébrons-nous ?

La Réunion a 350 ans...

Que célébrons-nous ?

13 février 2013
Jean-Claude Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

La Réunion va fêter cette année le 350ème anniversaire du peuplement de l’île. Il convient en l’occurrence que nous nous mettions d’accord sur la nature de l’événement que nous allons célébrer. On ne peut en effet s’arrêter à la thèse selon laquelle le premier habitant de la Réunion fut Louis Payen, qui est resté à peine deux ans dans l’île. Au plan purement historique, d’autres « occupants » pourraient prétendre au même titre.

Carte de l’île Bourbon établie en 1661 par Etienne de Flacourt (premier gouverneur de Fort-Dauphin) sur la base des indications fournies par les douze exilés.

En nous limitant à la période 1646-1663, nous pouvons relever trois tentatives d’implantations successives :

— 1• En 1646, douze mutins français de Fort-Dauphin sont débarqués dans l’île Mascareigne. Ces douze exilés resteront trois ans sur l’île et seront récupérés le 15 août 1649 par le « Saint-Laurent » pour être ramenés à Fort-Dauphin. De 1649 à 1654, l’île est de nouveau inhabitée.

— 2• En 1654, un Français, dénommé Couillard, dit « le taureau », surnommé « marovoule » (longs cheveux) par les Malgaches, coupable de vols multiples et convaincu de complot contre le gouverneur de Fort-Dauphin, est à son tour exilé sur l’île Mascareigne en compagnie de sept de ses hommes et de six Malgaches, afin d’y « cultiver du tabac et y faire recherche de ce qu’il y a de bon et propre pour envoyer en France ». Quatre ans plus tard, le 28 mai 1658, un navire anglais, le « Thomas Guillaume », embarque les quatorze hommes pour « Maderaspatan » (Madras). L’île demeurera encore inhabitée jusqu’en 1663.

— 3• En 1663, deux Français de Fort-Dauphin, Louis Payen (originaire de Vitry-le-François, dans la Marne) et un dénommé Pierre Pau (identité qui n’est pas clairement établie) se portent volontaires pour s’installer dans l’île Mascareigne. On leur adjoint dix Malgaches, sept hommes et trois femmes. Peu après leur arrivée, les Malgaches s’enfuient dans les montagnes, inaugurant ainsi deux siècles de marronnage (les dix Malgaches se sont par la suite rendus, sur la promesse qu’ils ne seraient point punis). Payen et son compagnon ne resteront qu’à peine deux ans dans l’île, mais les Malgaches y demeureront jusqu’à leur mort.

Ce sont ces dix Malgaches qui sont les véritables premiers habitants de La Réunion à titre permanent et définitif. La troisième naissance sur l’île, en 1668 (première naissance féminine), sera celle d’Anne Mousse, fille de deux Malgaches, Jean Mousse et Marie Caze. Anne Mousse aura huit enfants (dont six filles) de son mariage avec le Breton Noël Tessier. Elle décèdera en 1733 à l’âge de 65 ans.

Jean-Claude Legros

• A lire sur le même sujet : « La Réunion a 350 ans, Je vous salue Marie »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter