Categories

7 au hasard 28 janvier 2014 : SIB : le Parti de Gauche interpelle le Préfet - 11 décembre 2014 : Maurice : l’Alliance Lepep écrase le bloc PTr-MMM - 5 novembre 2013 : Les 7 ruines de la honte - 9 mars 2015 : « Il est bon parfois de voir un mauvais spectacle »... - 27 juin 2015 : Vollard mort ? - 16 avril : Ambre Lune, venue d’une autre étoile - 19 août 2015 : Et si l’on changeait la fin de l’histoire des Salines ? - 18 juillet 2017 : Quinola l’invisible, grand chef marron, mort libre - 30 juin 2015 : Eddy Louiss est mort : les anges noirs vont swinguer ! - 16 février 2014 : Tampon : Didier Robert cherche-t-il la sortie ? -

Accueil > Le monde > "Justice et équité" : la Bolivie nationalise

"Justice et équité" : la Bolivie nationalise

31 décembre 2012
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le Président bolivien Evo Morales a signé ce samedi un décret nationalisant « ELFEO » (Empresa de Luz y Fuerza Eléctrica de Oruro) et « ELECTROPAZ » (Empresa de Electricidad de La Paz), deux compagnies électriques espagnoles opérant en Bolivie.

Le Président bolivien Evo Morales a signé ce samedi un décret nationalisant « ELFEO » (Empresa de Luz y Fuerza Eléctrica de Oruro) et « ELECTROPAZ » (Empresa de Electricidad de La Paz), deux compagnies électriques espagnoles opérant en Bolivie. Une décision qui fait suite à la nationalisation, en mai dernier, de « Transportadora de Electricidad », propriété de l’Espagnol « Red Elèctrica », qui assure près des trois quart de l’acheminement de l’électricité sur le territoire bolivien. Evo Morales a justifié sa décision par la « nécessité » de garantir des « prix justes » dans les régions de La Paz (capitale économique) et de l’Oruro, ainsi que d’assurer « un accès égal à l’énergie dans les zones rurales ».

Vague de nationalisations en Amérique Latine

« ELFEO » et « ELECTROPAZ » appartiennent à l’Espagnol « Iberdrola », présent dans le pays depuis les années 1990. Au siège bolivien de la compagnie, surveillé par la police depuis samedi, on se refuse à tout commentaire. Même silence contraint à Madrid qui, depuis la nationalisation par l’ Argentine, au mois de mai dernier, du pétrolier YPF- filiale de la compagnie ibérique REPSOL - ne parvient pas à s’opposer au mouvement de réappropriation nationale qui frappe ses entreprises multinationales en Amérique Latine. Le dédommagement de l’entreprise expropriée sera effectué sur la base d’une expertise confiée à un « arbitre indépendant et impartial » précisent pour leur part les autorités boliviennes.

7 Lames la Mer
31 décembre 2012

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter