Categories

7 au hasard 28 octobre 2014 : Oncle Jo déserte la Varangue... - 17 janvier 2015 : Et si les créoles (re)colonisaient les oreilles ? - 12 mars 2014 : Grands projets : danger, élections ! - 21 avril 2016 : La Réunion associée aux requins... même dans un quizz - 21 juin 2014 : Le BAC ES sponsorisé par le MEDEF ? - 13 décembre 2013 : Qui veut la peau de La Réunion ? - 18 novembre 2014 : Johann Berby : « Maloya ou lé avec moin » - 28 avril 2014 : Danse Péi, le festival qui bouz’ en corps ! - 12 août 2013 : Ceci n’est pas un navire de guerre - 9 mai 2015 : Nouvelle route du littoral : ingérence politique de la Commission européenne -

Accueil > 7 au menu > 7 à voir > Allô, la Ligue ? Ici Coeur-Saignant. Je vous passe Lepervenche.

Projections théâtrales...

Allô, la Ligue ? Ici Coeur-Saignant. Je vous passe Lepervenche.

12 février 2013
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

« Allô, la Ligue ? Ici Coeur-Saignant. Je vous passe Lepervenche. » C’est dans une émotion à la fois neuve et teintée de nostalgie que nous avons renoué avec la pièce du théâtre Vollard « Lepervenche, chemin de fer », il y a 15 jours, à l’occasion de la projection en plein air d’une captation collector réalisée par Serge Huo-Chao-Si en mars 1996 à la Grande Chaloupe. La prochaine projection : « Séga tremblad » ce jeudi 14 février à 20h, au café Edouard (karé KTédral Sindni).

JPEG - 71 ko
Docteur Raymond et Maman Paola.
Photo : 7 Lames la Mer.

Le 17 août 1990, les décors naturels de l’ancienne gare de la Grande Chaloupe accueillaient « Lepervenche, chemin de fer », création du Théâtre Vollard [1]. L’auteur, Emmanuel Genvrin, situe son action entre l’année 1936 qui marque l’essor du syndicalisme et 1946, année de la départementalisation.

JPEG - 112.7 ko

« Allô la Ligue ? Ici Coeur-Saignant [2]. Je vous passe Lepervenche ». Mythique réplique lancée par Gaston, cheminot interprété par le regretté Arnaud Dormeuil dont l’apparition à l’écran provoque des frissons dans l’assemblée... La pièce se déroule essentiellement au Port et plus particulièrement dans le bar d’une célèbre tenancière, « Maman Paola », personnage campé par la comédienne Délixia Perrine [3], à travers lequel tout le monde reconnaîtra Paula Olivia Crezo, morte un an et demi auparavant. Léon de Lepervenche [4] (orthographe sciemment modifiée par l’auteur) est incarné par Bernard Gonthier et Pierre-Louis Rivière et « Docteur Raymond » ou « Docteur Papa », alias Raymond Vergès, par Dominique Carrère et Jacques Deshayes. Dans la distribution on retrouve également Rachel Pothin qui s’illustre dans le rôle d’une entraîneuse de chez Paola : « Maria-Madeleine Géranium », et Térésa Small ou Léïla Neigrau qui se glissent à tour de rôle dans celui du travesti « Jasmin ».

Les « amis » du théâtre Vollard ont donc rendez-vous dans le quartier de la cathédrale à Saint-Denis, sur le toit du Café Edouard, pour une série de « projections théâtrales », le jeudi soir. Ciné Vollard ! En haut d’un escalier, un mur blanc fait office d’écran. A droite, sur la terrasse, les musiciens de la troupe animent la soirée. Il y a des tables et des bancs et parfois la pluie qui vient jouer les trouble-fête. Un tourné-viré à la « manière Vollard » !

La peau du chemin de fer...

Le premier de ces rendez-vous nous a donc replongés dans l’atmosphère de l’ancienne gare de la Grande Chaloupe, avec ces wagons du CFR restaurés par l’association « Ti train ». Les images un peu hésitantes et le son un peu grinçant du début de la projection ont contribué à installer une ambiance conviviale. Le temps de la « mise au point » technique n’a pas entamé l’enthousiasme du public. La petite terrasse était pleine à craquer et finalement la projection a vite produit son effet magique, nous « projetant » dans la pièce comme si elle se déroulait sous nos yeux, avec les acteurs à portée de la main. La plupart d’entre eux étaient d’ailleurs présents, les yeux rivés au « mur-écran », les répliques à la bouche, dans un jeu de miroir. Et même le bruit de fond des voitures lancées à vive allure sur la route voisine du Littoral, capté par le micro de Serge Huo-Chao-Si, faisait partie intégrante de l’oeuvre... Comme si cette « route en Corniche » voulait nous rappeler qu’elle avait, à une autre époque, eu la peau du chemin de fer. Une histoire qui se répète... [5]

Nathalie Valentine Legros

• A lire aussi : « Nina Ségamour fait le mur »

[(

JPEG - 22 ko


JPEG - 66.8 ko
Vue sur l’arrière de la cathédrale, depuis la terrasse du café Edouard.
Photo : 7 Lames la Mer.


JPEG - 34.1 ko

Après « Lepervenche », « Marie-Dessembre » et « Séga Tremblad », voici :
« Nina Ségamour », ou les aventures d’une miss Bourbon 1940 (captation partielle, images collector et disparates + bonus de 1982, 1987, 1997, 1998)
Jeudi 21 février 2013 à 20h.
Au café Edouard (karé KTédral Sindni)
On y chantera Tropicadéro avec Jean-Luc/Nicole/Tom. DVD disponible sur place.

Théâtre Vollard/Vollard Opéra
(06 92 08 26 51)
www.vollard.com

Autres projections :
- « Quartier Français » le 28 février,
- « Baudelaire au Paradis » le 7 mars , etc.

Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

Notes

[1Auteur et metteur en scène : Emmanuel Genvrin. Musique : Jean-Luc Trulès et Dominique Carrère. Scénographie : Hervé Mazelin

[2Autrefois, Coeur-Saignant était un quartier de bidonvilles, au Port.

[3En 1990, Délixia Perrine est récompensée par un « Volcan d’or » pour son interprétation remarquable de « Maman Paola »

[5Lire à ce sujet : « 11 février 1882 : lotoray larivé »

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter