Categories

7 au hasard 22 avril 2019 : La Kolère Ti Frère i larg pa nou ! - 7 novembre 2015 : Le « mystère Baudelaire » et la belle Dorothée réunionnaise - 29 avril 2015 : « Que personne ne parle au nom de Talon ! » - 29 juin 2017 : Vite ! Un click pour Yanick ! - 10 janvier 2016 : Gabriel, 10 ans : « Je veux vivre, pas mourir » - 9 mars 2013 : Vers une nouvelle politique des cadres ? - 25 octobre 2015 : Barachois : retour vers le futur - 7 février 2013 : Done zorèy travay ? - 23 avril 2017 : Élection : « comme des coups de fusil et des femmes criant à l’assassin » - 17 décembre 2014 : Vers un Parc national « à péage » ? -

Accueil > Interviews > Kaya : j’entendais déjà le séga dans le ventre de ma mère

Seggae

Kaya : j’entendais déjà le séga dans le ventre de ma mère

20 février 2020
7 Lames la Mer
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

10 août 1960 : Joseph Réginald Topize voit le jour à Roche-Bois [Mauritius]. Connu pour être l’inventeur du seggae, il est baptisé Kaya par son public. Un public qui lui restera fidèle, même par delà la mort... Le 21 février 1999, alors qu’il était incarcéré pour avoir fumé de la marijuana sur scène, Kaya est retrouvé mort au fond de sa cellule, crâne ouvert. L’île Maurice est alors secouée par des émeutes. « Kaya mort, Maurice à vif » titre Libération. Pour restituer l’esprit qui animait Kaya, nous avons rassemblé ses différentes déclarations à la presse — essentiellement la presse mauricienne. Les paroles sont de Kaya...


Ratsitatane, pour rendre hommage à un prince malgache


J’ai pris le nom de Racine Tatane, un dérivé de Ratsitatane, pour rendre hommage à ce prince malgache exilé à Maurice et qui voulait libérer l’île de l’esclavage. Mais dans la tête de beaucoup de gens, je suis un peu le nouveau Ratsitatane, dans le sens où ils voient en moi un leader.

Pour ma part, je constate que mon combat et celui du prince malgache sont les mêmes. Il avait les armes, moi, j’ai les mots, j’ai la musique. Nous, nous voulons libérer la mentalité mauricienne.


J’ai passé beaucoup d’années dans la misère


Mon enfance n’a pas été facile. Je ne suis pas né dans une famille de milliardaires, de privilégiés. Mon père était pêcheur. Ma mère travaillait comme femme de ménage. C’est peut-être pour cela que je suis devenu un artiste, un artiste profondément.

Je ne veux pas m’arrêter là. Il y a beaucoup de choses que j’ai envie de dire. Je suis un enfant des années 60. J’ai passé beaucoup d’années dans la misère. Cela a forgé mon expérience.


Dans le ventre de ma mère, j’entendais déjà le séga


Pour moi, le séga est une musique très importante. Quand j’étais dans le ventre de ma mère, j’entendais déjà le séga. Le cœur battait, battait... jusqu’à ce que je vois le jour.


Jouer du séga autour du feu de camp


Je me souviens de l’époque où les familles organisaient des pique-niques au bord de la plage. Il y avait Ti Frère, avec son ravane, son jerrican, son triangle, et d’autres chanteurs de séga typique. Là, je pouvais jouer du séga autour du feu de camp. C’était une ambiance vivante.


Mes premières notes sur la guitare


En 1976, j’avais 16 ans : deux mois avant son mariage, mon grand-frère m’a appris à jouer mes premières notes sur la guitare. Si tu es une personne sensible, fragile, tu ne peux pas jouer au foot ; tu reviendras cassé de partout. Alors, moi, j’ai préféré la musique.


Pour aller vers une nouvelle musique


Le séga, c’est très beau mais il est resté figé. J’ai réfléchi. Je jouais du séga, du reggae de Bob Marley et cela m’a beaucoup influencé pour aller vers une nouvelle musique et faire une synthèse. On a appelé ça le seggae. Dans le mot seggae, il y a séga. Il y a un mouvement de séga qui tourne dedans.

Si on a réussi ce mariage de musiques, cela prouve que des races ou des nations différentes peuvent vivre ensemble. C’est ça, le seggae. D’ailleurs, pour nous, le mot seggae signifie aussi la joie : c’est gai. Le seggae parle de la vie de tous les jours.

Percy Yip Tong et Kaya à Paris, décembre 1991.

Je suis simplement la voix des autres


Ici à l’île Maurice, il y a beaucoup de problèmes et c’est ce qui m’a motivé pour faire un groupe et dire des choses. Ce n’est pas de la revendication mais il y a des choses qu’il faut dire aux gens, des choses à leur faire comprendre.

Tous les gens ont quelque chose à dire mais ils n’osent pas. Quand il y a quelqu’un pour le dire pour eux, ils sont contents. Ils retrouvent leurs voix à travers ma voix. Je ne suis pas un grand musicien. Je ne suis pas un grand chanteur mais je porte la voix des gens.

Je ne suis pas un messager. Je ne suis pas un prophète. Je suis simplement la voix des autres, la voix des gens. Je raconte ce qu’ils vivent. Ce qu’ils vivent, c’est ce que je vis. C’est comme cela que j’écris mes textes.


Un état où tu attires les choses


Etre inspiré, c’est un état où tu attires les choses. Moi ce qui m’a inspiré, c’est ce que j’ai vécu. J’ai aussi été inspiré par la bible et d’autres livres que j’ai lus, romans policiers, etc.


L’émancipation de la musique mauricienne


Le seggae a ouvert l’esprit des musiciens, des jeunes. Le seggae, c’est de la musique rasta. C’est l’émancipation de la musique mauricienne, « pou liberasion mantalite kaptivite », « lamour pou nou gagn liberte ». Moi, je chante dans mon langage, avec mon environnement, mes vibrations, ma musique, l’esprit mauricien.


L’appel lancé à toute la nation


Nous sommes un pays multiracial. Notre musique bénéficie de toutes sortes d’influences. Pour moi, la musique, ce sont des vibrations que l’on capte. C’est un état qui s’empare de toi et t’amène vers une autre dimension. Noirs, malbars, chinois, ensemble il faut vivre. C’est l’appel que je lance à toute la nation.


C’est le public qui m’a appelé Kaya


Je me souviens avoir joué dans une cité de dockers, en 1979. J’ai interprété la chanson « Kaya » de Bob Marley. C’est de là que me vient le nom de Kaya. C’est le public qui m’a appelé Kaya.


Bob Marley, son esprit est toujours vivant


J’ai été influencé par la musique de Bob Marley. En tant que rasta mauricien, je lui rends hommage à travers des reprises en seggae, en apportant un autre ressenti, quelque chose de plus dans sa musique, quelque chose de vivant. Par exemple dans « No woman non cry ». Pour moi, son esprit est toujours vivant.


L’esprit rasta...


Le seggae ne dépend pas que de la grandeur du musicien, cela dépend aussi du cœur, des sentiments. Pour moi, l’esprit rasta, ce n’est pas l’aspect religieux mais c’est la vie. Pour moi, la musique seggae, c’est l’avenir. Le seggae n’est pas mort. Il continue d’évoluer et de prendre de nouvelles formes. Toute musique — tout musicien — est appelée à évoluer et à prendre de nouvelles formes.

7 Lames la Mer
Pour en savoir plus sur Kaya : Kaya... 20 ans après, ses mots sont toujours des armes

Sources : MBC • Radio One • Documentaire de Michel Vuillermet • Week-end Scope • Le Mauricien • Percy Yip Tong • etc. •

7 Lames la Mer

Réalités émergentes Réunion, Océan Indien, Monde.
Presse, Edition, Création, Revue-Mouvement.
Facebook, Twitter.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]