Categories

7 au hasard 13 mai 2013 : Dockers : « Ce n’est pas nous qui paralysons l’économie » - 16 février 2014 : Tampon : Didier Robert cherche-t-il la sortie ? - 24 octobre 2016 : In fonnkèr pou « Sèt lam’ la mèr » - 18 décembre 2015 : Le Conseil constitutionnel lave Thierry Robert - 15 juillet 2014 : Fragments de l’intimité d’une case créole disparue... - 5 juillet 2015 : La résistance et la victoire du peuple grec sont un signal fort ! - 28 avril 2014 : Na poin « sentinelle » isi Larénion ? - 14 octobre 2015 : Retour vers le futur... en téléphérique - 21 septembre 2014 : Plaine des Palmistes, terre d’avenir - 11 avril 2014 : Nouvelle route du Littoral : la solution LOD ! -

Accueil > Le monde > 1967-2017 : Che, l’amorce d’un autre possible

9 octobre 1967

1967-2017 : Che, l’amorce d’un autre possible

9 octobre 2017
Djordje Kuzmanovic
fontsizedown
fontsizeup
Enregistrer au format PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable

Le 9 octobre 1967, il y a 50 ans, Che Guevara était assassiné à la Higuera en Bolivie par la CIA. Il avait 39 ans.

L’image la plus célèbre : Esnesto Che Guevara, 5 mars 1960. Photo : Alberto Korda.

Nous serons comme le Che...


Il n’avait que 39 ans. Si jeune... et pourtant déjà une légende qui avait marqué l’histoire de l’humanité d’une manière grandiose et positive comme peu avant lui.

« Pioneros por el comunismo, Seremos como el Che » (pionniers du communisme, nous serons comme le Che).

« Soyez surtout capables de sentir, au plus profond de vous-mêmes, toute injustice commise contre quiconque en quelque partie du monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire » - Che Guevara.


Une inspiration pour tout être humain épris de liberté


Che était, selon les mots de Nelson Mandela, une inspiration pour tout être humain épris de liberté. Difficile de faire plus bel et plus juste éloge d’un homme aussi exceptionnel.

Il a par son exemplarité incarné, personnifié « l’homme nouveau » communiste : intellectuel, mais également doté d’un courage physique à toute épreuve, rude d’abord sur lui-même, mais capable d’un infini amour pour l’Autre, d’une intelligence rare mais partageant le sort des plus humbles, révolutionnaire et jamais corrompu, exigeant quant aux réalisations de la révolution, mais sachant rire et fêter.


L’indignation face à l’injustice


Dans sa magnifique lettre d’adieu à ses enfants, il écrivait — bien avant Hessel — que l’indignation face à l’injustice est le plus sûr moteur de tout révolutionnaire authentique et qui reste fidèle à ses convictions.

Il reste pour nous autres, entre autres à la France Insoumise, une lumière qui nous guide dans la construction d’un monde plus juste et fraternel.

Hasta siempre Commandante !

De gauche à droite : Aleida March, Camilo, Hilda, Che Guevara portant Celia, Aleida, 1963.

La plus belle qualité d’un révolutionnaire...


Chers Hildita, Aleidita, Camilo, Célia et Ernesto,

Si vous devez un jour lire cette lettre, c’est que je ne serai plus parmi vous.
Vous ne vous souviendrez presque plus de moi et les plus petits m’auront oublié.

Votre père a été un homme qui a agi selon sa pensée, et qui a été assurément fidèle à ses convictions.

À gauche, Ernesto Guevara à 22 ans, en 1951, Argentine. À droite, en Argentine, à la même époque.

Grandissez comme de bons révolutionnaires.


Étudiez beaucoup pour pouvoir dominer la technique, qui permet de dominer la nature. Souvenez-vous que c’est la Révolution qui est importante et que chacun d’entre nous, pris isolément, ne vaut rien.

Soyez surtout capables de sentir, au plus profond de vous-mêmes, toute injustice commise contre quiconque en quelque partie du monde. C’est la plus belle qualité d’un révolutionnaire.

À toujours, mes enfants, j’espère vous voir encore. Un grand et fort baiser de Papa...

Lettre du Che adressée à ses enfants


L’amorce d’un autre possible


Solidarité totale avec Cuba, République socialiste que le Che a contribué à forger et qui malgré les difficultés et les agressions (en particulier des États-Unis d’Amérique : attentats, assassinats, guerre chimique, guerre bactériologique, embargo économique, etc.) a réussi à devenir et se maintenir comme un contre-modèle et l’amorce d’un autre possible.

Hier à Cuba, on commémorait ce 50ème anniversaire en particulier à Santa-Clara où reposent les restes du Che.

Djordje Kuzmanovic


A lire aussi :

Partager

Réagissez à cet article

comments powered by Disqus

Abonnez-vous à la Newsletter

Image Newsletter