Categories

7 au hasard 4 août 2014 : Route du Littoral : au bout du tunnel ? - 4 mai 2013 : Les docks veulent rester réunionnais - 29 janvier 2014 : Portez votre fœtus autour du cou... - 8 mai 2014 : Jack Bauer va-t-il atterrir à Diego Garcia ? - 2 mai 2014 : Grand Raid et Parc National sont-ils compatibles ? - 27 janvier 2015 : « Les islamistes sont hyper-minoritaires au Niger » - 15 mai 2013 : La treille chouchoute - 9 avril : L’« Holochon » apparaîtra au Port - 5 novembre 2013 : Les 7 ruines de la honte - 17 décembre 2016 : Andy Razaf, jazzman au destin cabossé (8) -

Accueil > Lames de fond > Témoins d’hier et d’aujourd’hui > Oze et Socko... La brèz dann karo koton !

Rap, luttes sociales et combats mémoriels

Oze et Socko... La brèz dann karo koton !

5 novembre 2011
Geoffroy Géraud Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Rap, luttes sociales et combats mémoriels... Voici l’entretien que Socko et Oze ont accordé à "7 Lames la Mer". A lire en écoutant « Antikolonyalis »... 5 novembre 2011.

Geoffroy Géraud Legros : Pourquoi un rap anti-colonialiste à La Réunion ? Considérez-vous que la décolonisation n’est pas achevée dans notre pays ?

Oze : Parce que la mentalité colonialiste est toujours présente. Le « cliché » — diront certains — « gros blanc » vs. « ti colon » n’en est pas un ; c’est en dernière analyse une réalité... Sauf qu’avec le temps, cet esprit a gagné aussi le Créole qui a réussi, et qui pense s’être rapproché d’une « élite », celle des « blancs »... Je précise qu’ici « blanc » est un symbole… C’est le sens du mot « blan » en créole : avant tout un sens de classe, un sens économique. Il y a des créoles « gros blanc » et des zorey « ti colon ». Il n’y a rien de raciste là-dedans...

Socko : A lér ki lé, na bo tourn lo kestion konm nou voudré, nou woi bien ke départman é koloni, sa lo mèm nafér. Kosa la réelman sanzé ? La konstrui la route ? La fé liméb ? Kisa anlér, kisa atér ? Ce France-la, li zwé bien son rol lo rwa. Bouss nout zié ek lartifis pou sér plis la shène dan nout tèt. Té sazi pa kri : « NOU YEM PA LA FRANCE », té zis pou di « arète in kou ». Aprè konm vi di, mon rap, ou plito mon mizik, i rèt antikolon akoz li suiv mon parol. Ce genr d’mizik ke nou mèm nou fé, nou koné ke li lé pa la pou fé danse domoune, mé nou, sé nout manièr amène ali. La pa pou sa ke nou va gaskogne la mizik domoune non pli. Sakinn son sakinn.

Geoffroy Géraud Legros : Vous représentez ce que l’on pourrait appeler une scène « underground » réunionnaise. Pourquoi le rap demeure-t-il un art « marron » à La Réunion ?

Socko : Si la tér La Réunion, mwin mi woi zordi nou lé in pé entre dé nafér, na dir. Na inn, lo passé, i vé ke nou fé nout mizik La Réunion konm la touzour fé (maloya, séga...). Na lote, va di aou ke nou fé pa lo rap akoz nou shante pa konm rapér zot i woi dann télé, sirtou kan ou shoizi koz an kréol. Anou mèm trouv nout plas la dan. Lo rap La Réunion, li lé vi an tan ke sou-mizik, vi ke pou la plipar domoune, i rèt in mizik la zéness, in mode, in nafér passazé. Pou sa ko final, sak foi na in mouvman la mizik, i rod pa si sé hip-hop ou bien dancehall, i fout toute dann mèm paké san rod lo bout, akoz sé la mizik band zén. Nou na nout plass osi. Nou fé pa lo rap, nou fé d’rap kréol.

Geoffroy Géraud Legros : « Taz mon gèl èk l’euro, zot i ginyra pa / mwin pa zanfan Figaro mwin sé garson Kounta » : vous visez ici les effets des subventions sur la liberté des artistes. Considérez-vous qu’aujourd’hui, la subvention est aussi utilisée comme moyen de censure à La Réunion ?

Oze : Quelques titres ont bien tourné sur les radios, comme « Gainy pa sapé », « L’affaire miss France » (feat vakwa), ou des clips tel que « In ti morso », qui passe régulièrement sur les bouquets satellite. Pour ma part, il m’est difficile de trouver des dates. Pourquoi ? Parce que je fais du « RAP » et pas de la variété déguisée en rap. Je ne prône pas le discours capitaliste... Je frappe là où cela fait mal et je l’assume. Voilà ce qui me coûte des dates de concert, et comme je ne fais pas de « zik de boîte », rares sont mes apparitions... Beaucoup d’artistes aussi parlent de « mouvement », de « fraternité » mais en fait ne pensent qu’à leurs gueules. Ils sont prêts à brader leur talent pour avoir des dates, mais quand ils ont besoin de se refaire une réputation dans l’underground, pour garder la face vis-à-vis des puristes, il viennent faire des featuring avec nous. Je me suis déjà fait avoir, cela n’arrivera plus... Je ne feat pas par intérêt !!!!

Socko : Zordi, fo di lo nafér kom li lé. Lo lindistri mizikal si ce bout la tér, sé d’destriksion zartis. Nou la fini ariv dan in lozik : « ékout pa sak ou yèm, mé yèm sak ou ékout ». Pa pou tout zartis la porte lé rouver ! Anou mèm i doi galiz lo somin. La Réunion na in bizness dan milié la. Intel i zèr tel zafèr mé li lé mayé ek intel ki fera d’manièr koup aou si ou lé pa bon ek intel ; é lo pir dan tousala, sé ke na d’zafèr ke na rien a woir ék la mizik ki o final i zèr la mizik La Réunion, é pa rienk la mizik... Na la shène osi dan milié zartis. En gro, va di aou : « fé danse a moin, fé ri a moin, fé plèr a moin, mé ferm out bouss ». Pa tout zistwar lé bon rakonté.

Astèr zordi kan ou va koz in sizé kom lesklavaz, kan ou va mét out koté kréol en avan, kan ou di ke nou pé débrouye anou par noumèm, na touzour in nafèr ke bana va fé pou fé ferm aou out bouss. La pou zot, ou mèm lo diab ! Par kont, tan kou amiz azot, anvoy aou. Konm par exanp, lo 20 désanm. Zordi sé lo zour i done aou lo drwa zwé maloya ? Kréol, 20 désanm in zour si kalandryé, FètKaf sé toute lané ! Ziskakan va dikte anou kel zour fo nou shante ? Kel zour fo nou plèr ?

Geoffroy Géraud Legros : La référence à « Lané Eli » est omniprésente. Quel sens donnez-vous à la révolte de 1811, aujourd’hui en tant qu’artistes ?

Socko : Sak bann Eli la fé, dan in promié tan, i fo pa oubli ali. Dan kel liv lékol sa lé ékri ? Fo atann in dat lanivèrsèr pou mèt ali dann la limièr ? Mi woi plis in gro lipokrizi kote shoz. Gèt bien si bana va arkoz la révolt Sin-Lé dan lané va suiv. Sa in ote manièr bouss nout zié. A koté d’sa, stati Mahé de Labourdonnais — pli gran fézèr larzan si la tèt zesklav La Réunion — lé mét anlèr dan la ville Sin-Dni. Ou trouv sa normal ? Lo zistwar nout péi lé pa rekoni dan nout péi. I di anou ankor kosa fo nou koné de nout prope zistwar, kisa fo nou woi kom lo bon moune. Mé i dira pa ou kisa té mové, kisa la sobat. La France i di anou sak li vé di anou. Pou sa ke tan ke sera koma, mi nora d’mo pou di.

Oze : Dans « Antikolonialis », je chante « Listwar mon péi, rakonté par « l’homme blanc » / mète Sarda en bondié mèt Éli en kouyon ». Il y a encore quelques années, je ne connaissais pas Èli. Pourquoi ? Tout simplement à cause du programme de l’école coloniale, qui ne nous apprend rien de l’histoire de notre pays. Qui nous donne l’image d’un Sarda Garriga en héros ou même nous parle, toujours, de nos ancêtres les Gaulois !!!! Certes, je suis blanc de peau, je dois avoir du sang « gaulois », je suppose... (rires), mais s’il faut parler de sang, j’ai aussi en moi, comme tous les Réunionnais, non seulement le sang de l’Europe, mais aussi celui de mes ancêtres venus d’Inde, de Madagascar, d’Afrique, d’Asie... qui ne sont pas moins mes ancêtres que les fameux « Gaulois » ! Alors, pourquoi les occulter ? Des artistes comme Socko ou moi-même, et beaucoup d’autres, nous voudrions être les Éli d’aujourd’hui. On ne lutte pas avec les mêmes armes... c’est tout.

Geoffroy Géraud Legros
5 novembre 2011

Geoffroy Géraud Legros

Rédacteur en chef, Éditorialiste.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter