Categories

7 au hasard 6 novembre 2015 : Maloya : de la quarantaine à l’asile - 15 mai 2016 : 2016 : Larousse amarre et bâche en créole - 11 avril 2016 : Médiathèque Cimendef : quel gâchis M. le Président ! - 12 juillet 2019 : Alain Peters a encore l’univers devant lui - 27 octobre 2013 : Le business de l’immigration - 12 septembre 2017 : 1843 : bal blanc et danse « nègre » - 15 février 2014 : Patrice Treuthardt, le coeur trempé sept fois - 28 août 2013 : Chats-maillerie au bord de mer - 22 mars 2014 : Lamoukate... Totoche... Kouniche... Languette ! - 13 décembre 2015 : Rituel pour le temps présent : à la Reine, au Roi et au Guetteur -

Accueil > La Réunion > Economie et société > Le bateau fou de Baudelaire jusqu’à La Réunion

Sous l’immense azur...

Le bateau fou de Baudelaire jusqu’à La Réunion

30 janvier 2021
Nathalie Valentine Legros
fontsizedown
fontsizeup
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 25 juin 1857, « Les Fleurs du mal » exhalaient un parfum, celui de l’ivresse et de la « lente gourmandise ». Mais la part réunionnaise de l’œuvre de Baudelaire resta longtemps nimbée du voile de l’indifférence et des non-dits.


« Le coeur gros de rancune et de désirs amers »


« Charles Baudelaire se jeta sur le colonel Aupick et le saisit à la gorge ; le colonel se dégagea et appliqua une paire de soufflets à Baudelaire qui tomba en proie à un spasme nerveux. Des domestiques l’emportèrent. Il fut enfermé dans sa chambre : arrêt forcé, défense de sortir. La réclusion dura quinze jours, au bout desquels Baudelaire fut mis en diligence, sous la surveillance d’un officier qui le conduisit à Bordeaux. Là, il fut embarqué sur un navire en partance pour les Indes ; son passage était payé ; une somme d’argent assez modique et une pacotille valant une vingtaine de mille francs étaient mises à sa disposition » [1].

Le Paquebot-des-mers-du-Sud, trois-mâts commandé par le capitaine Pierre-Louis Saliz, quitta Bordeaux le 9 juin 1841 à destination de Calcutta. A bord, se trouvait Charles Baudelaire, alors âgé de vingt ans, « le coeur gros de rancune et de désirs amers » [2].

Après quatre-vingt-trois jours de navigation, le navire fut contraint de faire escale à l’île Maurice — « au pays parfumé que le soleil caresse » [3] — le 1er septembre, suite à une terrible tempête essuyée au large du cap de Bonne-Espérance. Il en repartit dans la nuit du 18 au 19 septembre à destination de l’île sœur — « aux pays chauds et bleus » [4] —, île Bourbon, qui prendra le nom d’île de La Réunion en 1848.

Illustration de Georges Baudin.

Les escales réelles ou fictives


Il arriva à Bourbon le 19 septembre et selon le capitaine Saliz, Baudelaire mit pied à terre le 20 septembre. Le Paquebot-des-mers-du-Sud quitta Bourbon pour Calcutta le 21 octobre, sans Baudelaire, lequel embarqua le 4 novembre à bord de L’Alcide, navire commandé par le capitaine Judes de Beauséjour, à destination de Bordeaux. L’Alcide fit escale quatre jours au Cap, du 4 au 8 décembre.

Baudelaire arriva à Bordeaux le 16 février 1842, sans avoir vu l’Inde. Son seul grand voyage venait de s’achever ; il avait duré 252 jours, soit 8 mois et 7 jours. Et le 9 avril 1842, Baudelaire atteint enfin sa majorité.

Baudelaire n’aura de cesse par la suite d’entretenir le mystère sur ce qu’il fit dans l’océan Indien, sur les escales réelles ou fictives, sur les sentiments que lui inspirèrent ces terres lointaines, semant fariboles, inventions et exagérations dans les complaisantes — ou naïves — oreilles qui l’entendirent narrer ses aventures outremer.

Charles Baudelaire photographié par Nadar.

Baudelaire est rongé par une féroce dualité


Ce voyage de Baudelaire dans l’océan Indien — qu’il qualifie de regrettable dans une lettre à sa mère, Caroline Aupick, écrite le 20 octobre depuis l’île Bourbon — suscita de multiples récits discordants qui amplifièrent le mythe, et la confusion qui l’entourait. L’exemple le plus frappant se trouve dans la préface des « Fleurs du mal », signée en 1868 — version posthume — par Théophile Gautier qui officialise ainsi les escales fictives contées par Baudelaire : Madagascar, Ceylan, la presqu’île du Gange.

« Embarqué sur un vaisseau et recommandé au capitaine, il parcourut avec lui les mers de l’Inde, vit l’île Maurice, l’île Bourbon, Madagascar, Ceylan peut-être, quelques points de la presqu’île du Gange, et ne renonça nullement pour cela à son dessein d’être homme de lettres. On essaya vainement de l’intéresser au commerce ».

Tout au long de ses pérégrinations sur la mer indienne, Baudelaire est rongé par une féroce dualité — dépression et éblouissement — qui lui dictera de multiples confidences aux accents contradictoires, rendant complexe toute tentative de reconstitution historique documentée, notamment pour ce qui a trait à l’escale bourbonnaise, laquelle constitue pourtant la plus longue séquence : quarante-cinq jours.

Illustration de Georges Baudin.

Baudelaire se laisse happer par l’esthétique insulaire


Admettre que ce périple forcé à bord du Paquebot-des-mers-du-Sud l’a métamorphosé reviendrait pour Baudelaire à en attribuer le mérite à Jacques Aupick, ce beau-père qu’il exècre et qui lui a imposé l’exil comme punition, suite à une violente altercation, séquence paroxystique de leur relation chaotique. Baudelaire se refuse à lui faire ce plaisir et sombre dans une profonde neurasthénie durant la traversée, suscitant de vives inquiétudes de la part du capitaine Saliz sous la protection duquel il a été placé.

Mais, même s’il s’en défend à l’occasion, dès qu’il touche terre à l’île Maurice puis à l’île Bourbon — ô miracle —, Baudelaire se laisse happer par l’esthétique insulaire, par le vertige des « dangereux parfums » [5], par la « splendeur orientale » [6], et succombe à la « lente gourmandise ». « Une senteur montait, sauvage et fauve » [7]...

Ces deux îles des Mascareignes, où palpitent « la langoureuse Asie et la brûlante Afrique » [8], sont les points d’ancrage initiatiques qui enflamment son inspiration poétique et le hanteront jusqu’à la mort [9]. La métamorphose qui s’opère alors chez Baudelaire ne l’amène pas à renoncer à ses plus intimes desseins comme l’espérait le général Aupick mais, au contraire, elle accélère le processus de sublimation de la substantifique moelle enfouie dans son ADN : la poésie et ses ardeurs, le goût pour « le mystère de toutes les choses » [10].


Victoire symbolique sur l’autorité abusive du beau-père


« De ce voyage au long cours il ne rapporta qu’un éblouissement splendide qu’il garda toute sa vie, poursuit Théophile Gautier. (...) Au fond de la poésie la plus sombre s’ouvre une fenêtre par où l’on voit, au lieu des cheminées noires et des toits fumeux, la mer bleue de l’Inde, ou quelque rivage d’or que parcourt légèrement une svelte figure de Malabaraise demi-nue, portant une amphore sur la tête. Sans vouloir pénétrer plus qu’il ne convient dans la vie privée du poète, on peut supposer que ce fut pendant ce voyage qu’il prit cet amour de la Vénus noire, pour laquelle il eut toujours un culte ».

Au bout de l’exil, Baudelaire tient sa revanche sur la raideur bourgeoise et la discipline militaire du parâtre : il revient plus poète que jamais — et presque majeur à deux mois près — des îles sœurs alors que l’objectif du général Aupick était de lui inculquer le goût du commerce et surtout de le détourner de ses penchants littéraires déjà bien aiguisés ainsi que de son attrait pour les nuits dissolues dans les tavernes du Quartier latin. Mais Baudelaire « montra une si invincible obstination à ne pas faire de commerce que le capitaine marchand profita d’une relâche à Saint-Denis de Bourbon pour le renvoyer à Bordeaux », commente Camille Vergniol, dans la « Revue de Paris » du 15 août 1917.

Baudelaire exprime d’ailleurs cette victoire symbolique sur l’autorité abusive du beau-père dans la lettre qu’il écrit à sa mère alors qu’il est à l’île Bourbon depuis un mois déjà : « Durant ces jours de voyage en mer, la mélancolie ne m’a pas qu’envahi elle m’a complètement anéanti. Malgré ce fait, n’en déplaise à mon beau-père, l’inspiration a afflué. Plus précisément, j’ai jusqu’alors pu rédiger quelques ébauches de poèmes qui je l’espère, un jour, feront partie d’un recueil ».

A gauche, Charles Leconte de Lisle par F. Millet en 1841. A droite, Charles Baudelaire photographié par Nadar.

Du bleu, du bleu, du bleu...


Ainsi Baudelaire attribue-t-il l’origine d’une large part de son inspiration poétique à ce voyage au long cours dans l’océan Indien. Jean Urruty dans son ouvrage « Le voyage de Baudelaire aux Mascareignes » paru en 1968, confirme l’influence mascarine. « S’il n’était pas venu aux Mascareignes, aurait-il pu infuser du sang nouveau à la poésie française de son temps ? Certainement pas. Ce sont les paysages mascareignais qui l’ont ébloui à l’extrême et l’ont mis sur la voie poétique nouvelle. Et n’est-ce pas dans nos îles qu’il a découvert cette correspondance des sons, des parfums et des couleurs qui est, si je ne me trompe, à la base de l’esthétique baudelairienne ? »

L’escale de dix-neuf jours de Baudelaire à l’île Maurice — 1er/18-19 septembre — a fait l’objet de récits et d’ouvrages, monopolisant longtemps aux yeux des penseurs et autres commentateurs européens les sources de l’exotisme tropical qui transpire dans l’œuvre de Baudelaire. En revanche le séjour à l’île Bourbon, bien que plus long — du 19 septembre au 4 novembre, soit quarante-cinq jours —, reste nimbé de mystère et de zones d’ombre et souffrira de la mise en lumière des faits et gestes de Baudelaire au cours de sa villégiature mauricienne.

Pourtant Baudelaire ne resta pas cloîtré dans sa cabine en baie de Saint-Denis, même s’il alimenta lui-même cette fable lorsque, par pur esprit de provocation, il n’hésita pas à écorcher la fierté insulaire d’un autre Charles — Leconte de Lisle, de trois ans son aîné — qui attendait des louanges sur son île natale. Selon la poétesse Hélène Vasaresco, Baudelaire affirma sans ménagement : « Je n’ai jamais mis le pied dans votre cage à moustiques, sur votre perchoir à perroquets. J’ai vu de loin des palmes, des palmes, des palmes, du bleu, du bleu, du bleu... » [11].

La Malabaraise aux pieds nus de Baudelaire a-t-elle jamais foulé les sentiers de Grand-Bois ?

« A une Malabaraise » [12] en ex-voto


Pour Hippolyte Foucque, il ne fait aucun doute que « sa déclaration à Leconte de Lisle porte, dans sa forme, le cachet même de la farce baudelairienne ». Hippolyte Foucque s’attaque donc à un mythe en écrivant dès les années vingt : « jusqu’ici biographes et critiques ne rapportaient qu’à l’île de France les souvenirs de l’exotisme tropical de Baudelaire. Il nous semble désormais établi que l’île Bourbon doit y avoir autant de part, voire plus, presque trois fois plus que Maurice ». Sa brillante démonstration, basée sur des faits concrets, se heurtera malheureusement à la persistance de la légende qui, au fil du temps, a comblé les interstices de la mémoire, laissant peu de place à la vérité et perpétuant l’image du poète farouche et reclus dans sa cabine.

Pourtant, à l’envers des parades et discours officiels, Charles Baudelaire a laissé sur cette terre insulaire et montagneuse quelques secrets enfouis dont les échos phréatiques frissonnent à travers les franges clandestines du roman populaire réunionnais. Dans l’intimité de certaine famille, l’oralité a accompli son œuvre et il se dit des confidences au sujet de l’un des grand-oncles nommé Charles et dont la mère aurait quelque temps accueilli « un poète français » chez elle, aux calbanons [13] de Grand-Bois, dans le Sud de l’île. Et comme toute chimère a besoin d’un ancrage palpable pour quitter le monde des « fantômes épars » [14] et flotter dans les consciences, celle-ci s’octroie en ex-voto « A une Malabaraise » [15].

Il existe donc à La Réunion une légende baudelairienne dont la piste n’a pas été explorée et qui surgit de loin en loin, irriguée par une ramification aveugle de la mémoire vive du peuple. Au-delà de la légitime tentation de démêler le vrai du faux, cette parcelle d’histoire colportée de manière occulte révèle surtout que le « poète français » a interagi le plus souvent en marge de la classe créole dominante, tant et si bien que, près de deux siècles plus tard, son ombre plane toujours, quelque part au-dessus de Grand-Bois, où la sueur et le sang des esclaves et des engagés ont façonné la terre. Et s’il est un jour avéré qu’il n’a jamais mis les pieds dans le Sud de l’île et que la Malabaraise aux pieds nus n’a jamais foulé les sentiers de Grand-Bois, le fait serait encore plus éloquent car il traduirait l’expression spontanée d’une appropriation d’essence populaire de la figure du poète rebelle.

Débarquement à Saint-Denis de La Réunion.

Baudelaire, « jeune zoreil de vingt ans »


Il est acquis que Baudelaire, « jeune zoreil [16] de vingt ans » comme le décrit l’écrivain Mario Serviable, mit pied à terre au Barachois le 20 septembre 1841 et son rocambolesque débarquement ne passa pas inaperçu, ni d’ailleurs certains épisodes qui firent scandale par la suite comme celui de l’hôtel d’Europe. Cependant, son arrivée à Saint-Denis est alors un non-événement pour reprendre un terme de Mario Serviable [17] et si nous en avons aujourd’hui une description détaillée cela est dû autant à l’obstination de Baudelaire qu’à la férocité des requins. L’anecdote fait d’ailleurs le bonheur de la presse locale qui, dès le lendemain, la commente dans la « Feuille hebdomadaire ».

En l’absence de port [18], le Paquebot-des-mers-du-Sud mouille en baie de Saint-Denis, à quelques encablures du rivage. Pour débarquer, les passagers doivent prendre place à bord d’une chaloupe qui les conduit jusqu’au débarcadère, sorte de pont en bois s’avançant vers le large. Le contact avec la terre ferme est rude, la mer étant souvent grosse et infestée de requins [19]. Se hisser sur le débarcadère du Barachois, « au moyen d’une échelle de corde suspendue », qui plus est avec des livres sous le bras [20], relève donc de l’acrobatie comme va le découvrir le jeune Charles.

La scène est rapportée par le journal « Chroniques de Paris » du 13 septembre 1867, juste après la mort de Baudelaire le 31 août : « Baudelaire s’obstina à monter à l’échelle avec des livres sous le bras (c’était assurément original mais embarrassant), et gravit l’échelle lentement, gravement, poursuivi par la vague remontante. Bientôt, la vague l’atteint, le submerge, le couvre de douze à quinze pieds d’eau et l’arrache à l’échelle. On le repêche à grand peine ; mais, chose inouïe, il avait toujours ses livres sous le bras. Alors seulement il consentit à les laisser dans le canot qui se tenait au pied de l’échelle ; mais, en remontant il se laissa encore une fois atteindre par la vague, ne lâcha pas prise, arriva sur la rive et prit le chemin de la ville, calme, froid, sans avoir l’air de s’apercevoir de l’émoi des spectateurs. Son chapeau seul avait été la proie des requins ».

Auguste de Villèle, membre de l’Académie de La Réunion, rapporte pour sa part une anecdote qu’il tient d’Albert de Lasserve : Baudelaire aurait provoqué un scandale à l’hôtel d’Europe de Saint-Denis « en se montrant un jour tout nu ».

A gauche, le livre de Marcel Mouillot, publié en 1935. A droite, esquisse d’un portrait de Marcel Mouillot par Amedeo Modigliani.

Les cases de la rue de l’Est où chantaient les guitares...


Mais qu’a fait le jeune Baudelaire à Bourbon pendant quarante-cinq jours, à part lire Balzac et offusquer le bourgeois en se baladant nu dans les couloirs d’un hôtel ? Il débarque à Saint-Denis, séjourne à Salazie, passe peut-être par Saint-Paul et par le Sud, tombe amoureux, s’affiche avec une affranchie, fait scandale…

En 1930, le voyageur Marcel Mouillot [21] de passage dans l’île s’interroge lui aussi. « Charles Baudelaire, du haut de la dunette du voilier à l’ancre, a-t-il jamais, à la longue vue, regardé les belles élégantes promeneuses ? L’enfant boudeur qui refusa tout un mois de descendre à terre, parce qu’à l’île Maurice il avait vu fouetter publiquement une négresse ! (...) Le poète des « Fleurs du mal » frôla Bourbon... L’histoire dit-elle bien toute la vérité ? (...) Le soir, parfois, sautant dans une chaloupe, n’aborda-t-il pas la petite échelle de fer du Barachois pour s’en aller perdre, en compagnie de quelque matelot, vers les cases de la rue de l’Est où chantaient les guitares, où de belles cafrines « roulaient segha » ? [22] »

A l’époque où il découvre La Réunion, Marcel Mouillot est confronté à la fable dominante d’un Baudelaire spleenétique et tourmenté ne daignant pas mettre pied à terre. Mais Marcel Mouillot, lui-même sous l’emprise du charme insulaire, ne se satisfait pas de cette version et a bien raison de douter. En 1895, Jules Levallois soulignait le caractère complexe et assailli de sourds conflits de Baudelaire : « À quel point finissait chez lui la vérité et commençait le mensonge ? », interrogeait-il à propos du séjour de Baudelaire dans l’océan Indien.

En 1912, « Les Annales politiques et littéraires » publient la recette d’un « cari de l’île Bourbon », ragoût « passablement infernal » et assaisonné de « piment enragé »...

Des ragoûts étrangement pimentés...


Parmi les témoignages, parfois contrastés, qui attestent que Baudelaire a effectivement foulé le sol bourbonnais, celui du poète Théodore de Banville ne manque pas de truculence. Celui plus pondéré et documenté de la petite-fille du capitaine Saliz apporte des précisions qui éclairent le séjour de Baudelaire à Bourbon. Ces deux versions, aux apparences contradictoires qui renforcent le « mystère Baudelaire », ne sont peut-être que les deux versants d’une seule vérité.

Si l’on en croit les « Souvenirs » [23] de Théodore de Banville, Baudelaire était « dans je ne sais plus quel pays d’Afrique, logé chez une famille à qui ses parents l’avaient adressé ; il n’avait pas tardé à être ennuyé par l’esprit banal de ses hôtes et il s’en était allé vivre seul sur une montagne, avec une toute jeune et grande fille de couleur qui ne savait pas le Français, et qui lui cuisait des ragoûts étrangement pimentés dans un grand chaudron de cuivre poli, autour duquel hurlaient et dansaient de petits négrillons nus ».

Le fond de cette histoire aux traits forcés voire burlesques est cependant attesté sur certains aspects par une autre source, la petite fille du capitaine Saliz, Juliette Javerzac-Saliz, qui nuance, dans une lettre datée de 1930 : « Le Capitaine Saliz présenta Baudelaire à une famille de riches planteurs dont les sept filles étaient d’une beauté remarquable. Or Baudelaire s’éprit de l’une de ces jeunes filles âgée de quinze ans. S’il s’en alla vivre dans la montagne, ce n’est pas qu’il fût ennuyé de l’esprit banal de ses hôtes, comme le dit Banville ; c’est parce que la jeune fille qu’il aimait alla séjourner avec sa famille à Salazie (...). Là, pour mieux voir l’objet de son amour, il prit pension chez une mulâtresse mais il ne vivait pas, comme on dit, avec elle. J’ai entendu raconter mainte et mainte fois cette histoire de Salazie ; elle est restée gravée dans ma mémoire. D’autant plus que, soit à Bordeaux où nous habitions, soit à Paris où nous sommes venus par la suite, j’ai retrouvé la jeune fille dont Baudelaire s’était épris aux isles. Elle était devenue la femme d’un général et son fils est maintenant, lui, amiral en retraite »…

Illustration de Paul Pierre Lemagny.

La Vénus noire / la vierge de Salazie


A la lecture de cette lettre, certaine presse parisienne, dans un élan d’ethnocentrisme mâtiné de racisme, exulte et s’enflamme pour la « vierge de Salazie » et Maurice Levaillant s’exclame dans le Figaro : « ce n’est pas à la Vénus noire que Baudelaire, à Bourbon, sacrifia ; il y voua son premier amour à une jeune et jolie créole, sœur pudique de Virginie et de cette adolescente au « Manchy » qui, dans la même île, quelques mois auparavant, troublait si fort le futur auteur des Poème barbares ».

A la figure emblématique et sulfureuse de la Vénus noire — qui « bien qu’elle soit libre, marche sans souliers » [24] —, quelques publicistes et lettrés parisiens opposent donc l’icône séraphique et innocente de la vierge de Salazie, « première muse de Baudelaire et sans doute son plus pur amour », invoquant en écho, la « grâce naïve » et la « rose jeunesse » de la vierge au manchy [25]. Mais chez Baudelaire, ces deux archétypes féminins cohabitent loin de toute opposition, dans un « paradis parfumé où sous un ciel azur tout n’est qu’amour et joie » [26].

A Bourbon, Baudelaire n’échappe donc pas à la fièvre des émois qui saisit dans leur jeunesse d’autres poètes de l’île blessés par des emportements amoureux contrariés : Evariste de Parny pour la jeune Esther Lelièvre qui devient Eléonore sous la plume du poète, Léon Dierx pour sa cousine Marie-Héloïse Lory des Landes, Charles Leconte de Lisle pour sa cousine Marie-Elixène de Lanux Naciede.

Baudelaire avait ramené de son voyage en « Inde, à Bourbon, à l’île Maurice » des « recettes extraordinaires » qu’il « expliquait avec une séduction irrésistible ».

« Parfums excitants » échappés d’une « marmite de fer »


Un aspect peu évoqué surgit des « Souvenirs » de Théodore de Banville : l’engouement de Baudelaire pour la cuisine qu’il découvre aux Mascareignes et plus particulièrement à Bourbon. Banville révèle ainsi que Baudelaire avait ramené de son voyage en « Inde, à Bourbon, à l’île Maurice » des « recettes extraordinaires » qu’il « expliquait avec une séduction irrésistible ». Et Banville de s’enflammer : « Oh ! ces ragoûts, comme il les racontait bien, et comme on en aurait volontiers mangé ! » Le texte en prose « La belle Dorothée » [27], lié à Bourbon, évoque d’ailleurs les « parfums excitants » qui s’échappent d’une « marmite de fer » où mijote « un ragoût de crabes au riz et au safran »...

Dans ses « Souvenirs », Théodore de Banville décrit une scène épique rapportée par Baudelaire qui relève plus d’une sorte de rite ancestral célébré autour du feu que d’une banale préparation de repas. La propension de Baudelaire à caricaturer s’ajoute à la fascination qu’il exerce sur Banville [28] ; il résulte de ce curieux dosage une fresque fantasmagorique où se mêlent l’érotisme qui émane de la présence féminine et l’exotisme des senteurs culinaires et où l’on voit « une toute jeune et grande fille de couleur » accommoder pour Baudelaire « des ragoûts étrangement pimentés dans un grand chaudron de cuivre poli, autour duquel hurlaient et dansaient de petits négrillons nus ».

En 1912, « Les Annales politiques et littéraires » publient la recette d’un « cari de l’île Bourbon » sous la signature de François de Nion, dont la mère est née dans l’île par « un hasard d’émigration ». Là aussi, il est question d’un ragoût, lequel est décrit comme « passablement infernal » et assaisonné de « piment enragé » [29] mais au final l’auteur ne livre aucun détail sur la manière de préparer les aliments. Le cœur de la cuisine réunionnaise, sous un voile ésotérique, reste donc une affaire d’initiés. Certes, les « petits négrillons nus » ont disparu du tableau mais après tout, ils n’y étaient entrés que par le foutan [30] de Baudelaire et la naïveté consentante et exubérante de Théodore de Banville.


« La question des sauces, ragoûts et assaisonnements »


Le goût de Baudelaire pour les plaisirs de la bouche qu’il compare à « une fête amoureuse » [31] transparaît dans « L’invitation au voyage II », texte en prose publié dans « Le spleen de Paris » en 1869 où il décrit la cuisine comme « poétique, grasse et excitante à la fois ». Déjà en 1847, dans « La Fanfarlo », nouvelle publiée sous le nom de Charles Dufays — nom de jeune fille de sa mère —, Baudelaire abordait « la question des sauces, ragoûts et assaisonnements », question grave selon lui et qui mériterait qu’un chapitre lui soit consacré. Il cite les « piments, poudres anglaises, safraniques, substances coloniales, poussières exotiques », réminiscences de son séjour dans les Mascareignes où tous ses sens furent sollicités. « Si Cléopâtre vivait encore, je tiens pour certain qu’elle eût voulu accommoder des filets de boeuf ou de chevreuil avec des parfums d’Arabie ».

En 1864, alors qu’il se trouve à Bruxelles, il écrit une lettre à sa mère dont la moitié est consacrée à la cuisine qui devient le réceptacle de tous ses ressentiments : « Tout est mauvais, excepté le vin. Le pain est mauvais. La viande n’est pas mauvaise par elle-même. Elle devient mauvaise par la manière dont elle est cuite ».

Cette nostalgie pour la cuisine de « là-bas », « île paresseuse où la nature donne des arbres singuliers et des fruits savoureux » [32], étreignit aussi un autre poète de Bourbon : à Paris, Léon Dierx passait souvent rue Lepic chez un ami « à qui il avait appris à parfaire le cari ». Il participait régulièrement aux « notoires agapes souterraines » [33] organisées par Ambroise Vollard, — les fameux « dîners de la cave », 8 rue Lafitte [34] — avec au menu le traditionnel cari de poulet.

Et dans l’arrière-boutique d’un obscur marchand de vins de Montmartre, au coin des rues Coustou et Puget, les écrivains Léon Hennique, Joris-Karl Huysmans, Henry Céard, Guy de Maupassant, Paul Alexis et Léon Dierx avaient leurs habitudes : « L’hôtesse répondait au nom de la mère Machini et se recommandait plus pour sa bonne volonté que par l’excellence de sa cuisine, raconte Paul Alexis. Une cuisine aux viandes dures pour une boutique que l’on surnommait « L’Assommoir » dans le quartier. (...) Le poète Léon Dierx ne dédaignait pas de les manger avec nous et nous enseignait à relever leur insipide saveur par l’usage d’épices qu’il apportait de l’île Bourbon, son pays natal, virulents condiments qui nous brûlaient le palais et nous forçaient à boire, pour éteindre l’incendie de nos gosiers, un vin aussi médiocre que les mangeailles » [35].


La passionnante découverte de Sasha Alexander Ockenden


C’est en explorant les méandres de l’énigmatique séjour bourbonnais de Baudelaire qu’un chercheur d’Oxford, Sasha Alexander Ockenden [36], fait en 2014 une passionnante découverte : Charles Baudelaire aurait entretenu une relation avec Dorothée, une esclave affranchie. Dans les recensements de l’époque [37], on trouve la trace d’une seule esclave affranchie et nommée Dorothée à Bourbon ; il s’agit de Dorothée Dormeuil. Affranchie le 30 janvier 1838 à vingt-trois ans, elle en a vingt-six en 1841 lorsque Baudelaire, vingt ans, arrive dans l’île. Ses deux petites sœurs, Marie dix ans et Vitaline sept ans, sont toujours esclaves d’Edouard Lacaussade [38] et Dorothée entasse « piastre sur piastre » pour tenter d’obtenir leur affranchissement. Elle y parvient après bien des sacrifices : Marie Dormeuil est affranchie le 30 septembre 1841 et Vitaline Dormeuil en 1843.

Cette découverte stupéfiante fait écho au texte en prose intitulé « La belle Dorothée ». Baudelaire a-t-il rencontré et fréquenté cette affranchie nommée Dorothée Dormeuil ? S’agissait-il de « La belle Dorothée » ? Dans son texte, Baudelaire livre un indice : la belle Dorothée était bien une affranchie : « Dorothée est si prodigieusement coquette, que le plaisir d’être admirée l’emporte chez elle sur l’orgueil de l’affranchie, et, bien qu’elle soit libre, elle marche sans souliers ».

Dorothée Dormeuil se prostituait-elle afin de réunir la somme nécessaire à l’affranchissement de ses petites soeurs, Marie et Vitaline ? Oui. Dans « La belle Dorothée », Baudelaire suggère d’ailleurs ce fait lorsqu’il évoque un rendez-vous avec un jeune officier : « Peut-être a-t-elle un rendez-vous avec quelque jeune officier qui, sur des plages lointaines, a entendu parler par ses camarades de la célèbre Dorothée ». Et il conclut en affirmant que « Dorothée est admirée et choyée de tous, et elle serait parfaitement heureuse si elle n’était obligée d’entasser piastre sur piastre pour racheter sa petite soeur qui a bien onze ans, et qui est déjà mûre, et si belle ! »

Délixia Perrine et Thierry Mettetal dans "Baudelaire au Paradis", pièce d’Emmanuel Genvrin, Théâtre Vollard.

« La belle Dorothée », réminiscence bourbonnaise


Arrivé à Bourbon le 20 septembre 1841, Baudelaire a-t-il contribué financièrement à l’affranchissement de la petite Marie Dormeuil survenu le 30 septembre ? Alexander Ockenden démontre que cela est vraisemblable : « Le capitaine Saliz écrit au beau-père de Baudelaire le 14 octobre : “quoique M. Beaudelaire [sic] ait été modéré dans ses dépenses à l’île Maurice, ici, il a fortement écorné les 1700 francs que j’avais reçus”, un paradoxe apparent et jusqu’à présent inexpliqué. N’ayant pas eu à dépenser pour son hébergement à l’île Maurice [39] ou à La Réunion [40], nous pourrions admettre qu’une grande partie de cet argent a servi à affranchir Marie Dormeuil ».

Est-ce Dorothée Dormeuil qui « s’avance, balançant mollement son torse si mince sur ses hanches si larges » ? Les dates et les éléments recueillis aux archives concordent. Est-ce à Dorothée Dormeuil et à « sa taille longue, son dos creux et sa gorge pointue » qu’il pense encore lorsqu’il écrit le poème « Bien loin d’ici », publié en 1868 dans une version posthume des « Fleurs du Mal » ?

Si le flou persiste quelque peu autour de certaines interrogations, en revanche l’origine réunionnaise de « La belle Dorothée » est attestée de la main de Baudelaire, dans une lettre adressée à son éditeur, Auguste Poulet-Malassis, le 15 décembre 1859. Baudelaire y qualifie « La belle Dorothée » de « souvenir de l’île Bourbon ». D’ailleurs, si Dorothée avait été Mauricienne, elle ne serait pas qualifiée d’affranchie par Baudelaire et elle n’aurait pas besoin de racheter ses petites sœurs, l’esclavage ayant été aboli à Maurice en 1835. Le même raisonnement peut s’appliquer au poème « A une Malabaraise » dans lequel Baudelaire évoque le « maître » — « Ta tâche est d’allumer la pipe de ton maître » —, terme qui renvoie à l’esclavage ; ou encore au poème « La vie antérieure » où apparaissent des « esclaves nus ».


30 septembre 1841 : Marie Dormeuil est affranchie


Les recherches menées par Alexander Ockenden permettent de reconstituer, à la manière d’une enquête policière, un scénario tout à fait plausible. Les archives attestent qu’en 1841, l’affranchie Dorothée Dormeuil avait deux petites soeurs officiellement recensées comme esclaves, Marie dix ans et Vitaline sept ans. Or Marie correspond à la description faite par Baudelaire dans « La belle Dorothée » : « Dorothée est admirée et choyée de tous, et elle serait parfaitement heureuse si elle n’était obligée d’entasser piastre sur piastre pour racheter sa petite soeur qui a bien onze ans, et qui est déjà mûre, et si belle ! »

Le 30 septembre 1841, soit dix jours après l’arrivée de Baudelaire à Bourbon, Marie Dormeuil, dix ans, esclave d’Édouard Lacaussade, est affranchie grâce à la somme payée au maître par sa grande soeur Dorothée. Dans « La belle Dorothée », Baudelaire précise à propos du maître de Marie qu’il est « si avare, trop avare pour comprendre une autre beauté que celle des écus ! »

Le lien qui se nouera par la suite entre Baudelaire et le poète abolitionniste Auguste Lacaussade trouva certainement un ferment dans cette transaction entre Dorothée Dormeuil et son ancien maître, Edouard Lacaussade. La participation financière de Baudelaire à l’affranchissement de Marie Dormeuil éclaire la face sombre de la société bourbonnaise qui veut qu’au sein d’une famille, deux enfants d’une même mère — Fanny Desjardins, ancienne esclave — et d’un même père — Augustin Pierre Lacaussade, avocat d’origine bordelaise — soient arbitrairement considérés le premier comme blanc, le second comme noir. Edouard Lacaussade, estampillé blanc, fut un producteur de tabac fortuné employant plus de deux cents esclaves — dont Dorothée, Marie et Vitaline Dormeuil — ; son jeune frère, Auguste Lacaussade, recensé comme noir, devint un grand poète anti-esclavagiste. En 1896, dans son recueil « Les épaves », Auguste Lacaussade écrit : « Je suis né et je mourrai parmi les révoltés » [41]. Les deux frères entretenaient des relations houleuses dont la pierre d’achoppement était l’esclavage.

Arnaud Dormeuil dans le rôle de Brutus et Thierry Mettetal dans le rôle de Baudelaire. "Baudelaire au paradis", pièce d’Emmanuel Genvrin, Théâtre Vollard. Source : vollard.re

Baudelaire à Bourbon : un rebondissement théâtral !


Mais l’histoire de Baudelaire et Dorothée ne s’arrête pas là et nous réserve un rebondissement théâtral : le 4 novembre 1997, la pièce du théâtre Vollard « Baudelaire au paradis », écrite par Emmanuel Genvrin, est jouée pour la première fois. L’auteur situe son action « dans une île unique et esclavagiste des Mascareignes combinant les îles sœurs ». Le principal personnage féminin, interprété par Delixia Perrine, est une fusion de la Dorothée réunionnaise et de la Jeanne Duval parisienne : « affranchie, courtisane de luxe dotée d’un franc-parler et d’une forte personnalité, elle tient un rôle politique en tant que « reine marronne » qui s’enfuit dans un maquis des Hauts avec son amant Baudelaire ».

Un autre personnage, Brutus, « sorte de vagabond urbain », est incarné par le célèbre et regretté Arnaud Dormeuil, acteur fétiche du théâtre Vollard et adoré du public, décédé le 14 novembre 2008 à quarante-quatre ans. Personne ne se doutait à l’époque qu’Arnaud Dormeuil était le descendant d’une esclave nommée Dorothée Dormeuil et affranchie en 1838. Personne ne se doutait qu’Arnaud avait pour ancêtres « La belle Dorothée » de Baudelaire et ses petites sœurs, Marie et Vitaline Dormeuil, la première ayant été affranchie le 30 septembre 1841 alors que Baudelaire se trouvait en terre bourbonnaise. La magie du théâtre, comme un lointain écho du passé guidé par de mystérieuses connexions, avait réuni sur scène Arnaud Dormeuil et son ancêtre Dorothée.

« C’est époustouflant, commente Emmanuel Genvrin, car, en écrivant leur article, les chercheurs d’Oxford ignorent l’impact du nom Dormeuil à La Réunion. Arnaud Dormeuil, aujourd’hui disparu, est considéré comme le plus grand acteur réunionnais. Dans « Baudelaire au Paradis », il interprétait le rôle de Brutus, le pourvoyeur en femmes, rhum et zamal du poète. C’est lui qui le met en relation avec Jeanne-Dorothée, ignorant, évidemment, qu’historiquement, elle était son ancêtre ! Les chercheurs anglais lui ont fait là un beau cadeau ».

Illustration Libico Maraja.

« Dorothée, c’était un sacré caractère »


Dès son arrivée à Bourbon, Baudelaire, jeune Européen fantasque et révolté, se heurte au système esclavagiste alors que l’île Maurice y a mis fin depuis 1835 — ce qui n’empêche pas qu’une femme y aurait été fouettée, scène qui choqua profondément Baudelaire [42]. Il se détourne de la classe dominante bourbonnaise avec laquelle il ne se trouve aucune affinité et qu’il assimile à l’autorité et au conformisme incarnés par le général Aupick. Son penchant naturel pour la marge et la bohème le conduit à se rapprocher de ceux que le pouvoir exploite : l’affranchie Dorothée, la Malabaraise, la « toute jeune et grande fille de couleur » de Salazie évoquée par Théodore de Banville, etc.

« Il s’affiche avec une prostituée, une cafrine, commente Emmanuel Genvrin. La bourgeoisie fait de même, soit, mais discrètement. Dorothée avait vingt-six ans donc était plus mûre que lui. Déjà affranchie, elle voulait racheter ses sœurs. C’était un sacré caractère, avec des valeurs, de l’expérience. Leur relation a été au-delà d’un échange de services sexuels ». Son investissement assumé auprès de Dorothée marque une volonté de rupture ostensible avec les conventions sociales qui régissent alors les relations au sein de la société bourbonnaise.

Baudelaire, dandy rebelle, force le trait de son anticonformisme et prend plaisir à la provocation. Loin de passer pour une simple incartade de la part d’un jeune touriste excentrique et insolent ni pour un geste désintéressé et empreint d’humanité, son implication financière dans la transaction qui permit à l’affranchie Dorothée Dormeuil d’obtenir l’affranchissement de sa petite sœur Marie, est perçue au mieux comme une ingérence dans les affaires locales, au pire comme une prise de position ouvertement anti-esclavagiste.

Le nouvel affranchi est souvent rançonné et condamné à économiser « piastre sur piastre » pour racheter auprès de son ancien maître la liberté de ses parents restés esclaves.

L’imposture cachée derrière nombre d’affranchissements


Au-delà de l’acte, c‘est sa portée symbolique qui dérange car elle est le symptôme de l’imposture qui se dissimule derrière nombre d’affranchissements ; elle met en lumière les affres d’un système vicieux par lequel la classe dominante prolonge son pouvoir sur les affranchis en maintenant leurs parents sous le joug de l’esclavage. Ainsi, à l’image de Dorothée Dormeuil, le nouvel affranchi est-il rançonné et condamné à économiser « piastre sur piastre » pour racheter auprès de son ancien maître la liberté de ses parents restés esclaves.

Affranchie en 1838, Dorothée Dormeuil ne parvient à payer la somme pour libérer sa petite sœur qu’après plus de trois années de privation et de prostitution. Et l’on peut imaginer que sans l’aide de « l’étranger » Baudelaire, Marie Dormeuil aurait attendu plus longtemps avant d’accéder au statut d’affranchie. De même, on peut supposer que pour obtenir l’affranchissement en 1843 de sa deuxième petite sœur, Vitaline, Dorothée fut contrainte encore à de lourds sacrifices.

Dès lors, la présence et les agissements de Baudelaire à Bourbon indisposent l’establishment qui n’a aucune sympathie ni indulgence pour ce trublion qui, du haut de ses vingt ans, bouscule les codes et met en exergue les simulacres d’affranchissement et par là même les turpitudes et les hypocrisies de la société coloniale bourbonnaise dont certains traits perdureront au-delà de 1848. Le rejet de la figure du jeune Baudelaire par la bourgeoisie bourbonnaise va ainsi se diffuser d’un siècle à l’autre, laissant simplement le silence et les non-dits accomplir leur œuvre d’effacement et d’oubli au profit de la fable répandue par Baudelaire lui-même selon laquelle il ne mit jamais le pied dans notre « cage à moustiques ».


Baudelaire à la source du vivre-ensemble


Il faudra attendre les années vingt et l’enquête menée par Hippolyte Foucque pour que le processus de réhabilitation de la part réunionnaise de Baudelaire soit amorcé et qu’il produise quelques — timides — effets à La Réunion. Puis attendre 1997 pour que le théâtre Vollard fasse renaître Baudelaire aux Mascareignes. Attendre encore 2008 pour que Mario Serviable [43] livre son « Bordeaux la nuit » [44]. Et enfin attendre 2014 pour que Sasha Alexander Ockenden nous révèle Baudelaire et Dorothée « sous l’immense azur » [45].

Mais aujourd’hui encore, on peut s’interroger sur le voile d’indifférence qui recouvre le séjour de Baudelaire à La Réunion.

Malgré les frictions et les antagonismes de son séjour bourbonnais, Baudelaire a gardé pour La Réunion un fort attachement sentimental et nous a légué un héritage inattendu dans son « Invitation au voyage ». Considérée à l’envi comme un modèle réussi de société multiculturelle, présentée même comme un laboratoire qui pourrait inspirer le reste du monde, l’île de La Réunion a pourtant gardé de profondes failles dans ses schémas sociaux et sur le chemin de son émancipation. « Mon enfant, ma sœur / Songe à la douceur / D’aller là-bas vivre ensemble ! » écrivait Baudelaire. Un siècle et demi plus tard, le vivre-ensemble devenait un leitmotiv au sein de « la médiasphère, largement popularisé par la technosphère sociologique, organisant notamment la "Politique de la Ville" » [46].

Emprunté au génie poétique de Baudelaire, le vivre-ensemble nous conduira-t-il vers la construction d’un pays qui nous ressemble, avec « sa douce langue natale » ?

Nathalie Valentine Legros

Charles Baudelaire. Sources : Google.

L’Albatros en créole


Extrait des « Fleurs du Mal », le poème « L’Albatros » retrace une séquence vécue par Charles Baudelaire sur le bateau qui l’amenait vers l’océan Indien. La même scène est décrite dix ans plus tard, dans des circonstances similaires, par Jean-Baptiste Gélineau, vingt-deux ans, qui se trouve alors au large du Cap de Bonne Espérance, à bord d’un trois-mâts de commerce, « Le Picard », en route pour La Réunion. Dans « Souvenirs de l’île de La Réunion, récit d’un voyage à La Réunion au dix-neuvième siècle » [47], l’auteur raconte une terrible scène : la capture de l’albatros sur le pont du bateau.

« La capture des albatros se fait très facilement. Comme pour le requin, on dispose comme amorce un morceau de lard sur un hameçon bien affilé et soutenu par une planchette, et le pauvre albatros, fasciné à sa vue et poussé par la faim, le saisit gloutonnement avec son bec recourbé en cherchant à l’avaler. Mais l’hameçon s’arrête à l’isthme du gosier ou dans les cartilages au-dessus, et y reste fixé ; ce que voyant les matelots se mettent à trois ou quatre pour l’amener à bord. Ce n’est pas sans peine du reste qu’ils y parviennent parce que le pauvre oiseau, récalcitrant à juste titre, s’arcboute d’une part en se renversant en arrière et en faisant obstacle aux flots avec ses larges pattes étalées et palmées et que, d’autre part, il étale ses immenses ailes qui baignent dans l’eau, en sorte qu’avant d’arriver à bord, il produit un tirage énorme ».

Le poème « L’Albatros » est traduit en Créole réunionnais [48] par Jean-Claude Legros :


Zalbatros


Souvent-des-fois pou joué bann marin l’équipage
I souque in zalbatros, in lespèce grand zoiseau,
I vole dessus la mer, i navigue, i voyage
Son deux zaile grand rouvert, li plane su le bateau

Mais dès que bonna la pose le zoiseau su le pont
Sa que té le roi dann ciel, asteure li fait pitié
Son deux pied lé bancal, li marche en casse-cassé
Son zaile i traîne à-terre comme inn paire zaviron

Sa que té vole dann nuage, fine arrive in pantin
Taleure-là li té fier, guette comme li lé vilain
Inn i rode poique ali ec inn pipe allumé
Inn ote pou moque ali, i fait semblant boité

Fonnkézèr lé pareil le grand zoiseau voilier
Li la pas peur cyclone, li la pas peur fusil
Ala li tonm à-terre, de moune i jure ali
Son zaile lé tellement grand, li vient p’à-bout marché

Quelques orientations bibliographiques
• « 13.000 milles, en cargo, de Marseille à Madagascar et aux îles de La Réunion », Marcel Mouillot, Les Presses de France, 1935.
• « Pages réunionnaises », Hippolyte Foucque, île de La Réunion, 1962.
• « Baudelaire au paradis », Emmanuel Genvrin, suivi de « Baudelaire aux îles Maurice et Bourbon » par Hippolyte Foucque, L’Harmattan, 1998.
• « Le voyage de Baudelaire à l’île Maurice et à La Réunion », Emmanuel Richon, Sham’s Editions, 2000.
• « Le voyage de Baudelaire aux Mascareignes », Jean Urruty, Vizavi, 2007.
• « Baudelaire et La Belle Dorothée », Emmanuel Richon, Anil Dev Chiniah, Emmanuel Genvrin, Alexander Ockenden, Mel Zimmerman, Blue Penny Museum, île Maurice, 2017.

Le périple de Baudelaire dans nos îles en 1841 est l’objet de controverses issues des contradictions savamment entretenues par le poète. Mais en lisant Baudelaire, nous ne cherchons point à démêler le vrai du faux. Nous suivons son bateau fou dans sa divagation sur la mer indienne. « 7 Lames la Mer » vous propose une sélection de textes qui évoquent le voyage du jeune poète et démontrent l’imbroglio qui l’entoure.

« Mémoires d’un critique : milieu de siècle », par Jules Levallois, 1895.
Le général Aupick [49], que détestait Baudelaire, (...) le fit embarquer pour l’Inde. (...) J’ai entendu [Baudelaire] dire que, sauf une courte relâche à Bourbon, il n’avait rien vu dans ce voyage, et qu’à peine arrivé à Calcutta, il s’était rembarqué. « Néanmoins », poursuivait-il avec sa grimace habituelle, « ce voyage me fut fort utile, car j’avais emporté les œuvres complètes de Balzac, et j’eus le loisir de les lire d’un bout à l’autre ». À quel point finissait chez lui la vérité et commençait le mensonge ?


« Les beautés noires de Baudelaire », par Elvire Jean-Jacques Maurouard, Karthala Éditions, 2005.
À en croire Henri Troyat [50], Baudelaire était malheureux à l’île Maurice, mais pas ses amours. (...) Si le capitaine [Saliz] refusait de lui remettre la somme nécessaire pour payer son retour [51], Baudelaire chercherait à l’île Maurice un emploi [52] afin de payer son passage. (...) Le capitaine parvint à décider le jeune homme de l’accompagner à l’île Bourbon (...) [où] Charles resta une vingtaine de jours, en rade de Saint-Denis. Mais, il en a fait la confidence par la suite à Leconte de Lisle, pas une fois il ne descendit à terre. (...) Une anecdote publiée (...) peu après la mort de Baudelaire, veut que celui-ci ait connu sur le « Paquebot des mers du Sud », en route pour l’Inde, une certaine « Laya... belle et ardente négresse », qui l’aurait beaucoup charmé et impressionné. (...) Laya aurait été sa première expérience de la beauté noire.


Théophile Gautier, préface des « Fleurs du Mal », 1868.
Embarqué sur un vaisseau et recommandé au capitaine, [Baudelaire] parcourut avec lui les mers de l’Inde, vit l’île Maurice, l’île Bourbon, Madagascar, Ceylan peut-être, quelques points de la presqu’île du Gange, et ne renonça nullement pour cela à son dessein d’être homme de lettres. (...) On peut supposer que ce fut pendant ce voyage qu’il prit cet amour de la Vénus noire pour laquelle il eut toujours un culte.


« Le médecin colonial », extrait d’une conférence donnée à l’Exposition Coloniale. Revue philanthropique, Paul Strauss, 1931.
Lorsqu’il s’embarqua à destination de Calcutta, ce fut pour avoir voulu étrangler le général Aupick, beau-père rigide et détesté, qui ne badinait pas avec la discipline militaire. (...) Après son escale à l’île Maurice, il se fit débarquer à l’île Bourbon pour prendre passage à bord de « l’Alcide » qui le ramena à Bordeaux, sept mois après son départ. (...) Si l’illustre poète s’était présenté devant une de nos commissions médicales contemporaines, il aurait été reconnu inapte à servir aux colonies.


Camille Vergniol, « Revue de Paris », 15 août 1917.
Baudelaire se laissa embarquer mais n’alla pas très loin. Il montra une si invincible obstination à ne pas faire de commerce que le capitaine marchand profita d’une relâche à Saint-Denis de Bourbon pour le renvoyer à Bordeaux. Cette aventure (...) fournit quelques souvenirs, quelques images à Baudelaire et suscita peut-être ses goûts d’exotisme. Mais il ne fit qu’entrevoir le Tropique et ne vit jamais l’Inde.


« A. de Vigny et Charles Baudelaire candidats à l’Académie française », étude par Etienne Charavay, 1879.
Le génie naturel [de Baudelaire] l’entraînait vers la littérature. Pour le détourner de cette voie funeste, autant que pour lui donner le goût et la pratique du commerce, sa famille l’envoya visiter les mers de l’Inde, l’île Maurice, l’île Bourbon et Madagascar. De ce long voyage, Baudelaire revint poète, et ses vers témoignèrent des visions merveilleuses que la nature des tropiques, les constellations inconnues aux Européens et l’étrange beauté des femmes de couleur avaient imprimées dans son esprit.


« L’Archer », Henri Jacoubet, 1930.
Il faut ôter de l’itinéraire [de Baudelaire] — comme de celui de Leconte de Lisle — l’Inde Gangétique et Ceylan. Mais ces 45 jours à l’île Bourbon, ces 64 jours en tout aux îles sœurs ont suffi à laisser au poète, de la terre aux parfums suaves et trop forts, des grands cocotiers balançant leur superbe sur le bleu torride du ciel d’Afrique les nostalgies qu’il a nourries à la fois et apaisées dans la chaire morbide et ardente de la servante de couleur aux pommettes saillantes, aux yeux profonds comme la nuit, à l’odorante chevelure bleu sombre.


« Recueil de l’Académie de Montauban : sciences, belles-lettres, arts, encouragement au bien », 1986.
À 20 ans, Charles effraye sa famille par toutes sortes d’excentricités dont la moindre n’est pas la vocation poétique qu’il proclame bruyamment dans les tavernes du quartier latin. Le commandant le fait embarquer pour les Indes mais il ne va pas plus loin que l’île Bourbon où son cœur commence à s’éveiller...


« La Revue de l’art ancien et moderne, Manet, le “Fifre” et Victorine Meurend », Paul Jamot, 1927.
On sait maintenant comment Baudelaire vit l’île Bourbon : rapidement et comme par acquit de conscience, ne regardant rien et maugréant sur toutes choses. À l’escale suivante, qui était l’île Maurice, il s’enferma dans sa cabine et ne daigna même pas descendre à terre.


« Le voyage de Baudelaire aux Mascareignes », Jean Urruty, 1968.
Si [Baudelaire] n’était pas venu aux Mascareignes, aurait-il pu infuser du sang nouveau à la poésie française de son temps ? Certainement pas. Ce sont les paysages mascareignais qui l’ont ébloui à l’extrême et l’ont mis sur la voie poétique nouvelle. Et n’est-ce pas dans nos îles qu’il a découvert cette correspondance des sons, des parfums et des couleurs qui est, si je ne me trompe, à la base de l’esthétique baudelairienne ? Et n’est-ce pas durant son long voyage dans l’océan Indien qu’il a fait connaissance avec la mer dont la présence, calme ou menaçante, s’étale amoureusement dans toute son œuvre et donne à celle-ci un charme qu’elle n’aurait pu avoir si l’auteur était resté à Paris ? Et n’est-ce pas ce voyage encore qui a donné au poète le goût des évasions lointaines que certains considèrent comme l’un des thèmes les plus importants de sa poésie.


« Baudelaire au Paradis » (théâtre), Emmanuel Genvrin, L’Harmattan, 1998.
Saliz : Charles, descendez, vous ne pouvez pas rester à bord, je dois désarmer ce navire. Que vous poursuiviez votre voyage ou non, je dois procéder aux réparations. Et mettez-vous dans la tête que je vous emmène à Calcutta. Je l’ai promis à votre beau-père.


Comptoir littéraire, André Durand.
Parti pour un périple jusqu’aux Indes, [Baudelaire] passera, en réalité, 19 jours à Maurice, 4 jours au Cap de Bonne Espérance (Afrique du Sud) et 45 jours à Bourbon. (...) Après 83 jours de navigation, le bateau dut, à cause de la tempête, faire escale 19 jours à l’Île de France (Île Maurice). Baudelaire découvrit alors la luxuriance, les éblouissantes couleurs, les « fleurs mystérieuses », (...) les corps félins, sculptés et luisants des jeunes femmes noires, toutes choses qui allaient donner à l’exotisme des « Fleurs du mal » une originalité authentique. (...) De nouveau sur le bateau, il se conduisit si bizarrement (...) que le capitaine Saliz (...) décida de le débarquer à l’Île Bourbon où il passa 45 jours avant de revenir vers la France sur l’« Alcide ». (...) Il écrivit au général une lettre où il ne contestait pas l’utilité du voyage : « Je crois que je reviens avec la sagesse en poche ».


« 13.000 miles », en cargo de Marseille à Madagascar et aux îles de La Réunion, Marcel Mouillot, 1935.
Charles Baudelaire, du haut de la dunette du voilier à l’ancre, a-t-il jamais, à la longue vue, regardé les belles élégantes promeneuses ? L’enfant boudeur qui refusa tout un mois de descendre à terre, parce qu’à l’île Maurice il avait vu fouetter publiquement une négresse ! (...) Le poète des « Fleurs du mal » frôla Bourbon... L’histoire dit-elle bien toute la vérité ? (...) Le soir, parfois, sautant dans une chaloupe, n’aborda-t-il pas la petite échelle de fer du Barachois pour s’en aller perdre, en compagnie de quelque matelot, vers les cases de la rue de l’Est où chantaient les guitares, où de belles cafrines « roulaient segha » ?


Charles Baudelaire, 20 octobre 1841
Très chère mère,
Cela fait depuis le 9 juin qu’a débuté ce regrettable voyage sur le « Paquebot des Mers du Sud ». Aujourd’hui j’écris cette lettre de l’île Bourbon, l’une de mes nombreuses escales pour ce voyage. De ce que j’en ai vu mes rêves d’exotisme ne sont toujours pas atteints. J’aurais espéré quitter cette monotonie sans fin qui m’use de jour en jour. Mais il ne faut pas se voiler la face, je sais très bien que les miracles sont très rares de nos jours. Je ne m’attends donc pas à voir l’un de mes rêve devenir réalité. Durant ces jours de voyage en mer, la mélancolie ne m’a pas qu’envahi elle m’a complètement anéanti. Malgré ce fait, n’en déplaise à mon beau père, l’inspiration a afflué. Plus précisément, j’ai jusqu’alors pu rédiger quelques ébauches de poèmes qui je l’espère, un jour, feront partie d’un recueil.


Nathalie Valentine Legros

Journaliste, Écrivain.
Twitter, Google+.

Notes

[1« Souvenirs littéraires ». Edition 3 / Maxime Du Camp, Hachette, 1906.

[2« Un matin nous partons, le cerveau plein de flamme, / Le coeur gros de rancune et de désirs amers, / Et nous allons, suivant le rythme de la lame, / Berçant notre infini sur le fini des mers ». Extrait de « Le voyage », « Les fleurs du mal », 1857.

[3Extrait de « A une dame créole », « Les fleurs du mal », 1857. Dédié à Mme Autard de Bragard, île Maurice.

[4Extrait de « A une malabaraise », publié en 1866 dans « Les épaves ».

[5Extrait du poème « Le voyage », tiré du recueil « Les fleurs du mal ».

[6Extrait du poème « L’invitation au voyage », recueil « Les fleurs du mal ».

[7Extrait du poème « Le parfum », recueil « Les fleurs du mal ».

[8Extrait du poème « La chevelure », recueil « Les fleurs du mal ».

[9Né le 9 avril 1821 à Paris, Baudelaire y meurt 46 ans plus tard, le 31 août 1867.

[10Federico Garcìa Lorca.

[11Source : Hélène Vacaresco. Université des Annales, 20 septembre 1928.

[12À une malabaraise

Tes pieds sont aussi fins que tes mains, et ta hanche
Est large à faire envie à la plus belle blanche ;
A l’artiste pensif ton corps est doux et cher ;
Tes grands yeux de velours sont plus noirs que ta chair.
Aux pays chauds et bleus où ton dieu t’a fait naître,
Ta tâche est d’allumer la pipe de ton maître,
De pourvoir les flacons d’eaux fraîches et d’odeurs,
De chasser loin du lit les moustiques rôdeurs,
Et, dès que le matin fait chanter les platanes,
D’acheter au bazar ananas et bananes.
Tout le jour, où tu veux, tu mènes tes pieds nus,
Et fredonnes tout bas de vieux airs inconnus ;
Et quand descend le soir au manteau d’écarlate,
Tu poses doucement ton corps sur une natte,
Où tes rêves flottants sont pleins de colibris,
Et toujours, comme toi, gracieux et fleuris.

Pourquoi, l’heureuse enfant, veux-tu voir notre France,
Ce pays trop peuplé que fauche la souffrance,
Et, confiant ta vie aux bras forts des marins ,
Faire de grands adieux à tes chers tamarins ?
Toi, vêtue à moitié de mousselines frêles,
Frissonnante là-bas sous la neige et les grêles,
Comme tu pleurerais tes loisirs doux et francs,
Si, le corset brutal emprisonnant tes flancs,
Il te fallait glaner ton souper dans nos fanges
Et vendre le parfum de tes charmes étranges,
L’œil pensif, et suivant, dans nos sales brouillards,
Des cocotiers absents les fantômes épars !

Charles Baudelaire

[13Paillote la misère : le cabanon en tôle, la case des employés et des domestiques au fond de la cour ou dans les parages de l’usine. « Petit glossaire », Jean Albany, 1974.

[14Expression qui clôt le poème « A une Malabaraise », publié en 1866 dans « Les épaves ».

[15Ce poème fut publié la première fois sous le titre « A une Indienne », dans « L’Artiste », le 13 décembre 1846.

[16Nom familier désignant un Européen fraîchement débarqué. « Petit glossaire », Jean Albany, 1974.

[17Dans « Saint-Denis de La Réunion, la clef du beau pays », page 101, Mario Serviable, 1988.

[18Le port de la Pointe-des-Galets n’entrera en service que quarante-cinq ans plus tard, en 1886.

[19« Et dormir dans l’oubli comme un requin dans l’onde ». Extrait du poème « Le mort joyeux », « Les fleurs du mal », 1857.

[20Baudelaire aurait déclaré : « ce voyage me fut fort utile, car j’avais emporté les œuvres complètes de Balzac, et j’eus le loisir de les lire d’un bout à l’autre », rapporte Jules Levallois dans son ouvrage « Mémoires d’un critique : milieu de siècle », édité en 1895. On peut supposer que ce sont les œuvres de Balzac que Baudelaire coince sous son bras lorsqu’il débarque à Saint-Denis.

[21« 13.000 milles, en cargo de Marseille à Madagascar et aux îles de La Réunion », Marcel Mouillot, 1935.

[22Expression signifiant : danser le séga.

[23« Mes souvenirs », Théodore de Banville, 1882.

[24Extrait de « La belle Dorothée », texte en prose publié dans « Le spleen de Paris ».

[25« Le Manchy », Charles Leconte de Lisle, « Poèmes barbares », 1862.

[26Extrait de « Moesta et errabunda », « Les fleurs du mal », 1857.

[27« La belle Dorothée », par Charles Baudelaire,

Le soleil accable la ville de sa lumière droite et terrible ; le sable est éblouissant et la mer miroite. Le monde stupéfié s’affaisse lâchement et fait la sieste, une sieste qui est une espèce de mort savoureuse où le dormeur, à demi éveillé, goûte les voluptés de son anéantissement.

Cependant Dorothée, forte et fière comme le soleil, s’avance dans la rue déserte, seule vivante à cette heure sous l’immense azur, et faisant sur la lumière une tache éclatante et noire.

Elle s’avance, balançant mollement son torse si mince sur ses hanches si larges. Sa robe de soie collante, d’un ton clair et rose, tranche vivement sur les ténèbres de sa peau et moule exactement sa taille longue, son dos creux et sa gorge pointue.

Son ombrelle rouge, tamisant la lumière, projette sur son visage sombre le fard sanglant de ses reflets.

Le poids de son énorme chevelure presque bleue tire en arrière sa tête délicate et lui donne un air triomphant et paresseux. De lourdes pendeloques gazouillent secrètement à ses mignonnes oreilles.

De temps en temps le brise de mer soulève par le coin sa jupe flottante et montre sa jambe luisante et superbe ; et son pied, pareil aux pieds des déesses de marbre que l’Europe enferme dans ses musées, imprime fidèlement sa forme sur le sable fin. Car Dorothée est si prodigieusement coquette, que le plaisir d’être admirée l’emporte chez elle sur l’orgueil de l’affranchie, et, bien qu’elle soit libre, elle marche sans souliers.

Elle s’avance ainsi, harmonieusement, heureuse de vivre et souriant d’un blanc sourire, comme si elle apercevait au loin dans l’espace un miroir reflétant sa démarche et sa beauté.

À l’heure où les chiens eux-mêmes gémissent de douleur sous le soleil qui les mord, quel puissant motif fait donc aller ainsi la paresseuse Dorothée, belle et froide comme le bronze ?

Pourquoi a-t-elle quitté sa petite case si coquettement arrangée, dont les fleurs et les nattes font à si peu de frais un parfait boudoir ; où elle prend tant de plaisir à se peigner, à fumer, à se faire éventer ou à se regarder dans le miroir de ses grands éventails de plume, pendant que la mer, qui bat la plage à cent pas de là, fait à ses rêveries indécises un puissant et monotone accompagnement, et que la marmite de fer, où cuit un ragoût de crabes au riz et au safran, lui envoie, du fond de la cour, ses parfums excitants ?

Peut-être a-t-elle un rendez-vous avec quelque jeune officier qui, sur des plages lointaines, a entendu parler par ses camarades de la célèbre Dorothée. Infailliblement elle le priera, la simple créature, de lui décrire le bal de l’Opéra, et lui demandera si on peut y aller pieds nus, comme aux danses du dimanche, où les vieilles Cafrines elles-mêmes deviennent ivres et furieuses de joie ; et puis encore si les belles dames de Paris sont toutes plus belles qu’elle.

Dorothée est admirée et choyée de tous, et elle serait parfaitement heureuse si elle n’était obligée d’entasser piastre sur piastre pour racheter sa petite soeur qui a bien onze ans, et qui est déjà mûre, et si belle ! Elle réussira sans doute, la bonne Dorothée ; le maître de l’enfant est si avare, trop avare pour comprendre une autre beauté que celle des écus !

[28Théodore de Banville ne cache pas sa fascination pour Baudelaire. Dans « Mes souvenirs », il souligne son élégance, sa « beauté à la fois enfantine et virile », ses yeux « débordants de vie et de pensée, sa longue, épaisse et soyeuse chevelure noire ». Pour Banville, Baudelaire incarne l’idéal masculin : « En l’apercevant, je vis ce que je n’avais vu jamais, un homme tel que je me figurais que l’homme doit être, dans la gloire héroïque de son printemps ».

[29Jusque vers les années 1960-70, les caris créoles étaient pimentés "à cœur". Ce n’est que plus tard qu’est venue la mode des caris non pimentés, assortis d’un rougail, ou de piments verts ou de pâte de piment.

[30Plaisanterie, ironie.

[31Dans « La Fanfarlo », Charles Dufays, Bulletin de la Société des Gens de Lettres, 1847.

[32Extrait de « Parfum exotique », « Les fleurs du mal », 1857.

[33« Dans notre vieux Paris » : figures disparues, promenades parisiennes, Paris d’autrefois, Charles Fegdal, 1934.

[34« Souvenirs d’un marchand de tableaux », Ambroise Vollard, 1937.

[35« La Revue hebdomadaire », 1908.

[36Alexander Ockenden, BAUDELAIRE, LACAUSSADE AND THE HISTORICAL IDENTITY OF ‘LA BELLE DOROTHÉE’ in Fr Stud Bull (2014) 35 (132) : 64-68. DOI : https://doi.org/10.1093/frebul/ktu017.

[37Notamment les Archives Départementales de La Réunion.

[38Édouard Lacaussade était un des grands frères du poète anti-esclavagiste, Auguste Lacaussade. Les deux frères ne s’entendaient pas, notamment à cause des positions abolitionnistes d’Auguste Lacaussade. Leur mère, Fanny Desjardins, à laquelle Auguste Lacaussade vouait un grand amour, eut un destin hors du commun. Petite esclave, elle deviendra une des rares femmes d’affaires bourbonnaises. Affranchie en 1789, émancipée à 17 ans en 1795 pour fuir la prostitution, femme d’affaires à partir des années 1810.

[39Aux frais des Autard de Bragard.

[40Au moment où le capitaine Saliz écrit cette lettre, Baudelaire vivait encore à bord du navire.

[41Extrait du poème « Solus eris ».

[42Il subsiste des doutes quant au lieu où Baudelaire aurait assisté à cette scène. S’agissait-il de l’île Maurice ou de l’île Bourbon ? Il est aujourd’hui difficile de trancher cette question. On peut imaginer que même si l’esclavage était aboli à l’île Maurice, une femme ait pu y subir le fouet. Les deux sources suivantes situent la scène à l’île Maurice mais pour autant Ernest Prarond et Marcel Mouillot ont pu faire la confusion entre les deux îles et le second a pu simplement reproduire l’erreur du premier. L’écrivain Ernest Prarond : « Il est certain que la pièce l’Albatros lui fut suggérée par un incident de sa traversée. Il nous la récita dès son retour. À part cette pièce et le souvenir d’une négresse qu’il avait vu fouetter, à l’île Maurice, tout ce journal de sa pénitence maritime semblait page blanche ». « Œuvres posthumes et correspondances inédites », 1887. Marcel Mouillot y fait également référence lorsqu’il parle de « l’enfant boudeur qui refusa tout un mois de descendre à terre, parce qu’à l’île Maurice il avait vu fouetter publiquement une négresse ».

[43Parmi les ouvrages qui ont également évoqué le séjour de Baudelaire à La Réunion, on peut notamment citer : « Le mémorial de La Réunion », Tome II, page 446, Australe Editions, 1979. « Saint-Denis de La Réunion, la clef du beau pays », Mario Serviable, 1988. « Le dictionnaire illustré de La Réunion », sous la direction de René Robert et Christian Barat, Diffusion culturelle de France, 1991. « Une île toute en auteurs », Baptiste et Jean-Claude Vignol, Editions du Boucan, 2006. Etc.

[44Editions ARS Terres créoles.

[45Extrait de « La belle Dorothée ».

[46Selon Mario Serviable, c’est à La Réunion, dans les cercles de l’Education populaire que le terme de vivre-ensemble se développa sans complexe au début du XXIe siècle, relayé à l’Assemblée nationale par René Paul Victoria. La référence à Baudelaire est alors toujours rappelée. C’est de La Réunion que partira dans les colloques anglophones sa traduction en Togetherness.

[47Editions « Le corridor bleu », 2014.

[48« L’Albatros » a également été traduit en Créole mauricien par Michel Ducasse.

[49Le général Jacques Aupick était le beau-père de Charles Baudelaire, épousé par sa mère en seconde noce. Il fut ambassadeur de France à Constantinople.

[50Henri Troyat, « Baudelaire », page 115, Flammarion, 1994.

[51Le capitaine Saliz avait en dépôt 3.200 francs reçus de M. Aupick, beau-père de Charles.

[52Par exemple : précepteur dans une famille française.

A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter
(|non)]