Categories

7 au hasard 8 avril 2017 : Le charme perdu du dernier repas créole... - 13 janvier 2013 : Meurtres de SDF : des morts qui nous accusent - 26 janvier 2015 : Anouk : « à ceux qui ne sont pas satisfaits de leur vie » - 3 janvier 2014 : Plan vigie-galets et torticolis - 27 mai 2015 : Le peuple du secret et la « Terre marronne »... - 27 octobre 2017 : Ou sa ou sava mon fra - 31 janvier 2017 : La Potence ou la Pitié - 12 mai 2015 : NRL et roches : « La Région doit dire la vérité » - 29 juillet 2013 : Traviata à Maurice - 3 décembre 2014 : La collection de Christian va-t-elle finir dans les poubelles de l’histoire ? -

Accueil > Domin lé dan nout dé min > Courrier des internautes > En français, on dit « une » papangue

Courrier des internautes

En français, on dit « une » papangue

17 février 2013
Courrier des internautes
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

On nous avait déjà volé notre « dodo » pour en faire un « solitaire » et voilà qu’on veut maintenant nous voler notre « commère papangue », pour en faire un « compère » !

"La" papangue d’Antoine Roussin.

« Un » papangue ou « une » papangue ?


On voit en effet fleurir depuis quelque temps un peu partout dans la presse, à la radio, à la télévision, « un papangue » masculin, dont on se demande s’il procède de la prétendue absence de genre féminin en créole réunionnais [1].

Qu’il y ait un certain nombre de locuteurs pour qui la quasi-totalité des substantifs créoles sont du genre masculin « invariable », c’est indéniable : in fanm, in fille, in tête (mon fanm, mon fille, mon tête). Mais il y a d’autres locuteurs pour qui ces trois mots sont féminins : inn femme, inn fille, inn tête (ma femme, ma fille, ma tête). Il n’y a donc aucune raison pour qu’en français on en arrive à dire « un papangue » au lieu de « une papangue ».

Extrait de "Études sur les deux plaines des Palmistes et des Cafres de l’île de la Réunion", par Textor de Ravisi, Anatole-Arthur. 1850.

« Une papangue » !


Dans leur « Dictionnaire illustré de La Réunion », René Robert et Christian Barat définissent bien le mot « papangue » comme un « nom féminin ». Jean Albany dit « la papangue », et les R. P. Abinal et Malzac, dans leur « Dictionnaire Malgache-Français » disent bien « une papangue ».

En fait nous assistons actuellement, à La Réunion, à un glissement insensible du français vers le créole, si bien que de plus en plus de Réunionnais en viennent à parler une forme d’interlangue, qui n’est ni du français, ni du créole, mais une sorte de « français régionalisé », qu’à l’instar de nos voisins mauriciens lorsqu’ils parlent de nous, on pourrait qualifier de « bourbonnais ».

Extrait du "P’tit glossaire", Jean Albany, 1974.

En français, on dit « une papangue »


Protégeons nos papangues, dont il reste moins d’une centaine de couples reproducteurs et rendons à César ce qui lui appartient : en créole on dit, selon les locuteurs, « in papangue » ou « inn papangue », « le papangue » ou « la papangue ».

En français, on dit « une papangue ». Et les vaches seront bien gardées.

Gabriel Lebreton


Notes

[1Est-il nécessaire de préciser qu’il existe de nombreux mots féminins en créole ? Pour ceux qui en douteraient encore : la loi, la zole, la sable, la caz, la mer, la pli, la rozé, la rou, la lang, la mandose, etc.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter