Categories

7 au hasard 5 mars 2014 : « Malgré le grand soleil, il pleut sur nos prunelles... » - 12 août 2015 : Cyberattaque : la guerre en direct sur votre écran ! - 30 mai 2014 : En Ukraine, la finance veut un « Pinochet » - 5 mai 2014 : Vollard, Fridom et les experts - 2 novembre 2013 : "Nous ne servons pas les SDF" - 9 février 2014 : Séga zélèksion : les OVNI virent en tête ! - 8 novembre 2015 : Révolte des esclaves : le syndrome de Saint-Leu - 20 avril 2013 : Nouveaux soutiens à Perle Zafinandro-Fourquet - 27 mai 2013 : Star Wars, vers l’infini et au-delà ! - 26 octobre 2013 : Séga-maloya : la « symphonie sauvage » -

Accueil > 7 au menu > 7 à voir > Les requins ont eu son chapeau

Ciné Vollard : "Baudelaire au paradis"

Les requins ont eu son chapeau

6 mars 2013
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un poète de 20 ans, libre et fortuné, Charles Baudelaire-Dufays, aborde une île des Mascareignes, manque de se faire happer par des requins et perturbe la vie de la colonie à cause d’une liaison avec une femme de couleur. La future Jeanne Duval... Ce jeudi 7 mars, nouveau rendez-vous pour les amis du théâtre Vollard dans le quartier de la cathédrale à Saint-Denis, sur le toit du Café Edouard, pour la projection théâtrale du jeudi soir. Ciné Vollard ! Ce jeudi, retrouvez « Baudelaire au paradis ».

Jeanne (Délixia Perrine), Baudelaire (Thierry Mettetal)
www.vollard.com - Photo : Emmanuel Kamboo.

Dans l’imaginaire réunionnais, la mythologie baudelairienne occupe une place particulière. Charles Baudelaire aborde l’île le 19 septembre 1841, après une traversée à bord du « Paquebot des mers du Sud » censé l’amener jusqu’aux Indes... Une escale d’une vingtaine de jours à l’île Maurice précèdera son séjour dans notre île où il restera un mois et demi. La « petite histoire » raconte les conditions périlleuses de son débarquement dans l’île, à une époque où le port de la Pointe-des-Galets n’existe pas et où les bateaux restent à quelques encablures du rivage. Pour rejoindre la terre ferme, il faut passer du « paquebot » à un canot, en général à l’aide d’une échelle de corde, puis du canot au débarcadère, sorte de pont en bois qui s’avance vers le large.

Baudelaire n’a pas lâché ses livres

En cas de gros temps, atteindre la terre ferme relève donc de l’exploit. Charles Baudelaire en fera l’amère expérience, face au Barachois, dans des eaux déchaînées et infestées de requins attirés par les refoulements de l’abattoir tout proche. Au moment de monter sur le débarcadère, Charles Baudelaire tente de se hisser tout en tenant des livres à la main. Une lame plus forte que les autres le submerge complètement sous les yeux horrifiés d’une foule agglutinée pour assister au spectacle des débarquements et qui voit les requins fondre dans sa direction. Miraculeusement repêché malgré la forte houle, Baudelaire n’a pas lâché ses livres pour autant... mais les requins ont eu son chapeau !
« Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde », écrivit-il quelques années plus tard dans un poème intitulé « Le mort joyeux » et publié en 1857 dans le célèbre recueil « Les fleurs du mal ».

Jeanne Duval par Baudelaire.

Relu « Les Fleurs du mal » dans des bus brinquebalants…

Au delà de cette anecdote qui nous rappelle — une fois de plus — que le « risque requin » à La Réunion ne date pas d’aujourd’hui [1], le séjour de Baudelaire dans notre île sera surtout marqué par sa liaison avec une femme dont il tombera amoureux. Pour en savoir plus, rendez-vous donc ce jeudi pour Ciné Vollard. « J’avais visité la maison de l’île Maurice où le poète avait été hébergé, raconte Emmanuel Genvrin. J’avais parlé avec les descendants de ses hôtes, un avoué franco-mauricien et son fils. J’avais relu « Les Fleurs du mal » dans les bus brinquebalants de l’ancienne Ile de France. J’avais rassemblé les légendes entourant le voyage du poète en 1841 et notamment celles sur Jeanne Duval, sa maîtresse créole. Le leader mauricien, Gaétan Duval, disait être son descendant. À La Réunion, un restaurateur prétendait la même chose. C’est pourquoi j’avais tenu à associer à ma pièce, qui faisait la part belle à l’imagination et au mythe, une rencontre littéraire rassemblant des spécialistes de Baudelaire : Jean-Louis Avice, auteur de l’excellent « Paris-Baudelaire », qui connaissait « Les Fleurs du mal » par cœur, Melvin Zimmerman, un esthète new-yorkais établi à Toronto, Fabienne Pasquet, d’origine Haïtienne, auteur de « L’ombre de Baudelaire ». Pour la création, nous nous sommes associés au Théâtre de la Presqu’île de Granville dirigé par Michel Vivier. Ce fut pour nous une « première » pour la première fois hors de La Réunion. »

7 Lames la Mer

Tout va bien, le tour de piste continue !

Design et graphisme : Emmanuel Kamboo.

Après Lepervenche, Marie-Dessembre, Séga Tremblad, Nina Ségamour, Quartier Français, voici :

« Baudelaire au paradis », sur le voyage de Charles Baudelaire-Dufays à La Réunion en 1841. Jeudi 7 mars 2013 à 20h.
Cette pièce a été créée le 4 novembre 1997. Texte et mise en scène d’Emmanuel Genvrin, musique de Jean-Luc Trulès et Christian Belhomme, scénographie d’Hervé Mazelin, costumes de Sophie Hoareau. Vous assisterez à la projection d’une bonne captation enregistrée en 1997 au Théâtre du Grand-Quevilly/Rouen.

Au Café Edouard (karé KTédral Sindni) tel 0262 28 45 02
On y chantera Tropicadéro avec Jean-Luc/Nicole/Tom. DVD disponible sur place à 20€ avec en cadeau le livre des Vingt ans.

Théâtre Vollard/ Vollard Opéra (06 92 08 26 51, www.vollard.com)
Projections suivantes
- Noella le 14 mars
- Run Rock le 21 mars
- Emeutes le 28 mars, etc.

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Notes

[1• A lire à ce sujet : « Des requins et des hommes »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter